COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN

Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin Abonnés

1

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée.

Un monde sans nuit s’ennuie.

Qui est responsable ? Pour les uns c’est l’homme qui est la cause de tout ça, une créature immorale qu’il faut civiliser. Pour d’autres c’est une idéologie puissante et résiliente qu’on ose à nouveau nommer le capitalisme.

Le capitalisme en veut toujours plus. Produire toujours plus, consommer toujours plus, détruire toujours plus. On croit qu’il sera emporté à chaque catastrophe qu’il engendre mais chaque fois il est secouru. Cette fois encore nous savons que nous n’avons plus le choix. Nous devons limiter nos besoins. Mais quels sont nos besoins ? Et qui a besoin de quoi ? Il y a les besoins vitaux mais il y a aussi les besoins inutiles. On connait l’utilité de l’utile mais on ignore l’utilité de l’inutile. Qui doit en décider ? Comment appliquer la décision ? Cette fois le temps presse. Comment rompre avec le productivisme capitaliste qui engendre LES BESOINS ARTIFICIELS, aussi aliénants pour l’homme que destructeurs de l’environnement ? COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? La question est ancienne mais la réponse est urgente.

Rencontre avec le sociologue RAZMIG KEUCHEYAN, auteur de « Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme ? » (Zones, septembre 2019).

« Éloge de la nuit », Daniel MERMET (août 2002)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.