L’inspecteur Filoche démonte la propagande gouvernementale

Filoche dézingue la réforme des retraites Abonnés

1

Le

Emmanuel Macron, conférence de presse du vendredi 22 novembre 2019.

« Vous constaterez avec moi que le 5 décembre est quelque chose d’étrange. Cette mobilisation est une mobilisation de salariés, d’entreprises qui relèvent des régimes spéciaux. C’est donc avant tout une mobilisation contre la fin des régimes spéciaux »

Emmanuel Macron, 22 novembre 2019

Une grève de salariés privilégiés qui profitent de régimes spéciaux ? Un système unique et universel beaucoup plus juste ? Les caisses de retraites déficitaires ? Inévitable de travailler plus longtemps avec l’allongement de la durée de la vie ? Contre toutes ces fausses évidences, répétées comme des vérités de plateau en plateau, Là-bas si j’y suis a le remède : 20 minutes avec l’inspecteur Filoche ! Et là, on comprend qu’on a bien raison de se révolter :

[EXTRAIT] Filoche dézingue la réforme des retraites

La retraite par points, point par point :

  • Un système "universel" est-il plus juste ?

C’est le contraire : les régimes spéciaux, ça s’appelle des « conventions collectives ». Il s’agit de lentes constructions historiques qui reflètent la disparité des réalités au travail. Un égoutier ne fait pas le même travail qu’un comptable. L’écart d’espérance de vie entre les plus riches et les plus pauvres est de 13 ans. Leur réserver le même régime serait donc injuste.

  • Le système de retraite est-il en déficit, au bord du gouffre ?

Absolument pas. Selon le dernier rapport d’activité de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV), "la branche retraite (tous régimes confondus) affiche un excédent de 160,8 millions d’euros" [1]. Sans parler des réserves abyssales qui se trouvent dans les différents "fond de retraites" : plus 150 milliards d’euros au total.

source : Rapport d’activité 2018 de la Caisse Nationale d’Assurance Veillesse (CNAV)

  • Est-on obligé de réformer parce que "ça ne marche pas" ?

Ça marche au contraire très bien : en plus d’être efficace économiquement, le système actuel permet à la France d’avoir l’un des taux de pauvreté les plus faibles du monde chez les vieux.

  • Est-il inévitable de travailler plus longtemps avec l’allongement de la durée de vie ?

Là encore, ce raisonnement procède d’une fausse logique : si la durée de vie s’est allongée, c’est précisément parce qu’on a conquis un droit à la retraite et baissé le temps de travail. Si on rallonge le temps de travail, nous recommencerons à mourir plus jeunes (ça a déjà commencé [2]).

  • Demain, il n’y aura plus assez d’actifs pour financer les retraites !

Le rapport actifs/retraités n’est pas une menace. Il a déjà beaucoup diminué : à la création du système, il y avait 5 actifs pour un retraité ; il y a aujourd’hui 3 actifs pour un retraité. Et pourtant souvenez-vous, les caisses sont excédentaires ! C’est normal : dans le même temps, la productivité des travailleurs a été démultipliée. Si bien qu’il y a besoin de moins d’actifs pour créer... plus de richesses ! La question n’est donc pas celle de la démographie, mais de la répartition de ces gains de productivité. Et si vous voulez définitivement vous rassurer sur ce point, rappelez-vous qu’il y a eu un baby-boom dans les années 2000 et que des bataillons de jeunes cotisants arrivent.

  • Alors, pourquoi font-ils cela ?

Pour mettre fin au système de répartition, sans le dire. En effet, dans tous les pays où la retraite par points est en vigueur, on constate que la valeur du point ne fait que baisser chaque année et qu’il ne suffit plus à assurer un niveau de vie décent aux retraités. Résultat, ces pays votent... des complémentaires privées obligatoires ! Une aubaine pour les assureurs, qui ne supportent pas que ce gâteau de 320 milliards annuel leur échappe. C’est bel et bien l’objectif inavouable de cette réforme.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)