Dans le Diplo de novembre [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 01. Olivier Piot : ces super-riches d’un continent super-pauvre

    - MP3 - 18.8 Mo

  • 02. Claire Lévy-Vroelant : le logement, un bien commun

    - MP3 - 16.8 Mo

  • 03. Sébastien Gillard : la gauche wallonne se porte bien

    - MP3 - 20.1 Mo

Dans le Diplo de novembre [INTÉGRALE]

Un entretien de Jonathan Duong avec l’équipe du Monde diplomatique de novembre.


Écoutez l’émission par chapitres :

01. Olivier Piot : ces super-riches d’un continent super-pauvre

01. Olivier Piot : ces super-riches d’un continent super-pauvre

« Avec la croissance économique, des fortunes se sont constituées dans le secteur privé africain, notamment anglophone. Confortant le mythe libéral de la réussite individuelle, les acteurs du « black business » prétendent réduire les abyssales inégalités du continent par la philanthropie. De l’Éthiopie à l’Afrique du Sud, ils associent affaires et charité, prêtant au capitalisme des vertus dont il n’a pas fait la démonstration ailleurs. »

pages 04 et 05 du Monde Diplo : « Rencontre avec les pionniers de l’"africapitalisme" », un article d’Olivier Piot

02. Claire Lévy-Vroelant : le logement, un bien commun

02. Claire Lévy-Vroelant : le logement, un bien commun

« Des milliers de personnes ont manifesté partout en France, le 14 octobre, pour s’opposer à la réforme des aides personnalisées au logement (APL) prévue par le gouvernement d’Édouard Philippe. En se focalisant sur le système des APL, le débat occulte le second pilier des politiques d’habitation : les aides à la pierre, qui ont prouvé leur efficacité pour combattre le logement cher. »

page 09 du Monde Diplo : « Une torpille contre l’habitat social », un article de Claire Lévy-Vroelant

03. Sébastien Gillard : la gauche wallonne se porte bien

03. Sébastien Gillard : la gauche wallonne se porte bien

« Créé en 1979, d’inspiration marxiste-léniniste, le Parti du travail de Belgique — une formation unitaire, présente en Wallonie et en Flandre, où elle porte le nom de Partij van de Arbeid van België — est longtemps resté confiné à des scores confidentiels lors des scrutins nationaux. Mais les élections législatives de mai 2014 ont changé la donne. Trois ans plus tard, une série de sondages lui promet un avenir encore plus radieux. »

pages 10 et 11 du Monde Diplo : « La Wallonnie "contaminée" par la gauche radicale », un article de Sébastien Gillard

Programmation musicale :
- Keny Arkana : Ne t’inquiète pas
- Shatta Wale : Aliko Dangote
- Chanson Plus Bifluorée : Notre petit appartement
- Paul Banka : Vive la Wallonie

Merci à Olivier Piot, Claire Lévy-Vroelant et Sébastien Gillard.

Merci aussi à Anne Callait-Chavanel du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.