Avec Vincent Sizaire

L’autoritarisme, stade suprême du néolibéralisme Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] L’autoritarisme, stade suprême du néolibéralisme [RADIO]

Loic De Paujantec a réalisé un montage des « gueules cassées » par la répression du mouvement des « gilets jaunes », qui dessine le visage du ministre de l’Intérieur

9 000 gardes à vue, plus de 2 000 condamnations, près de 400 « gilets jaunes » en détention, des milliers de blessés, des mains arrachées, des gens éborgnés et même un mort, Zineb Redouane, tuée chez elle à Marseille par une grenade lacrymogène qu’elle a reçue en plein visage [1] : l’ampleur et la violence de la répression du mouvement des « gilets jaunes » depuis quatre mois est stupéfiante.

Un autoritarisme frappant auquel vient s’ajouter la loi dite « anti-casseurs » : même si la loi a déjà été votée par le Parlement, Emmanuel Macron s’est résolu à la soumettre au Conseil constitutionnel, pour calmer sa propre majorité inquiète par une loi qui donne aux préfets le pouvoir d’interdire à quelqu’un de manifester. Pour le député centriste Charles de Courson, interdire préventivement à une personne de se rendre à une manifestation, c’est « la dérive complète, on se croirait revenu sous le régime de Vichy [2] ».

Pour Vincent Sizaire, auteur de l’article « Des sans-culottes aux "gilets jaunes", histoire d’une surenchère répressive » dans Le Monde diplomatique d’avril, cette « surenchère répressive » est la suite logique des politiques néolibérales menées depuis trente ans. Puisque le gouvernement ne veut pas s’attaquer aux racines sociales et économiques de la contestation – ce serait reconnaître l’échec du néolibéralisme – la seule réponse apportée au mouvement des « gilets jaunes » est sécuritaire. Une « imposture sécuritaire » à laquelle on assiste depuis au moins vingt ans.

Programmation musicale :
- Trijas : Insecurité
- Poésie Zéro : CRS

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).