Émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique

« Fraudeur, casseur, polygame »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Quelques jours après la victoire de Donald TRUMP, Là-bas si j’y suis reçoit au Lieu-Dit l’équipe du Monde diplomatique pour évoquer la politique étrangère du futur président des États-Unis et la bataille pour libérer Mossoul.

L’occasion aussi de faire un petit tour d’Europe de l’obscurantisme : en Pologne où les militants catholiques brandissent les évangiles et Jean-Paul II pour justifier le durcissement des lois contre l’avortement qui sont déjà les plus restrictives d’Europe. En Hongrie, où le nationalisme frénétique de l’extrême droite est porté par des groupes de rock. Restaient, pour se consoler, les câlins prodigués à 32 millions de personnes par Amma, la gourou indienne. Une « maman » honorée par les Nations Unies et reçue par le pape, qui a créé un empire où l’argent coule à flots.


Couverture de Valeurs Actuelles (25 août 2016)

En seconde partie, comment tordre le cou aux idées fausses et aux déclarations sur les pauvres et la pauvreté qui se libèrent, qui sont colportées par une certaine presse, comme Valeurs Actuelles, et qui sont proclamées par le Front National, pour qui les pauvres sont des « tricheurs, fraudeurs, casseurs et polygames ».

Avec Claire HÉDON, la présidente d’ATD-Quart Monde et Malika ZEDIRI, porte-parole de l’APEIS (Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et travailleurs précaires).

Face à l’avalanche d’insultes et de contre-vérités dont sont victimes les pauvres, ces deux femmes réagissent et partent en guerre.

Avec, autour de Daniel MERMET, l’équipe du Monde diplomatique du mois de novembre :
 Akram BELKAÏD, casse-tête américain à Mossoul
 Audrey LEBEL, l’obscurantisme polonais contre l’avortement
 Jean-Baptiste MALET, Amma, l’empire du câlin
 Évelyne PIEILLER, le beau Danube noir

ainsi que :
 Claire HÉDON, présidente d’ATD-Quart Monde
 Malika ZEDIRI, porte-parole de l’APEIS (Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et travailleurs précaires)

Écouter l'émission

  • 01. Vos messages sur le répondeur

    - MP3 - 11.5 Mio

  • 02. Akram BELKAÏD, casse-tête américain à Mossoul

    - MP3 - 17 Mio

  • 03. Audrey LEBEL, l’obscurantisme polonais contre l’avortement

    - MP3 - 9.6 Mio

  • 04. Jean-Baptiste MALET : Amma, l’empire du câlin

    - MP3 - 14.3 Mio

  • 05. Évelyne PIEILLER, le beau Danube noir

    - MP3 - 16.5 Mio

  • 06. Les idées fausses sur les pauvres

    - MP3 - 14.9 Mio

  • 07. Politique ou caritatif ?

    - MP3 - 11.3 Mio

  • 08. La droite fait un concours

    - MP3 - 11.9 Mio

« Fraudeur, casseur, polygame » [INTÉGRALE]
Là-bas si j’y suis

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur
Là-bas si j’y suis
02. Akram BELKAÏD, casse-tête américain à Mossoul
Là-bas si j’y suis
03. Audrey LEBEL, l’obscurantisme polonais contre l’avortement
Là-bas si j’y suis

Mata AMRITANANDAMAYI, dite Amma (« Maman »)

04. Jean-Baptiste MALET : Amma, l’empire du câlin
Là-bas si j’y suis
05. Évelyne PIEILLER, le beau Danube noir
Là-bas si j’y suis

Claire HÉDON

06. Les idées fausses sur les pauvres
Là-bas si j’y suis
07. Politique ou caritatif ?
Là-bas si j’y suis

Malika ZEDIRI

08. La droite fait un concours
Là-bas si j’y suis

Programmation musicale :
 Didier SUPER : Y’En A Marre Des Pauvres
 Romain DUDEK : Les Salauds De Pauvres

Merci à Akram BELKAÏD, Audrey LEBEL, Jean-Baptiste MALET, Évelyne PIEILLER, Claire HÉDON et Malika ZEDIRI.

Merci aussi à Hossein et à l’équipe du Lieu-Dit, ainsi qu’à Sophie DURAND-NGÔ du Monde Diplomatique.

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Sylvain RICHARD et Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
vidéo : Jonathan DUONG, Jeanne LORRAIN et Pascale ALIBERT

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !