Jérusalem, capitale d’Israël ? Une analyse de Dominique Vidal et Laurent Bonnefoy

Jérusalem : Trump se fout du monde Abonnés

1

Le

(photo : Daniel Mermet)

Mépris du droit international, mépris des résolutions des Nations Unies, mépris du Conseil de sécurité (dont la Russie, la Chine et la France font partie), mépris de la terre entière, Donald Trump fait de Jérusalem la capitale d’Israël au détriment de la Palestine. Le seul dirigeant qui exulte, c’est Benyamin Netanyahou, le très droitier leader israélien.

Jérusalem la trois fois sainte, juive, chrétienne et musulmane, sera exclusivement israélienne. Une provocation redoutée depuis des décennies, la marque d’un ingérence totale des États-Unis qui renforce ainsi ses intérêts dans la région et qui augmente encore le clivage judaïsme/Islam, comme si les États-Unis cherchaient à se construire cet ennemi indispensable dont la chute du Mur les a privés.

Humilier les Palestiniens, c’est humilier les peuples arabes et musulmans dans le monde, c’est renforcer la radicalité des groupes islamistes, c’est aussi une forme de légitimation de la colonisation de la Palestine en violation du droit international.

Il faut rappeler une importante résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité en décembre 2016 [1] :

« Que l’acquisition de territoires par la force est inadmissible, que la création par Israël de colonies de peuplement dans le territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, constitue une violation flagrante du droit international ». Elle « exige de nouveau d’Israël qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le territoire palestinien occupé » et estime que cette politique de colonisation « met gravement en péril la viabilité de la solution à deux États fondée sur les frontières de 1967. »

C’est bien Trump qui met le feu. Il faudra s’en souvenir face aux violences à venir.

Comme la totalité des États, la France « désapprouve ». Au point de se fâcher vraiment avec l’ami Netanyahou et le compère Trump ? Vraiment ?

D.M.

Un entretien de Jonathan Duong avec :

- Dominique Vidal, historien, journaliste, auteur avec Bertrand Badie du livre En quête d’alternatives : l’état du monde 2018 (2017, éditions La Découverte)

- Laurent Bonnefoy, chercheur au Centre de Recherches Internationales du CNRS et de Sciences-Po, auteur su livre Le Yémen, de l’Arabie heureuse à la guerre (2017, Fayard)

Écoutez l’émission par chapitres :

01. Une décision historique, mais pas une surprise

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]