La lutte des GM&S ? « Je ne l’accepte pas », dit Macron Abonnés

Le

« Je ne l’accepte pas. » Voilà ce qu’Emmanuel Macron a déclaré ce dimanche 15 octobre aux trois journalistes venus l’interroger à l’Élysée. Qu’est-ce qui scandalise à ce point le président déterminé à « dire les choses » ? La diminution de l’impôt de solidarité sur la fortune ? La baisse des aides personnalisées au logement ?

Non, ce qu’il n’accepte pas, c’est la lutte courageuse des salariés de GM&S Industry pour sauver ce qu’il reste des 277 emplois de leur usine de La Souterraine, dans la Creuse. Pour Emmanuel Macron, hier sur TF1, « certaines ou certains bloquent tout, se mêlent à des activistes – des activistes ! – violents, font tout pour bloquer les choses. Pourquoi ? Non pas pour retrouver un emploi ou pour proposer quelque chose d’autre, mais pour toucher ce qu’on appelle la supra-légale, c’est-à-dire un peu plus d’argent du licenciement. Je ne l’accepte pas. »

Avec la reprise de l’usine par le groupe d’emboutissage GMD, la Justice a validé le 07 septembre dernier le licenciement de 157 salariés sur 277. Leur combat, c’est de sauver les emplois de la deuxième entreprise de la Creuse, dont dépendent des dizaines de famille et d’activités annexes. Mais leur combat, c’est aussi de ne pas laisser sans rien les 157 salariés dégagés.

Ces lutteurs, nous les avons rencontrés à la Fête de l’Huma, avec le député insoumis Éric Coquerel, qui les soutient : « On n’est pas assez à soutenir. C’est pas normal, que face à une situation comme GM&S, on n’ait pas en France comme dans les années 1970 des milliers de personnes comme les gens qui s’étaient mobilisés derrière les LIP. »

Mais heureusement, une réunion de travail est prévue mardi 17 octobre à l’Élysée, en présence du Président de la République ! Et avec les salariés ? Non, seulement avec les élus de la Creuse. Les salariés, Emmanuel Macron a refusé de les rencontrer en Corrèze le 04 octobre dernier. Et vendredi 13, c’est le Premier ministre Édouard Philippe, en visite en Haute-Vienne, qui a refusé de les écouter.

Un entretien de Daniel Mermet avec les salariés en lutte de GM&S Industry, Éric Coquerel, député La France Insoumise et avec Nedjim Bouizzoul du groupe Labess, enregistré le samedi 16 septembre en direct et en public à la Fête de l’Huma.

Pour soutenir les salariés de GM&S Industry, vous pouvez leur écrire ou leur envoyer un chèque (à l’ordre de ASDSGMS) à l’adresse :
Association de Soutien et de Défense des salariés de GM&S
6 cité Jean Macé
Appartement 17
23 300 La Souterraine
(photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Écoutez la version radio de l’émission :

(photo : Vladimir Slonska-Malvaud)
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Le repaire d’Annecy-Meythet LE CHE vous propose un débat avec Mino FAÏTA, historien, habitant vers Cluses, auteur d’ouvrages sur la Grande Guerre. Le thème sera : Fusillés de la Grande Guerre, morts pour et par la France, une page jamais fermée... Avant ce débat, nous diffuserons grâce à nos amis du (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »