En hommage à l’historienne SUZANNE CITRON, Daniel MERMET reçoit LAURENCE DE COCK

La seule façon d’apprendre, c’est de contester

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Grève des enseignants, révisionnisme fascisant de Zemmour, ministre de l’Éducation nationale en guerre contre l’« islamo-gauchisme », autant de raisons d’évoquer le rôle fondamental de l’enseignement et notamment de l’enseignement de l’histoire. En 2018, Laurence de Cock, professeure d’histoire, rendait hommage à Suzanne Citron, historienne pionnière contre les détournements de l’histoire.
Une rediffusion gratos pour recharger vos batteries !
La seule façon d'apprendre, c'est de contester
par Là-bas si j'y suis

LA SEULE FACON D’APPRENDRE C’EST DE CONTESTER.
La grande historienne Suzanne CITRON, disparue à 96 ans, aimait répéter la phrase de Jean-Paul Sartre.
Pas seulement une phrase, toute sa vie elle a contesté l’enseignement de l’histoire comme un puissant moyen de propager la manière de voir de la classe dominante, dans l’éducation comme dans la vie publique. Son livre majeur, LE MYTHE NATIONAL (1987), qui démonte cette construction idéologique, a marqué une rupture et une prise de conscience face aux détournements de l’histoire.

La critique des médias s’est développée contre un élément majeur dans la fabrique de l’opinion, mais d’autres moyens tout aussi déterminants sont épargnés, comme l’enseignement de façon générale et l’enseignement de l’histoire en particulier.

La peur de la précarité a poussé tout l’enseignement vers le formatage et la soumission. Peu importent le sens et le contenu, l’impératif avant tout est d’acquérir examens et diplômes. Depuis 2011, AGGIORNAMENTO, un groupe d’enseignants inspirés par Suzanne CITRON et dont fait partie Laurence DE COCK, lutte pour un renouvellement de l’histoire et de la géographie dans l’enseignement.

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock, historienne, enseignante, co-auteure du livre La Fabrique scolaire de l’histoire (2ème édition, Agone, 2017), préfacé par Suzanne Citron.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !