Pour notre invité Rony Brauman : « Gaza c’est l’échec du projet sioniste »

Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts. Un entretien avec Rony Brauman

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts
par Là-bas si j'y suis
Quatre mois après le sept octobre, le massacre du peuple palestinien continue jour et nuit. Malgré le soutien des États-Unis, qui ont livré près de 30 000 tonnes de bombes à Israël par bateau et par avion, la toute puissante armée israélienne ne parvient pas à « éradiquer » les forces du Hamas, ni à libérer les otages.

Dans cette guerre asymétrique, le Goliath Israël semble chanceler devant le David palestinien. « Semble » car le massacre a lieu à huis-clos, la presse internationale est interdite. Les journalistes arabes présents constituent la cible préférée des snipers israéliens. Mais au-delà de ce bras de fer, c’est une défaite morale pour le pouvoir israélien. Réunie à La Haye, la Cour Internationale de Justice (CIJ) a réuni suffisamment de preuves pour considérer qu’il y a risque de génocide dans la stratégie menée par Isräel, et qu’il convient de prendre rapidement des mesures.

La « cause palestinienne » est revenue au tout premier plan avec le soutien d’une grande partie du monde, surtout de la part des pays issus du colonialisme, rebaptisés « sud global », mais des manifestations de soutien retentissent aussi aux États-Unis dans la communauté juive qui se libère des puissantes organisations sionistes, à la différence de la France où règne la crainte d’être qualifié « d’antisémite », ce qui entrave l’information et le débat public.

Pour notre invité Rony Brauman, né à Jerusalem, médecin, ancien président de MSF : « Aujourd’hui Gaza c’est l’échec du projet sioniste ».
D.M.

Écouter l'émission version radio

[VIDÉO] Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts

Merci à Rony Brauman et Hossein et toute l’équipe du Lieu-Dit
journalistes : Daniel Mermet, Rosa Moussaoui
image : Jeanne Lorrain, Brendan Vinet, Alicia Warin
montage : Cécile Frey
son : Franck Haderer, Sylvain Richard, Arthur Braesch
musique : Washing Jazz Machine
réalisation : Jonathan Duong

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »