Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament »

Désarmer les labos Abonnés

1

Le

Affiche du film Re-Animator, Stuart Gordon, 1985 (détail)

[EXTRAIT] Désarmer les labos [RADIO]

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.

Tout le monde dépend désormais des multinationales pharmaceutiques, « Big pharma », davantage animées par l’augmentation du dividende de leurs actionnaires que par l’intérêt général. Bien que largement subventionnées par des fonds publics, la recherche, le développement et la production pharmaceutiques sont soumises aux lois de l’offre et de la demande, et aboutissent à un vaccin qui est vendu au plus offrant – et selon des contrats couverts par le secret des affaires, et donc gardés confidentiels.

C’est comme ça qu’on aboutit à la situation actuelle, prévisible depuis plus d’un an, d’un vaccin disponible uniquement dans les pays les plus riches. À rebours de la promesse qu’« un vaccin, s’il est découvert face au COVID-19, sera un bien public mondial, auquel chacun devra pouvoir avoir accès. C’est une question d’efficacité : tant que la maladie sera la réalité de quelques-uns, elle sera une menace pour tous. C’est une question de principe : la santé humaine ne se discute pas, ne se réserve pas, ne se monnaye pas ». Voilà ce que pressentait, comme un aveu d’impuissance, Emmanuel Macron en mai 2020, devant l’Organisation mondiale de la santé.

La solution pour désarmer ces labos dont la recherche du profit, parce qu’elle se fait au détriment de la santé humaine, est criminelle ? Déjà, suspendre les droits de propriété intellectuelle, ce qui donnerait la possibilité légale de reproduire le vaccin. Mais encore faut-il avoir l’appareil industriel pour produire plusieurs millions de doses, ce qui n’est pas le cas de la France désindustrialisée d’aujourd’hui. C’est là qu’un « pôle public du médicament » serait utile pour anticiper et mettre en œuvre cette planification. Frédéric Pierru, sociologue de la santé au CNRS, et Frédérick Stambach et Julien Vernaudon, médecins, auteurs de l’article « Les brevets, obstacle aux vaccins pour tous » dans Le Monde diplomatique de mars, expliquent à Jonathan Duong pourquoi un tel « pôle public du médicament » est nécessaire.

Programmation musicale :
- Anne Sylvestre : Pas de médicaments
- Vincent Malone : Les médicaments

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »