Jérusalem, capitale d’Israël ? Une analyse de Dominique Vidal et Laurent Bonnefoy

Jérusalem : Trump se fout du monde Abonnés

1

Le

(photo : Daniel Mermet)

Mépris du droit international, mépris des résolutions des Nations Unies, mépris du Conseil de sécurité (dont la Russie, la Chine et la France font partie), mépris de la terre entière, Donald Trump fait de Jérusalem la capitale d’Israël au détriment de la Palestine. Le seul dirigeant qui exulte, c’est Benyamin Netanyahou, le très droitier leader israélien.

Jérusalem la trois fois sainte, juive, chrétienne et musulmane, sera exclusivement israélienne. Une provocation redoutée depuis des décennies, la marque d’un ingérence totale des États-Unis qui renforce ainsi ses intérêts dans la région et qui augmente encore le clivage judaïsme/Islam, comme si les États-Unis cherchaient à se construire cet ennemi indispensable dont la chute du Mur les a privés.

Humilier les Palestiniens, c’est humilier les peuples arabes et musulmans dans le monde, c’est renforcer la radicalité des groupes islamistes, c’est aussi une forme de légitimation de la colonisation de la Palestine en violation du droit international.

Il faut rappeler une importante résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité en décembre 2016 [1] :

« Que l’acquisition de territoires par la force est inadmissible, que la création par Israël de colonies de peuplement dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, constitue une violation flagrante du droit international ». Elle « exige de nouveau d’Israël qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le territoire palestinien occupé » et estime que cette politique de colonisation « met gravement en péril la viabilité de la solution à deux États fondée sur les frontières de 1967. »

C’est bien Trump qui met le feu. Il faudra s’en souvenir face aux violences à venir.

Comme la totalité des États, la France « désapprouve ». Au point de se fâcher vraiment avec l’ami Netanyahou et le compère Trump ? Vraiment ?

D.M.

Un entretien de Jonathan Duong avec :

- Dominique Vidal, historien, journaliste, auteur avec Bertrand Badie du livre En quête d’alternatives : l’état du monde 2018 (2017, éditions La Découverte)

- Laurent Bonnefoy, chercheur au Centre de Recherches Internationales du CNRS et de Sciences-Po, auteur su livre Le Yémen, de l’Arabie heureuse à la guerre (2017, Fayard)

Écoutez l’émission par chapitres :

01. Une décision historique, mais pas une surprise

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)