À la fête de l’Huma, les quartiers en lutte contre la violence scolaire et policière

Les luttes des quartiers populaires, c’est aussi le mouvement social ! Abonnés

1

Le

« L’État pour nous, c’est l’école et la police. Ce sont les deux seuls rapports à l’État que nous avons, depuis tout petit jusqu’à l’âge adulte. Et toujours avec un grand degré de violence. »

Depuis le 26 mai et le « braquage » du cortège de tête de la manifestation syndicale par le comité Adama et ses soutiens [1], ils le répètent en boucle : les quartiers populaires et les luttes qui s’y mènent font partie intégrante du mouvement social. Avec leurs modes d’actions et leurs préoccupations particulières, au premier plan desquelles la police et l’école.

Comment faire la jonction entre les mouvements politiques de gauche et les luttes menées dans les quartiers populaires ? Pourquoi le mouvement social "classique" ignore-t-il depuis si longtemps ces problématiques ? Ou du moins, ne les met pas au premier plan des revendications ? Pourquoi la gauche se mobilise-t-elle contre les violences policières aux États-Unis et pas en France ?

À la Fête de l’Huma, une émission de Dillah Teibi et Daniel Mermet avec :

  • Fatima Ouassak, fondatrice du Réseaux Classe/Genre/Race, membre du Front de Mères à Bagnolet
  • Youcef Brakni du Comité Vérité et Justice pour Adama
  • Taha Bouhafs, militant France Insoumise (et notamment auteur de la vidéo montrant Alexandre Benalla frapper des manifestants)
  • Issaba, professeur de mathématiques et rappeur

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.