Manifestation du Comité Adama samedi à 14h30 à Paris, Gare du Nord

François Ruffin/Assa Traoré : la rencontre Abonnés

Le

François Ruffin et Assa Traoré : leur divergence a fait du bruit ! Ils ont accepté de se retrouver pour débattre avec Daniel Mermet. Et aussi avec Youcef Brakni et Taha Bouhafs, membres du comité « La Vérité pour Adama » .

Le 21 septembre 2017 au Havre, François Ruffin avait déclaré à propos de la mort d’Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise :

« Moi, je crois à l’enquête d’abord. Aujourd’hui, j’ai entendu les propos et j’y étais déjà sensible puisque j’ai publié un papier, mais je ne vais pas me positionner avant d’être intimement convaincu. Je veux faire mon travail. En toute matière, je commence par mener l’enquête d’abord. Ce à quoi je peux m’engager, c’est à vous recevoir pour que vous me filiez les preuves, qu’on regarde le dossier et que je mène l’enquête, que j’en sois intimement convaincu. [1] »

Ses propos avaient suscité des sifflets et des huées. Nous leur avons proposé de se retrouver pour débattre.

Un entretien de Daniel Mermet avec :

- Assa Traoré, sœur d’Adama, membre du comité « La Vérité pour Adama »

- François Ruffin, député La France insoumise de la Somme

- Youcef Brakni, membre du comité « La Vérité pour Adama »

- Taha Bouhafs, militant des quartiers, France insoumise

Geoffroy de Lagasnerie explique les raisons de manifester sur son blog Mediapart [2] :

Pourquoi il faut manifester avec le Comité Adama samedi 13 octobre

Le comité Adama appelle à une manifestation puissante, le samedi 13 octobre suite à la publication du 4ème rapport d’expertise sur les causes de la mort d’Adama Traoré. Cette 4ème expertise est un acte de guerre. Contre la famille Traoré bien sûr. Mais plus largement contre le mouvement social qui se développe avec et autour du comité Adama depuis plus de 2 ans.

Le comité Adama appelle à une manifestation puissante, le samedi 13 octobre suite à la publication du 4ème rapport d’expertise sur les causes de la mort d’Adama Traoré le 19 juillet 2016 à la gendarmerie de Persan. Il y a déjà eu plusieurs expertises sur la mort d’Adama Traoré. Comme s’il fallait absolument semer la confusion, elles ont toutes apporté des explications différentes : infection, fragilité cardiaque, asphyxie… Cette fois-ci, le rapport est insensé : Adama Traoré se serait en quelque sorte auto-détruit. Le fait d’avoir couru 400 mères en 15 minutes auraient constitué un « effort maximal » qui aurait engendré la mort du jeune homme de 24 ans (pourtant reconnu comme sportif). Pour expliquer la mort d’Adama, les experts prennent tous les éléments en compte – la chaleur, la course, l’état de santé, etc. – sauf 2, toujours écartés : l’intervention des gendarmes (qui lui ont fait supporter le poids de 3 corps, 250 kg) et la non-assistance à personne en danger. Pourquoi ? Car ce qui est présenté comme la conclusion de l’expertise est en fait le but de « l’expertise » et son point de départ : expliquer la mort d’Adama en sortant les gendarmes du tableau (cf. l’article du Monde qui a rendu public ce rapport et qui ne cache pas ses interrogations que l’on peut consulter ici).

Cette 4ème expertise est un acte de guerre. Contre la famille Traoré bien sûr. Mais plus largement contre le mouvement social qui se développe avec et autour du comité Adama depuis plus de 2 ans. Les mensonges et manipulations qu’elle contient sont à la hauteur de l’effet de déstabilisation et de critique sociale que porte ce mouvement. C’est comme si l’institution disait : rentrez chez vous, vous vous battez pour rien, il ne s’est rien passé, Adama Traoré est mort tout seul, et sa mort n’a rien à voir avec l’ordre policier, les pratiques des gendarmes, les techniques d’interpellation, le racisme, etc.

