Un entretien de Daniel Mermet avec Franck Lepage

Franck Lepage : « La culture ne peut pas être politique sur France Inter » Abonnés

Le

Il arrive avec un nez rouge et un poireau à la main, mais ne lui dites pas qu’il est humoriste, Franck Lepage fait de l’éducation populaire politique, ne lui dites pas non plus qu’il est dans la culture, pour lui, la culture, ça sert à se mettre de la moquette à l’intérieur de la tête et à reproduire les inégalités.

En inventant la conférence gesticulée, il a contaminé un tas de braves gens qui découvrent qu’ils ont quelque chose à dire, qu’ils ont une expérience qui peut être utile aux autres, une banquière, un petit prof, un chômeur, une infirmière, et les voilà qui montent sur la scène après une petite formation avec la bande à Lepage, L’ARDEUR.

Mais attention, c’est pas de l’animation socio-culturelle, c’est du lourd, c’est du vrai, c’est du vif, c’est de la vie. C’est ça que Lepage appelle de l’éducation populaire politique. Et attention, ça marche ! Et c’est là qu’on peut mesurer à quel point la bourgeoisie culturelle a complètement colonisé et aseptisé les médias du service public et tout le secteur dit « culturel ».

Les bobos l’appellent le « Coluche bourdieusien », mais il préfère « Bourdieu coluchien », d’abord la guerre des idées et ensuite la rigolade, en attendant que son rêve se réalise, voir Macron et Gattaz accrochés au même réverbère.

Un entretien de Daniel Mermet avec Franck Lepage, militant de l’éducation populaire et initiateur des conférences gesticulées.

Enregistré en public et en direct le 21 janvier 2018 au Lieu-Dit.


Quelques conférences gesticulées à ne pas manquer

Élisabeth Fery, « Tagada Soins Soins » :

Élisabeth Fery sera au Lieu-Dit le dimanche 25 février à 17h. Ne ratez pas sa conférence gesticulée « Tagada soin-soin » : les astuces de sioux d’une aide-soignante à l’hôpital du commerce. Plongez dans la fonction publique hospitalière en suivant le parcours d’une aide soignante qui, année après année, subissant la dégradation des conditions de travail de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, finit par quitter ce métier dont elle pense encore « qu’il est le plus beau du monde ».

>>>> Dimanche 25 février à 17h au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier Paris XXème, M° Ménilmontant.


Danielle Simonnet, « Uber, les salauds et mes ovaires » :


Médias, une histoire de tuyaux :

Merci à Franck Lepage.

Merci aussi à Hossein et à toute l’équipe du Lieu-Dit.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong et Cécile Frey
image : Léa Bardiau
mixage : Khỏi Nguyen

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Voir aussi

Le site de L’ardeur, mouvement d’éducation populaire politique : www.ardeur.net

Sur notre site

À écouter

  • Trois réacs à la FIAC Accès libre

    Écouter
    Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession. Un reportage de (...)

À voir

  • Guerres humanitaires ? Mensonges et intox. Un entretien de Daniel Mermet avec Rony Brauman

    La guerre humanitaire, c’est la plus jolie Abonnés

    Voir
    Le pouvoir qui part en guerre contre les fake news, c’est comme le marchand de vin qui lutterait contre les poivrots du coin. En déclarant la chasse aux petits menteurs, le gros menteur se fait passer pour Zorro. Une vieille ruse pour (...)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le repaire itinérant de Dordogne organise ce 30 juin une grand opération drapeaux blancs. "Drapeaux blancs, partout, pour tout. Un drapeau blanc, des drapeaux blancs, par milliers, partout dans nos bourgades, dans les villes, aux balcons, devant nos écoles, nos hôpitaux, nos gares, nos mairies, nos (...)

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)