COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN

Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin Abonnés

1

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée.

Un monde sans nuit s’ennuie.

Qui est responsable ? Pour les uns c’est l’homme qui est la cause de tout ça, une créature immorale qu’il faut civiliser. Pour d’autres c’est une idéologie puissante et résiliente qu’on ose à nouveau nommer le capitalisme.

Le capitalisme en veut toujours plus. Produire toujours plus, consommer toujours plus, détruire toujours plus. On croit qu’il sera emporté à chaque catastrophe qu’il engendre mais chaque fois il est secouru. Cette fois encore nous savons que nous n’avons plus le choix. Nous devons limiter nos besoins. Mais quels sont nos besoins ? Et qui a besoin de quoi ? Il y a les besoins vitaux mais il y a aussi les besoins inutiles. On connait l’utilité de l’utile mais on ignore l’utilité de l’inutile. Qui doit en décider ? Comment appliquer la décision ? Cette fois le temps presse. Comment rompre avec le productivisme capitaliste qui engendre LES BESOINS ARTIFICIELS, aussi aliénants pour l’homme que destructeurs de l’environnement ? COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? La question est ancienne mais la réponse est urgente.

Rencontre avec le sociologue RAZMIG KEUCHEYAN, auteur de « Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme ? » (Zones, septembre 2019).

« Éloge de la nuit », Daniel MERMET (août 2002)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.