La fin de la vie privée ? Entretien avec Ignacio RAMONET.

L’empire de la surveillance

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
L’empire de la surveillance
par Là-bas si j'y suis

Pour dominer il faut contrôler. Pour contrôler il faut surveiller. Surveiller le plus efficacement, le plus intimement possible. C’est l’Allemagne nazie, c’est la Stasi, c’est La Vie des autres, c’est Big Brother. Mais c’est pas nous. Nous les grandes démocraties avec des institutions, des contre-pouvoirs et des droits fondamentaux. Sauf que ça n’est plus vrai. Aujourd’hui avec l’« inimaginable révolution numérique », c’est l’Empire de la surveillance qui s’impose partout selon Ignacio Ramonet. L’État est dépassé par la toute puissance de GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft.

Ignacio RAMONET vient de publier aux éditions Galilée L’Empire de la surveillance, suivi de deux entretiens avec Julian ASSANGE et Noam CHOMSKY.

Un entretien de Daniel MERMET.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS

Vous pouvez également écouter ou télécharger le son de la vidéo uniquement :

L’empire de la surveillance

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

L’empire de la surveillance

Voir aussi

À écouter :

- Ces braves gens qui surveillent, notre LÀ-BAS Hebdo n°36 du 19 février 2016, avec un reportage d’Anaëlle VERZAUX

À lire :

L’Empire de la surveillance, un livre d’Ignacio RAMONET, suivi de deux entretiens avec Julian ASSANGE et Noam CHOMSKY (2015, éditions Galilée)

À voir :

- Rear Window (Fenêtre sur Cour), un film d’Alfred Hitchcock

- Modern Times, un film de Charlie CHAPLIN (1936)

- The Truman Show, un film de Peter WEIR (USA, 1998)

- La Vie des autres, un film de Florian HENCKEL VON DONNERSMARCK (Allemagne, 2006)

- Minority Report, une nouvelle de Philip K. DICK (1956), adaptée au cinéma par Steven SPIELBERG (USA, 2002)

Sur notre site

Dans les livres

  • L’empire de la surveillance. Suivi de deux entretiens avec Julian Assange et Noam Chomsky

    ENQUÊTE AU CŒUR DE LA SURVEILLANCE MONDIALE ! Les spectaculaires révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden ont permis au plus grand nombre de découvrir que la protection de notre vie privée est désormais menacée par la surveillance de masse à laquelle nous soumettent les merveilleux outils (smartphones, tablettes, ordinateurs) qui devaient élargir notre espace de liberté… Pourtant, on mesure encore mal à quel point, et de quelle façon, nous sommes espionnés. Et donc contrôlés.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.