La lutte des GM&S ? « Je ne l’accepte pas », dit Macron Abonnés

1

Le

« Je ne l’accepte pas. » Voilà ce qu’Emmanuel Macron a déclaré ce dimanche 15 octobre aux trois journalistes venus l’interroger à l’Élysée. Qu’est-ce qui scandalise à ce point le président déterminé à « dire les choses » ? La diminution de l’impôt de solidarité sur la fortune ? La baisse des aides personnalisées au logement ?

Non, ce qu’il n’accepte pas, c’est la lutte courageuse des salariés de GM&S Industry pour sauver ce qu’il reste des 277 emplois de leur usine de La Souterraine, dans la Creuse. Pour Emmanuel Macron, hier sur TF1, « certaines ou certains bloquent tout, se mêlent à des activistes – des activistes ! – violents, font tout pour bloquer les choses. Pourquoi ? Non pas pour retrouver un emploi ou pour proposer quelque chose d’autre, mais pour toucher ce qu’on appelle la supra-légale, c’est-à-dire un peu plus d’argent du licenciement. Je ne l’accepte pas. »

Avec la reprise de l’usine par le groupe d’emboutissage GMD, la Justice a validé le 07 septembre dernier le licenciement de 157 salariés sur 277. Leur combat, c’est de sauver les emplois de la deuxième entreprise de la Creuse, dont dépendent des dizaines de famille et d’activités annexes. Mais leur combat, c’est aussi de ne pas laisser sans rien les 157 salariés dégagés.

Ces lutteurs, nous les avons rencontrés à la Fête de l’Huma, avec le député insoumis Éric Coquerel, qui les soutient : « On n’est pas assez à soutenir. C’est pas normal, que face à une situation comme GM&S, on n’ait pas en France comme dans les années 1970 des milliers de personnes comme les gens qui s’étaient mobilisés derrière les LIP. »

Mais heureusement, une réunion de travail est prévue mardi 17 octobre à l’Élysée, en présence du Président de la République ! Et avec les salariés ? Non, seulement avec les élus de la Creuse. Les salariés, Emmanuel Macron a refusé de les rencontrer en Corrèze le 04 octobre dernier. Et vendredi 13, c’est le Premier ministre Édouard Philippe, en visite en Haute-Vienne, qui a refusé de les écouter.

Un entretien de Daniel Mermet avec les salariés en lutte de GM&S Industry, Éric Coquerel, député La France Insoumise et avec Nedjim Bouizzoul du groupe Labess, enregistré le samedi 16 septembre en direct et en public à la Fête de l’Huma.

Pour soutenir les salariés de GM&S Industry, vous pouvez leur écrire ou leur envoyer un chèque (à l’ordre de ASDSGMS) à l’adresse :
Association de Soutien et de Défense des salariés de GM&S
6 cité Jean Macé
Appartement 17
23 300 La Souterraine

(photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Écoutez la version radio de l’émission :

(photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »