Un point sur la retraite par points avec l’inspecteur Filoche

Gérard Filoche explose Macron Abonnés

1

Le

Étude d’impact bidonnée, avis négatif du Conseil d’État, déséquilibre financier artificiel, valeur du point indexée sur un indicateur qui n’existe pas, la nouvelle étape de la lutte contre la réforme des retraites a mis en évidence une série de bizarreries et d’incohérences à peine croyables.

Pourtant, le texte avance. Le projet de loi est arrivé dans l’hémicycle lundi 17 février et malgré l’âpre bataille parlementaire qui s’annonce (40 000 amendements ont été déposés par l’opposition), on voit mal ce qui pourrait l’arrêter, alors que le gouvernement menace de recourir au 49-3. A-t-on déja perdu ? Ou est-ce qu’au contraire, toutes ces erreurs du pouvoir annoncent l’échec de la « réforme » ?

Contre le défaitisme ambiant, 15 minutes de l’inspecteur Gérard Filoche, et ça repart !

[EXTRAIT] Gérard Filoche explose Macron

Les arguments de Gérard Filoche, en bref :

- 40 000 amendements ont été déposés par l’opposition à l’Assemblée nationale. L’examen des articles n’a pas pu avoir lieu en commission dans les temps impartis, puisque le texte passe en « procédure accélérée ». Résultat : c’est le texte initial qui se retrouve dans l’hémicycle. Motif possible d’inconstitutionnalité.

- Emmanuel Macron disait dans son programme « qu’il n’y avait pas de problème financier avec les retraites ». Pourtant, aujourd’hui, le gouvernement demande aux syndicats de trouver 113 milliards d’économie sur les 7 prochaines années. Résultat : la CGT, qui conteste l’existence d’un déficit, a claqué hier la porte de la conférence de financement, isolant un peu plus la CFDT.

- L’âge d’équilibre à 64 ans qui était « la ligne rouge » de Laurent Berger a été allègrement franchie : dans le texte discuté en ce moment à l’Assemblée, il est prévu que l’âge d’équilibre recule d’un mois chaque année. Résultat, pour la génération des années 90, on se retrouve déjà à un âge d’équilibre à plus de 66 ans. Laurent Berger est prié de manger son chapeau.

- Contrairement à ce qui avait été annoncé par Edouard Philippe, la valeur du point ne sera pas indexée sur les salaires, mais sur le « revenu d’activité moyen par tête ». Vous ne savez pas ce que c’est ? C’est normal : cet indicateur n’existe tout simplement pas ! Et le gouvernement compte obliger l’INSEE à le créer, en fixant les modalités par décret...

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.