À Londres, une rencontre avec le cinéaste Ken Loach

Ken Loach : « J’essaie juste de raconter des histoires » Abonnés

1

Le

Le nouveau film de Ken Loach, Sorry We Missed You, est en salles depuis le 23 octobre. « Désolé, nous vous avons raté », c’est le mot que laissent les livreurs au domicile d’une personne absente : Ken Loach et son scénariste Paul Laverty s’attaquent cette fois aux nouvelles formes de travail précarisé, ce qu’on appelle l’« ubérisation » du travail. À l’occasion de la sortie de son film, nous vous proposons de revoir l’entretien que nous avions eu avec lui l’année dernière.

Alors que les vieux renégats de 68 reviennent rabâcher impuissance et renoncement, nous préférons vous offrir un bon coup de printemps au goût de lutte, de colère, de solidarité et d’espoir. Direction Londres pour une rencontre avec Ken Loach, un des réalisateurs les plus populaires au monde, 82 ans, 50 films, deux Palmes d’or et toujours le poing levé « pour le peuple contre les puissants ! »

Alors qu’en France, Macron et sa bande s’apprêtent à démolir et privatiser la SNCF, en Grande-Bretagne, au contraire, une majorité de tous âges demande la nationalisation du rail, de l’éducation, de la santé. Alors que Macron fait du Margaret Thatcher à la française, nos voisins acclament Jeremy Corbyn et demandent le retour de l’État social.

Comme souvent dans l’histoire politique occidentale, nos voisins d’outre-Manche ont une longueur d’avance. Colonisation, révolution industrielle, lutte des classes et rock ’n’ roll. En France, le néo-libéralisme est entré par la gauche, de façon plus sournoise. En Grande-Bretagne, Thatcher n’a pas pris de gants, la destruction sociale a été impitoyable et donc nos voisins ont compris plus vite et se battent plus clairement. C’est cette bataille que soutient Ken Loach et qu’il veut nous faire partager. En 2001, dans The Navigators, il racontait le désastre dramatique de la privatisation des chemins de fer. Ici, le combat ne fait que commencer.

Un entretien de Daniel Mermet avec Ken Loach.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».