Les trente ans de Là-bas en vidéo ! Troisième partie

Là-bas si j’y suis fête ses 30 ans (3/3) Abonnés

1

Le

Merci, merci, pour cette superbe fête modeste et géniale des trente ans de Là-bas. Nous voilà regonflés à bloc pour les castagnes à venir comme pour les baisers dans l’herbe tendre.

Pour les milliers d’abonnés qui n’ont pas pu venir mais qui rendent tout ça possible, pour les AMG de l’étranger qui ne pouvaient pas se déplacer, pour tous ceux qui étaient trop occupés à danser, à chanter et à manger les petits plats de la Confédé, voici la troisième et dernière partie en vidéo de cette grande soirée qui a réuni 900 personnes, un mardi soir de grève, le 21 janvier dernier :

Troisième partie :

Dans cette troisième partie, la comédienne Corinne Masiero, qui intérprête un titre inédit avec les « soeurs Chamots », Stéphanie et Audrey, Antoine Chao et les lamas de Bolivie, les incontournables Mouss & Hakim des Motivés, et Jean-Luc Mélenchon qui lit du Jean Jaurès !

Les intervenants :

- Corinne Masiero, comédienne, en compagnie de Stéphanie et Audrey Chamot, du groupe « Les Chamots »
- Jean-Luc Mélenchon, député, président du groupe France Insoumise
- Antoine Chao, producteur de l’émission « C’est bientôt demain » sur France Inter, ancien reporter de Là-bas si j’y suis.


Les musiciens :

- La Fanfare Tarace Boulba
- Mouss & Hakim
- Roch Havet et Guillaume Farley


Depuis 5 ans sur internet, Là-bas ne vit que grâce à ses abonnés. Pas de publicité, pas de subventions, pas d’actionnaires, les cotisations des abonnés sont notre seule source de revenus. Pour les 30 ans de Là-bas si j’y suis, rejoignez les 25 000 abonnés modestes et géniaux, profitez de l’offre éphémère « Spéciale 30 ans » !

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

présentation : Daniel Mermet et Jérémie Younes
son : Jérôme Chélius, Sylvain Richard et Alexandre Lambert avec Audiolight
vidéo : Jonathan Duong, Kévin Accart, Aurélie Martin, Alexis Martzolf et Eric Vromont avec Loca Image
montage : Pascal Montagna et Kévin Accart
préparation : Elodie Couratier, Marianne Khalili Roméo, Vladimir Slonska-Malvaud, Dillah Teibi, Gaylord Van Wymeersch, Sophie Simonot, Cécile Frey avec Collectif Prod et la complicité de Laurence Boffenda, Dany Bruet et Alain Fayard.

Merci au Centquatre-Paris, à la Confédération Paysanne et à Emmaüs et Option Meuble pour le mobilier.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.