Assigné à résidence, il est arrêté pour être allé au tribunal !

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Manuel Valls a déclaré vouloir « tout faire » pour notre « sécurité ». L’état d’urgence sera-t-il inscrit dans la Constitution malgré la mobilisation citoyenne ? Alors que les débats sur la révision de la Constitution sont en cours à l’Assemblée nationale ce vendredi 05 février, 381 personnes sont toujours assignées à résidence, pour des raisons plus ou moins justifiées.

C’est le cas de Younès. Nous lui avons consacré un reportage il y a quelques semaines. Younès 28 ans, vit à Goussainville, dans le Val-d’Oise en banlieue parisienne. Avant d’être assigné, Younès était chauffeur VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur). Mais depuis le 16 novembre, il ne peut plus travailler, ne peut plus gagner sa vie, ne peut plus quitter sa ville…

Et il doit pointer trois fois par jour au commissariat de Goussainville…

(photo : Emmanuel BROSSIER)

Il est accusé, pour le moment sans preuves, d’être un prétendant au terrorisme, un danger pour la sécurité du territoire national ayant connu l’un des frères Kouachi. Younès s’en défend, dans l’incompréhension totale de ce qui lui arrive. Il pense qu’il s’agit d’une erreur, qu’il a été confondu avec un homonyme, un autre Younès qui vit en Tunisie.

Atteint de narcolepsie, la maladie du sommeil, depuis l’âge de 16 ans, il suit un traitement très rigoureux qu’il a, en ce moment, du mal à tenir. Il souffre aussi psychologiquement, vivant cette situation comme une humiliation.

Younès doit se rendre trois fois par jour au commissariat, mais n’a exceptionnellement pas pu pointer le 3 février à 14 heures, puisqu’il était alors au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour l’audience de son procès. Une audience particulièrement importante, puisque son avocat, Me Gérard Tcholakian, demandait la suspension de son assignation à résidence.
Mauvaise surprise en revenant du tribunal. A peine était-il chez lui que Younès est arrêté… au motif qu’il n’a pas pointé le 3 février, à 14 heures. Mais comment pouvait-il être à la fois ici et là-bas ?

L’état d’urgence poursuit son chemin glissant...

Anaëlle VERZAUX a pu joindre Younès à la sortie de sa garde à vue, ainsi que son avocat Me Gérard TCHOLAKIAN. C’était dans l’émission « LA GUERRE DES CIVILISATIONS N’AURA PAS LIEU », notre LÀ-BAS Hebdo n°34 du 05 février 2016 :

YOUNÈS arrêté !

Merci à Younès et à son avocat Me Gérard TCHOLAKIAN.

entretiens : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »