Une rencontre en 1991 avec YESHAYAHOU LEIBOWITZ, célèbre intellectuel israélien sioniste et opposant radical à la colonisation (PODCAST 14’43 - ARCHIVE)

Israël : la colonisation a corrompu l’État et les consciences

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Écouter l’entretien :

[RADIO] Israël : la colonisation a corrompu l’État et les consciences
Yeshayahou Leibowitz (1903-1994) fut l’un des intellectuels les plus marquants de la société israélienne. Très écouté, très redouté, il n’a pas cessé de mettre en cause avec force la politique de son pays. À commencer par la colonisation « qui corrompt l’État et les consciences ». À contre-courant de l’euphorie guerrière de la guerre des Six-Jours, il recommandait haut et fort de rendre les territoires. Une contestation étonnante de la part d’un sioniste assumé qui soutenait ainsi le courant israélien qui s’est toujours opposé à la colonisation. Philosophe, scientifique, théologien, moraliste, ancien officier de la Haganah, rédacteur de l’Encyclopédie hébraïque, tribun puissant, il était la « mauvaise conscience d’Israël ». Alors que partout des manifestations se multiplient en soutien au peuple palestinien (sans ignorer, on l’espère, les victimes israéliennes), il est utile de retrouver la voix du « prophète de la colère ». Nous l’avions rencontré en septembre 1991, chez lui à Jérusalem, où sa porte était toujours ouverte. C’était il y a 33 ans.

« IL Y A UN CHEMIN QUI MÈNE DE L’HUMANITÉ, PAR LA NATIONALITÉ, À LA BESTIALITÉ ! »

Antisémite ! En pleine panique morale, le lobby qui soutient le massacre des Palestiniens n’a plus que cette invective en brandissant le massacre des Israéliens du 7 octobre.

Or l’histoire n’a pas commencé ce jour-là.

Depuis 1948, Israël a mené quinze guerres contre Gaza.

Pourquoi ? C’est une histoire complexe mais qui peut se rapprocher d’une mémoire française, la colonisation. La référence à la « guerre » d’Algérie peut permettre de comprendre la tragédie de Gaza.

Le sionisme s’est développé à la fin du XIXe siècle quand le colonialisme triomphant s’étendait sur le monde. Mais en 1948, alors que ce colonialisme, suite à la guerre, amorçait son déclin, c’est là que naissait Israël, au détriment des populations arabes chassées de leurs demeures et de leur terre.

Et depuis 75 ans, malgré tous les avertissements, tous les efforts, toutes les espérances, c’est finalement ce nationalisme colonial obscurantiste et violent qui a imposé sa spirale de massacres sans fin.

Des voix israéliennes ont combattu ces aveuglements, y compris dans le camp sioniste. Voix plus rares aujourd’hui mais qui résistent. La plus claire et la plus forte – et la plus singulière – est sans doute la voix de Yeshayahou Leibowitz, rencontré en 1991.

YESHAYAHOU LEIBOWITZ (1903-1994) fut l’un des intellectuels les plus marquants de la société israélienne. Très écouté, très redouté, il n’a pas cessé de mettre en cause avec force la politique de son pays. À commencer par la colonisation qui corrompt l’État et les consciences. À contre-courant de l’euphorie guerrière de la guerre des Six-Jours, il recommandait haut et fort de rendre les territoires. Une contestation étonnante de la part d’un sioniste assumé qui soutenait ainsi le courant israélien qui s’est toujours opposé à la colonisation. Philosophe, scientifique, théologien, moraliste, ancien officier de la Haganah, rédacteur de l’Encyclopédie hébraïque, tribun puissant, il était la « mauvaise conscience d’Israël ».

Alors que partout des manifestations se multiplient en soutien au peuple palestinien (sans ignorer, on l’espère, les victimes israéliennes), il est utile de retrouver la voix du « prophète de la colère ».

Nous l’avions rencontré en septembre 1991, chez lui à Jérusalem, où sa porte était toujours ouverte. C’était il y a 33 ans.

Daniel Mermet

« Placer des millions d’Arabes sous l’autorité juive, c’est détruire l’essence humaine et juive de l’État et détruire la structure sociale que nous avons établie, c’est couper l’État du peuple juif dans le monde comme de la continuité de l’histoire et de la tradition juives, c’est anéantir le peuple juif et pervertir l’homme israélien. »

Yeshayahou Leibowitz, La mauvaise conscience d’Israël. Entretiens avec Joseph Algazy, Paris, Le Monde éditions, 1994


C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !