LÀ-BAS HEBDO, voilà le numéro 4 ! Abonnés

Le , par Jonathan Duong, L’équipe de Là-bas

(dessin : Kroll)
LÀ-BAS HEBDO n°4 (extrait)
Vous n’êtes pas connecté. Identifiez-vous pour écouter l’émission intégrale.

IL Y A TOUJOURS DU SANG DE PAUVRE DANS L’ARGENT DES RICHES. LE LIVRE NOIR DES BANQUES le prouve une fois encore. Les auteurs ATTAC et BASTA ! continuent le combat contre le hold-up planétaire des banques. Depuis 2008 c’est la crise, donc la dette, donc la réduction du déficit budgétaire, donc l’austérité, donc le chômage et la précarité, donc la peur et la résignation, donc l’abstention ou bien le vote FN avec la colère qui vous reste. Ce livre vient démolir cette doxa oppressante qui nous ruine le moral, en montrant et en démontrant l’impact de la déréglementation bancaire, les manipulations et les crimes du système bancaire avec la complicité et le soutien des gouvernements et de la plupart des médias.

Un seul exemple, le scandale HSBC qui vient d’éclater dans le cadre de « l’industrie de l’évasion fiscale » rappelle ces « 600 milliards qui manquent à la France », le livre d’Antoine Peillon (2012, Le Seuil) qui, se basant sur les données du FMI et de la Banque Mondiale, indiquait que 220 milliards d’euros sont cachés dans les paradis fiscaux par les Français et 370 milliards d’euros par les grandes entreprises. Soit 590 milliards d’évasion fiscale. Le manque à gagner pour l’État est au moins de 30 milliards d’euros. Au total, évasion et fraude fiscale, c’est entre 60 et 80 milliards qui sont ainsi volés chaque année au bien public (voir nos deux émissions "De l’argent il y en a").

Ce n’est qu’une partie de l’iceberg de ce que Éric TOUSSAINT appelle dans son dernier livre la « BANCOCRATIE » (2014, éditions ADEN). Ces livres s’inscrivent dans un long combat pour éradiquer le capitalisme financier. Un combat décisif et difficile car les lobbys sont puissants, le charabia technique est fait pour nous égarer, mais c’est un effort indispensable pour abattre ce Léviathan !

Pourquoi nos responsables politiques sont soit complice soit otage de ce système qui privatise les profits et socialise les pertes ? Comment accepter que les banques ne consacrent que 10% de leurs actifs à des prêts aux entreprises et 15% aux ménages, alors que les 75% restants sont placés sur les marchés spéculatifs ? Et la question essentielle, peut-on mettre les banques au service de la société ?

Entretien avec Agnès ROUSSEAUX et Ivan DU ROY de Basta !, Patrick SAURIN, syndicaliste à SUD BPCE et Rachel KNAEBEL, journaliste.

(dessin : KAP)
Retrouvez les différentes séquences de l’émission :

- Redéfinition, interprété à la Bellevilloise par La Canaille :

"Redéfinition", LA CANAILLE

- Entretien avec Agnès ROUSSEAUX et Ivan DU ROY de Basta !, Patrick SAURIN, syndicaliste à SUD BPCE et Rachel KNAEBEL, journaliste, autour du Livre noir des banques (2015, éditions Les Liens Qui Libèrent).

- Jean ZIEGLER revient sur l’histoire du secret bancaire suisse :

Jean ZIEGLER

- Reportage à Bruxelles : Gaylord VAN WYMEERSCH

- « J’ai une faim de loup de Wall Street », par Marc NAMMOUR et Valentin DURUP (du groupe La Canaille).

- Didier PORTE se paie ARTHUR :

PORTE se paie ARTHUR
(photo : André Perlstein)


- Gérard FILOCHE apporte des munitions pour la lutte contre les nouvelles attaques contre les libertés et surtout pour le droit du travail dont il est un expert redoutable et redouté :

Gérard FILOCHE (12/02/2015)
(dessin : André-Philippe Côté)

Programmation musicale
- sur scène : Redéfinition et Monsieur Madame, par La Canaille
- Triohatala, par Stimmhorn
- Manipulez-nous mieux, par Didier Super
- Crise économique, par Hilarion Nguema

À voir
Le groupe La Canaille sera en concert :
- le 13 février 2015 au Café Charbon à Nevers
- le 14 février 2015 à La Carène à Brest
- le 19 février 2015 à La Dynamo Toulouse
- le 27 février 2015 à La Source à Fontaine
- le 28 février 2015 au festival Terres HIP HOP à Bobigny

À lire
- Le Livre noir des banques, un livre de Basta ! et Attac (2015, éditions Les Liens Qui Libèrent)

- Bancocratie, un livre d’Éric Toussaint (2014, éditions Aden)

Merci à l’équipe de La Bellevilloise.
Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages
au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Sur notre site

Dans les livres

  • Le livre noir des banques

    Des centaines de milliards d’euros : c’est ce qu’ont coûté les plans de sauvetage des banques françaises après le quasi-effondrement du système financier mondial en 2008, pris au piège de ses propres folies spéculatives. Indignation de l’opinion, grandes promesses de régulation : on allait voir ce qu’on allait voir pour recadrer une finance devenue « ennemie ». Six ans plus tard, où en est-on ? Les banques sont-elles redevenues utiles à l’économie et à la société ? C’est tout le contraire !
  • Bancocratie

    Ce livre permet de comprendre comment est survenue la crise, l’impact de la dérèglementation bancaire, la logique poursuivie par les banques privées, les manipulations et crimes auxquels elles se livrent régulièrement, les soutiens divers qu’elles reçoivent des gouvernants et des banques centrales. Écrit de manière simple, ce livre est un outil pour comprendre une dimension essentielle de la crise en cours.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le repaire itinérant de Dordogne organise ce 30 juin une grand opération drapeaux blancs. "Drapeaux blancs, partout, pour tout. Un drapeau blanc, des drapeaux blancs, par milliers, partout dans nos bourgades, dans les villes, aux balcons, devant nos écoles, nos hôpitaux, nos gares, nos mairies, nos (...)

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)