Tout un été Là-bas

Main basse sur les terres agricoles Abonnés

1

Le

Tout un été Là-bas, c’est le temps de prendre son temps… le temps de (re)découvrir le meilleur de Là-bas, mais aussi des surprises et des pépites à déguster.

[EXTRAIT] Main basse sur les terres agricoles [RADIO]

En France, à bas bruit et sans qu’aucune étude officielle ne mesure l’ampleur du phénomène, de plus en plus de terres agricoles sont en train de changer de mains : vendues par des paysans qui partent à la retraite, des paysans qui sont souvent surendettés ou des paysans qui ne parviennent pas à vivre de leur production, les terres sont rachetées à prix d’or par des grands groupes industriels, qui y voient le moyen d’assurer eux-mêmes leur approvisionnement, si possible avec une mention plébiscitée comme « bio » ou « produit en France ».

Lucile Leclair a enquêté sur cet accaparement des terres qui voit des groupes de la grande distribution ou de l’industrie du luxe racheter des surfaces agricoles. Le danger ? Une industrialisation de la production agricole au détriment de la qualité des produits, du respect de l’environnement et des conditions de travail des travailleurs agricoles. Ou pour le dire plus vite : une agriculture sans agriculteurs.

Un entretien de Jonathan Duong avec Lucile Leclair, qui publie Hold-up sur la terre (Seuil et Reporterre, 2022) et l’article « L’agro-industrie avale la terre » dans Le Monde diplomatique de février.

Programmation musicale :
- The Inspector Cluzo : We the people of the soil

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.