Jérusalem, capitale d’Israël ? Une analyse de Dominique Vidal et Laurent Bonnefoy

Jérusalem : Trump se fout du monde Abonnés

1

Le

(photo : Daniel Mermet)

Mépris du droit international, mépris des résolutions des Nations Unies, mépris du Conseil de sécurité (dont la Russie, la Chine et la France font partie), mépris de la terre entière, Donald Trump fait de Jérusalem la capitale d’Israël au détriment de la Palestine. Le seul dirigeant qui exulte, c’est Benyamin Netanyahou, le très droitier leader israélien.

Jérusalem la trois fois sainte, juive, chrétienne et musulmane, sera exclusivement israélienne. Une provocation redoutée depuis des décennies, la marque d’un ingérence totale des États-Unis qui renforce ainsi ses intérêts dans la région et qui augmente encore le clivage judaïsme/Islam, comme si les États-Unis cherchaient à se construire cet ennemi indispensable dont la chute du Mur les a privés.

Humilier les Palestiniens, c’est humilier les peuples arabes et musulmans dans le monde, c’est renforcer la radicalité des groupes islamistes, c’est aussi une forme de légitimation de la colonisation de la Palestine en violation du droit international.

Il faut rappeler une importante résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité en décembre 2016 [1] :

« Que l’acquisition de territoires par la force est inadmissible, que la création par Israël de colonies de peuplement dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, constitue une violation flagrante du droit international ». Elle « exige de nouveau d’Israël qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le territoire palestinien occupé » et estime que cette politique de colonisation « met gravement en péril la viabilité de la solution à deux États fondée sur les frontières de 1967. »

C’est bien Trump qui met le feu. Il faudra s’en souvenir face aux violences à venir.

Comme la totalité des États, la France « désapprouve ». Au point de se fâcher vraiment avec l’ami Netanyahou et le compère Trump ? Vraiment ?

D.M.

Un entretien de Jonathan Duong avec :

- Dominique Vidal, historien, journaliste, auteur avec Bertrand Badie du livre En quête d’alternatives : l’état du monde 2018 (2017, éditions La Découverte)

- Laurent Bonnefoy, chercheur au Centre de Recherches Internationales du CNRS et de Sciences-Po, auteur su livre Le Yémen, de l’Arabie heureuse à la guerre (2017, Fayard)

Écoutez l’émission par chapitres :

01. Une décision historique, mais pas une surprise

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.