Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public

HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] Abonnés

1

Le

C’était la Fête du cochon, ce dimanche 03 septembre, à Hayange, en Moselle. L’occasion comme chaque année pour le maire Front National de mettre en avant « nos traditions d’abord », pour cette fête cochonne qui tombe – mais c’est sans doute un hasard – en même temps que la fête musulmane de l’Aïd. Cette année, Fabien Engelmann a été interrompu par des militants vegan du collectif 269 Life, qui ont jeté du faux sang sur le maire aux cris de « ni racisme, ni spécisme ».
À quelques kilomètres de là, dans cette même vallée de la Fensch, le maire communiste d’Algrange organisait un autre événement, une « Fête du monde » pour « partager et découvrir les cultures des 5 continents ».
En avril dernier, Là-bas était en direct et en public à Serémange-Erzange, la ville communiste voisine d’Hayange, avec « ceux qui font face au Front ». Nous vous proposons de réécouter celles et ceux qui luttent et résistent, sur place :

[EXTRAIT] HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT



C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche. Et même il l’a fait arracher, et même il l’a fait repeindre en bleu ! C’est curieux, lui qui aime le cochon, lui qui fait la Fête du cochon.

Le maire d’Hayange, Fabien Engelmann, et le vice-président du Front national, Florian Philippot, à la Fête du cochon (septembre 2016)

Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014.

Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT, le jeune maire d’Hayange est très habile pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier.

Et les habitants d’Hayange, sont-ils contents ? On vous répond que oui. Que si le maire se présentait dimanche prochain, il serait largement réélu.

Tous contents ? Vraiment ?

Face à ce maire qui occupe toute la scène médiatique, nous avons voulu équilibrer un peu et donner un peu de place à ceux qui ne sont pas aussi contents que ça.

Et nous voilà à côté, juste à côté, dans la ville voisine de SERÉMANGE-ERZANGE. Même situation, même population, même histoire, sauf que là, c’est une municipalité communiste. Et ça marche pas plus mal et même plutôt mieux.

Ainsi, à quelques centaines de mètres, les mêmes genres de gens peuvent voter de façon complètement opposée.

Ici, c’est la vallée de la Fensch. C’était la sidérurgie, c’était les mines, c’était les hauts fourneaux. C’était l’empire de la famille de Wendel, l’une des plus puissantes dynasties du capitalisme paternaliste qui régnait sur l’industrie, sur la banque, sur la politique, sur la presse. Et qui aujourd’hui se contente juste de faire un peu dans la finance...

Vallée de la Fensch, hier 80 000 emplois, aujourd’hui à peine 4 000.

Pour les habitants, cette catastrophe sociale a été marquée par trois trahisons historiques, trois noms : François Mitterrand, Nicolas Sarkozy, François Hollande. Trois fois, la main sur le cœur ( tout comme aujourd’hui Emmanuel Macron chez Whirlpool à Amiens) ils sont venus leur assurer, leur promettre, leur jurer que les emplois seront sauvegardés.

Trahison, désillusion : les causes du vote FN sont là, les politiques néo-libérales sont responsables de la montée du FN.

C’est avant tout le néo-libéralisme de François Mitterrand, de Nicolas Sarkozy, de François Hollande qui est responsable de la lepénisation des milieux populaires.

La gauche embourgeoisée s’est contentée de crier au fascisme, et à la peste brune, et au retour des années noires, sans chercher à comprendre les causes mais en utilisant – et même en construisant – cet épouvantail pour se présenter en rempart contre le racisme et la xénophobie.

Bon. Voilà des mots. Reste l’essentiel. Comment faire front contre le Front ? Comment fait-on sur place ? quelles résistances ? quelles oppositions ?…

Serge JURCZAK, le maire de Serémange-Erzange, nous a ouvert son théâtre.

Et voilà nos invités :

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Patrice HAINY, ancien adjoint au maire d’Hayange

- Anne DUFLOT-ALLIEVI, présidente du comité local du Secours populaire français

- Hugues MILLER, délégué CGT à la mairie d’Hayange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

Une émission enregistrée en public et direct au théâtre de Serémange-Erzange, le 11 avril 2017.


