LÀ-BAS Hebdo n°21, première partie

Les droits des Roms sont les droits de l’Homme Abonnés

Le

Photo : © Daniel Mermet


Le bidonville de la rue Truillot à Ivry-sur-Seine, menacé d’expulsion (photo : Daniel Mermet)

« Il ne s’agit pas de stigmatiser. » C’est la phrase qui revient en boucle dès qu’on parle des Roms. Et plus cette précaution de ne pas « stigmatiser » est affirmée, moins elle est respectée. Modes de vie incompatibles, cultures différentes, les discours ne parlent pas de "race", mais c’est bien un racisme d’État qui s’exerce contre les Roms, et qui amplifie un racisme ordinaire alimenté par l’insalubrité des bidonvilles. Au-delà de l’indignation ou de la compassion, nous recevons le sociologue Éric Fassin, qui a co-écrit un livre sur la « politique municipale de la race ». Il veut repolitiser un enjeu qui n’a rien à faire avec un "choc des cultures", mais qui a tout à voir avec une lutte des plus pauvres qui font la quasi-unanimité contre eux.
Première partie de notre 21ème LÀ-BAS Hebdo avec, autour de Daniel Mermet :
- Éric Fassin, sociologue, professeur à l’Université Paris 8, co-auteur avec Caroline Fouteau, Serge Guichard et Aurélie Windels de « Roms & riverains : une politique municipale de la race » (2014, éditions La Fabrique)
- Gérard Filoche
- Gérard Mordillat
- Guillaume, David et Koni du groupe Nouvel R

LÀ-BAS Hebdo n°21 (extrait)
Cliquez sur la flèche, en-dessous du lecteur, pour écouter dans une autre fenêtre et continuer à naviguer sur le site

Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur (08’51)

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. Un racisme d’État (21’19)

(dessin : Aurel)

Refus de ramasser les ordures, refus de scolariser les enfants, absence de relogement en cas d’expulsion d’un bidonville, les atteintes aux droits des populations "Roms" sont multiples. Alors même que celles-ci, de nationalités bulgare ou roumaine, ont le droit de vivre et de travailler en France. Mais les Roms se heurtent à un racisme généralisé entretenu par les discours et les politiques publiques.

Éric Fassin et son équipe ont enquêté sur la montée du racisme contre les Roms, qui prospère sur une dépolitisation de cette question. C’est pourtant bien l’inaction politique à l’égard des Roms qui maintient l’insalubrité des bidonvilles, source de mécontentement de la part de certains riverains.


03. La vocation des Roms (12’28)

"Les Roms sont sales, ils volent, leurs enfants traînent dans les rues..." Loin de combattre ces préjugés répandus à l’encontre de toute une population, les politiques les utilisent à des fins de stratégie électorale : « Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres, et qui sont évidemment en confrontation, (...) et donc cela veut bien dire que les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie. » Voilà ce que disait sur France Inter le ministre de l’Intérieur Manuel Valls le 24 septembre 2013.

Pour le sociologue Éric Fassin, il faut comprendre que les politiques publiques maintiennent les "Roms" dans des conditions de vie indignes. C’est une véritable politique de "races" qui est menée par l’État, qui conduit à essentialiser dangereusement tout un groupe de personnes qui serait "culturellement" incompatible. À tel point que le 15 mai dernier, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale (Cerd) s’est inquiété publiquement dans un rapport de la « stigmatisation croissante » des Roms en France.


04. Gérard contre Gérard (15’33)

Gérard Filoche est — toujours — membre du Bureau national du Parti socialiste. Il revient donc de Poitiers où il participait au Congrès du PS. Le Congrès de « moitié » pour Gérard Filoche : moitié Macron, moitié Jaurès. Mais c’est la moitié Macron qui a gagné, et avec elle la ligne néo-libérale du gouvernement.
Et c’est Gérard Mordillat qui lui pose la sempiternelle question : quand Gérard Filoche va-t-il quitter le PS ?

Gérard Filoche (photo : Gaylord Van Wymeersch)


05. Gérard Mordillat : Le Monde du silence (06’34)

Nous sommes des spectateurs distraits. C’est ce qu’a compris Gérard Mordillat en revoyant Le Monde du silence, le film de Louis Malle et Jacques-Yves Cousteau, soixante ans après sa sortie. Distraits car nous n’avions pas vraiment vu tous les plaisirs auxquels s’adonnent les scientifiques marins : expériences à la dynamite, massacre d’un cachalot, chasse aux requins, rodéo à dos de tortues...

https://www.youtube.com/watch?v=3HwofK7P2GI

Musique :
- Raccourcis, par Guillaume, David et Koni du groupe Nouvel R, devant le public du Lieu-Dit
- La Pelleteuse, par Guillaume, David et Koni du groupe Nouvel R, devant le public du Lieu-Dit
Nouvel R sera en concert le 21 juin à Aubenas, le 03 juillet au festival du Thé Vert à Nogent-le-Rotrou, le 17 juillet au festival Convivial’été à Beaujé-en-Anjou >>>>>Toutes les dates sur leur site nouvelr-officiel.com.

Merci à Éric Fassin, Gérard Filoche, Gérard Mordillat et à Guillaume, David et Koni du groupe Nouvel R.

Merci aussi à Hossein et à l’équipe du Lieu-Dit.

Et n’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.