JUAN BRANCO publie « ASSANGE. L’antisouverain ». Entretien avec Daniel MERMET

JUAN BRANCO POUR JULIAN ASSANGE Abonnés

1

Le

Le 24 février s’est ouvert à Londres le procès en extradition de Julian Assange. Privé de liberté depuis 2010, le journaliste fondateur de WikiLeaks est « réclamé » par les États-Unis pour dix-huit chefs d’inculpation. Assange risque une peine de 175 ans de prison.

Julian Assange n’a pas eu le droit de prendre la parole pendant l’audience qui doit déterminer si la Grande-Bretagne peut l’extrader vers les États-Unis. La juge lui a rappelé à plusieurs reprises que seuls ses avocats avaient le droit de s’exprimer. Sauf que Julian Assange assistait à l’audience enfermé dans un box vitré : il s’est plaint de ne pouvoir entendre correctement les débats, ni de pouvoir s’entretenir de manière confidentielle avec ses avocats. Les débats ont été suspendus ce jeudi 27 février, et doivent reprendre en mai. Ses nouveaux avocats en France, Me Éric Dupond-Moretti et Me Antoine Vey, ont annoncé vouloir déposer une nouvelle demande d’asile en France.

Pour comprendre pourquoi Assange ne doit pas être extradé vers les États-Unis, retrouvez notre émission du 5 février 2020 avec Juan Branco, soutien et ancien avocat en France de Julian Assange.

Jeudi 27 février 2020

Que s’est-il passé pour qu’un héros de la liberté devienne l’ennemi public numéro un ? En s’appuyant sur son expérience au sein de l’équipe juridique d’Assange, Juan Branco retrace le parcours incroyable du plus grand lanceur d’alerte de notre époque, « qui s’est peut-être brûlé les ailes, mais que nous pouvons encore sauver. »

En avril 2019, après 2 487 jours d’enfermement et de surveillance 24 heures sur 24 par la CIA, Julian Assange est exfiltré de l’ambassade de l’Équateur où il avait cru pouvoir se réfugier. Des hommes en noir le mènent à la prison antiterroriste de Belmarsh. Depuis, selon l’ONU, il est soumis à une torture incessante.

Que s’est-il passé en dix ans pour qu’un héros de la liberté – dont le travail a été repris et utilisé par les grands médias du monde entier – devienne l’ennemi public numéro un ? Qu’a commis Assange de si terrible pour qu’on accepte ainsi le renversement de son destin ?

Par contraste, Assange et WikiLeaks ont mis en lumière la connivence entre les médias et le pouvoir. Pas seulement avec le pouvoir des quelques milliardaires qui possèdent la grande majorité des médias, mais un lien de consanguinité qui unit les journalistes et leurs sources. Un lien évidemment apparent dans le journalisme de « connivence », mais qui est dissimulé dans le journalisme de « révélations ». Ce journalisme qui dénonce Cahuzac, Benalla ou François de Rugy avec ses homards ne remet pas en cause le système. Au contraire, en dénonçant la pomme pourrie, il sauve l’ensemble du panier. C’est là une fausse opposition agitant de fausses alternatives et pour qui, au fond, « un autre capitalisme est possible ».

Ce leurre, bien sûr, n’est pas nouveau. C’est à ce puissant fonds de commerce que Julian ASSANGE a été confronté. Dans un premier temps, le monde médiatique l’a porté au pinacle. Du New York Times au Monde, les plus grands titres ont largement exploité WikiLeaks. Jusqu’au moment où ils ont redouté que leur pouvoir ne s’effondre puisque n’importe qui pouvait avoir accès aux mêmes sources et pourrait bien un jour se passer de ces guides indispensables. C’est alors qu’Assange est devenu moins fréquentable et même plus fréquentable du tout.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong
image : Kévin Accart
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  À LIRE :

Juan Branco, Assange. L’antisouverain, éditions du Cerf, 2020

- À VOIR :

Zin TV, No extradition for Assange, 8 min, Bruxelles, 2019 :

No extradition for Assange
par zin tv

Sur notre site

À lire

  • Parlons de Julian Assange Abonnés

    Lire
    Le vendredi 16 novembre 2018, un document judiciaire daté du mois d’août, jusque-là tenu secret, a été révélé par des procureurs américains, par erreur semble-t-il. Ce document signifie l’inculpation de Julian Assange aux États-Unis, pour (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.