Les différentes séquences de l’émission :

01. Un message sur le répondeur de Là-bas si j’y suis

01. Un message sur le répondeur de LÀ-BAS

02. L’histoire de la vallée des « ange »

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

03. De promesses en promesses

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

04. Une consternante indigence

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Patrice HAINY, ancien adjoint au maire d’Hayange

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle

- Anne DUFLOT-ALLIEVI, présidente du comité local du Secours populaire français

- Hugues MILLER, délégué CGT à la mairie d’Hayange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

05. Quelles alternatives ?

Avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge JURCZAK, maire PCF de Serémange-Erzange

- Gilles WOBEDO, infirmier, président de l’association citoyenne « Hayange Plus Belle Ma Ville »

- Lionel BURIELLO, secrétaire général du syndicat CGT Arcelor Mittal, candidat France Insoumise à l’élection législative 2017

- Marc OLÉNINE, fondateur de l’université populaire de la Fensch

- Aurélie FILIPPETTI, députée PS de la Moselle


Musique, en direct au théâtre de Serémange-Erzange :
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Au secours
- If If Between : Auteuil-Neuilly-Passy
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Peur d’avoir raison
- Major Taylor et Smokey & The Bum Boys : Fais-toi belle
- If If Between : I lost my fucking keys

Merci à Lucie BOUVAREL du Républicain lorrain, à la mairie de Serémange-Erzange, à Didier, à Éric et à toute l’équipe du théâtre municipal de Serémange-Erzange.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Sylvain RICHARD et Jérôme CHELIUS
préparation : Dillah TEIBI et Pauline BOULET

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

▶ À ÉCOUTER :

"Il n’y a que ceux qui luttent qui gagnent", un reportage à Hayange de Charlotte PERRY, dans l’émission Comme un bruit qui court, sur France inter (15 octobre 2016)

▶ À LIRE :

Grand Est, une bande dessinée de Denis ROBERT et Franck BIANCARELLI (éditions Dargaud, 2016)

Mandala sur Fensch, un livre de Marc OLÉNINE (2015)

▶ À VOIR :

Du fer à la finance, l’empire Wendel, un documentaire de Patrick BENQUET et Marlène BENQUET (produit par la Compagnie des Phares et Balises, 2017)

Sur notre site

À écouter

  • LES COCUS DU FRONT (2) : un reportage de Sylvie COMA

    Les cocus du Front Abonnés

    Écouter
    On en parle peu, mais en deux ans, 400 élus aux municipales sur 1 500 ont claqué la porte du FN. Adhésion et démission sont le lot de tous les partis, mais ce chiffre de 28% est considérable. Pourquoi ces désillusions (...)
  • LES COCUS DU FRONT (1) : un reportage de Daniel MERMET et Dillah TEIBI

    À Hayange, comment j’ai quitté le FN Abonnés

    Écouter
    Le 11 avril, nous serons en direct d’Hayange pour une grande émission spéciale « Doléances et résistances » au théâtre de SERÉMANGE à 20h, on vous attend, mais déjà voici une rencontre avec Patrice HAINY, un élu qui a quitté la mairie FN (...)
  • Émission spéciale « Doléances et Résistances » en direct de Béziers

    Merci Béziers ! Accès libre

    Écouter
    Formidable succès dimanche à Béziers ! Merci à toutes et tous, c’est un contre-courant qui s’est manifesté, un contre-feu qui s’est allumé. Dimanche, sous le chapiteau de sortieOuest, le public était si nombreux que beaucoup ont dû suivre (...)

À voir

Dans les livres

  • L’illusion nationale

    Pendant deux ans, Valérie Igounet et Vincent Jarousseau se sont rendus dans trois villes dirigées par le FN : Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont. Ils ont pris des notes et des images, ils ont rencontré et photographié les habitants, ces personnes que la présidente d’extrême-droite nomme les « invisibles ». Ils les montrent et leur donne la parole. Tout ce que vous allez lire et voir dans ce livre est vrai. Rien n’a été inventé. Sauf la forme de cet ouvrage. Mi-texte, mi-photo. Un roman-photo, en fait, comme support à un documentaire historique. C’est aussi réussi qu’efficace.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.