Manifester samedi, c’est répondre à cette agression – c’est faire la guerre à cet acte de guerre.

Séquence politique

Nous nous situons ici dans une séquence politique forte. Car l’opération accomplie par l’expertise à propos de la mort d’Adama Traoré n’est pas isolée. Elle s’inscrit dans une histoire politique. Faire comme si, quand ils meurent entre les mains des forces de l’ordre, les individus meurent tout seul n’est pas nouveau. C’est une opération classique : on l’a déjà vu à l’œuvre à plusieurs reprises : ça a déjà été le cas avec Malik Oussekine tabassé en 1986 par des policiers mais dont la mort avait d’abord été imputée à une insuffisance rénale. On peut rappeler l’affaire Wissam El-Yamni – l’une des plus scandaleuses de ses dernières années – qui, selon la Justice, ne serait pas mort sous les coups de la police mais d’un mystérieux « cocktail toxique » (www.justicepourwissam.com). Mais aussi l’affaire Mirval, prisonnier mort étouffé lors d’un transfert en prison et à propos duquel 6 expertises vont se succéder pour tenter de démontrer qu’il serait le seul responsable de sa propre mort (https://journals.openedition.org/conflits/1584#tocto1n2).

Mensonge = mort

Il n’y a rien de nouveau à dire que les États mentent, cachent la vérité, n’assument pas leur responsabilité, inventent des narrations publiques des faits contraires à la réalité (on a vu sur tant d’événements historiques à quel point il faut du temps à l’État pour reconnaître ses responsabilités, qu’il suffise de mentionner ici l’affaire Audin). Mais ce qui est important, c’est que le mensonge ne vise pas seulement à couvrir les actions des forces de l’ordre. Il fait partie du système qui produit l’exposition à la mort ou à la violence de certaines populations, notamment, les jeunes garçons noirs et arabes des quartiers populaires.

On sait que par exemple la plaque commémorative pour Malik Oussekine rue Monsieur-le-Prince dit que celui-ci a été « frappé à mort ». Mais elle ne rajoute pas : « par la police ». Ne pas dire que Malik Oussekine est mort frappé par la police, c’est s’interdire de mettre en question la police, l’usage de la force et c’est donc rendre possible la mort d’autres Malik Oussekine. Dire, comme on essaie de le faire aujourd’hui, qu’Adama Traoré est mort tout seul, c’est vouloir empêcher de mettre en question les pratiques des gendarmes et de la police, l’idée d’interpellation, les techniques, la domination raciale, etc. Et c’est alors rendre possible la mort d’autres Adama Traoré…

Manifester samedi 13 octobre, contre le mensonge d’État, c’est, comme lors de la marche en souvenir à Adama en juillet à Beaumont, manifester contre l’ordre policier et pour rendre les vies plus vivables.

La mort d’Adama Traoré est une scène politique. Le simple fait que les gendarmes lui aient demandé ses papiers d’identité alors qu’il n’avait rien fait, qu’il faisait du vélo dans sa ville, le fait qu’il court et, encore plus important, le fait que les gendarmes lui courent après alors qu’il ne présente aucun danger, pour assouvir un fantasme de maîtrise et de possession, constitue en tant que telle une séquence politique dont la responsabilité incombe aux gendarmes.

Aller manifester samedi, c’est réaffirmer la nécessité et la force d’un combat que la Justice voudrait voir disparaître, c’est réaffirmer l’existence publique de la lutte du comité Adama quand l’institution dit : « rentrez chez vous ». C’est amplifier ce mouvement qui doit permettre, comme le dit souvent Assa Traoré, de sauver la vie d’autres Adama Traoré.

RDV Samedi 13 octobre, à 14h30 à Gare du Nord.

Geoffroy de Lagasnerie

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.