Entretiens : Jonathan Duong

Dans le Diplo de juillet [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[RADIO] Dans le Diplo de juillet [INTÉGRALE]

Notre émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique, avec, autour de Jonathan Duong :

- Benoît Bréville, rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique, auteur de l’article « Le temps des charcutiers végétariens »

En 2015, l’association PETA (Pour une éthique dans le traitement des animaux) utilisait l’image de l’ancienne escort-girl Zahia dans une campagne contre la consommation de viande.

« Si les abattoirs avaient des vitres, on serait tous végétariens. [1] » Cette phrase, on la doit à l’ancien Beatles Paul McCartney, végétarien et soutien actif de l’association PETA, « Pour une éthique dans le traitement des animaux ». Depuis le XIXème siècle, la consommation de viande a été multipliée par quatre en Europe [2]. Autrefois signe de distinction et d’aisance matérielle, la viande a aujourd’hui changé de camp, et les classes populaires en consomment désormais plus que la bourgeoisie [3].

Pour encourager cette consommation, l’industrie agroalimentaire n’a cessé d’augmenter la productivité et les rendements, pour produire toujours plus et à moindre coût. La conséquence, c’est que les abattoirs industriels se sont transformés en usines de torture à la chaîne, régulièrement dénoncées par les militants de la cause animale, comme l’association L214. L’antispécisme, qui veut mettre fin à l’exploitation des espèces animales par l’espèce humaine, reprend du poil de la bête. La Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs s’inquiète : les actions contre les commerces de viande se multiplient en France, par des militants animalistes qui s’en prennent aux vitrines et répandent du faux sang.

Pendant ce temps, les multinationales de la viande sentent le vent tourner et sautent sur le cheval : si la viande n’a plus la cote, fabriquons des steaks sans viande ! Ça a la couleur de la viande, ça a le goût de la viande, mais ça n’est pas de la viande : c’est un savant mélange de dizaines d’ingrédients plus ou moins naturels concocté en laboratoire. Et si les usines de la foodtech avaient des vitres, serait-on tous végétariens ?

D’après Nordpress.be et Grumpychon

- Catherine Dufour, écrivaine, auteure de l’article « De Baudelaire à YouTube, le sourire du chat »

Mettez un chat sur Internet, et c’est le clic assuré. Depuis au moins une décennie, les chats sont un phénomène viral qui ne se dément pas, qu’ils soient mignons, drôles, maladroits ou anthropomorphes. La vidéo « AVOIR UN CHAT » du YouTubeur Norman Thavaud – dit « Norman » – cumule plus de 30 millions de vues depuis sa publication en 2013 : il y présentait son chat Sergi [4]. En 2017, la mort de Sergi a suscité beaucoup de réactions sur la toile, jusqu’à un article du quotidien 20 Minutes [5].

Mais cette passion humaine n’est pas nouvelle. Depuis l’Égypte ancienne où le chat était divinisé jusqu’au Chat philosophe de Philippe Geluck, le félin est une obsession, tantôt objet de fascination, tantôt source de rejet. S’il a été un allié fidèle des humains pour chasser les rongeurs et protéger les cultures, l’Église en a aussi fait une incarnation du diable, dans sa lutte prosélyte contre les religions païennes. Le chat noir est devenue une figure sombre, repoussoir, qui se perpétue dans le chat anarchiste, symbole de la Confédération nationale du travail.

Opposé au chien, symbole d’obéissance, le chat incarne la liberté et l’insoumission depuis qu’il a été domestiqué par les humains. À moins que ce ne soit lui qui ait domestiqué l’espèce humaine ?

(photo : Daniel Mermet)

- David Garcia, journaliste, auteur de l’article « Misère du football africain »

03. David Garcia : le football africain pillé par l’Europe

La joie est immense, sincère, belle. Mais il y avait le président de la République pour la gâcher. Alors qu’il n’est manifestement pour rien dans la victoire des Bleus en Russie, le champion du monde de la com’ n’a pas perdu une seconde pour essayer de remonter sa cote de popularité, à coups de photos, selfies, stories, dabs, et en donnant des leçons aux joueurs victorieux :

« N’oubliez jamais d’où vous venez ! Et vous venez de là : devant vous ! Devant vous, il y a les clubs qui vous ont formés, des clubs de la France entière, il y a des jeunes de tous ces clubs, des éducateurs qui n’ont pas compté leur temps, des parents qui n’ont pas compté leur temps. [6] »

Mais comme l’a rappelé le député de La France Insoumise Ugo Bernalicis, c’est justement la politique d’austérité du gouvernement qui fragilise les petits clubs. Fin des contrats aidés, baisse des dotations aux collectivités locales, faiblesse des subventions : des petits clubs peinent à boucler leur budget, d’autres ferment, alors que tous existent grâce à l’engagement de ses bénévoles [7].

Si le foot français doit beaucoup à l’existence de ces clubs locaux et à la qualité de sa formation, il doit aussi beaucoup à l’exploitation des ressources africaines. Comme pour le pétrole ou les minerais, le continent africain regorge de richesses, de joueurs talentueux qui sont accaparés par les pays riches.

C’est l’« arrêt Bosman » qui a ouvert la voie au pillage des pays africains. En 1995, saisie par le joueur belge Jean-Marc Bosman, la Cour de justice des Communautés européennes met fin au protectionnisme dans le football européen. Finie la limitation du nombre de joueurs étrangers dans les championnats, la décision européenne ouvre la voie à une bulle spéculative autour de transferts internationaux, toujours plus chers et toujours plus nombreux. Ce néolibéralisme appliqué au football concentre les meilleurs joueurs dans une poignée de clubs les plus riches, au détriment de la grande majorité des autres.

En attendant leur rêve de carrière européenne, David Garcia est allé voir comment les footballeurs ivoiriens essaient de survivre, et s’organisent contre l’exploitation.

Programmation musicale :
- GiedRé : Les Rois des animaux
- Les Garcons de la rue : Les Joyeux Bouchers
- Gadji Celi : Attention Mimo arrive
- Le duo des chats
- Utah Phillips : The preacher and the slave
- Les frères Jacques : La queue du chat

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La violence d’un capitalisme en déroute CHILI, LE NÉOLIBÉRALISME À L’AGONIE FAIT TIRER DANS LE TAS AbonnésVoir

Le

Lundi 14 octobre, à Santiago du Chili, des étudiants protestent contre l’augmentation du prix du ticket de métro. Une augmentation de 3% qui peut sembler dérisoire, c’est 30 pesos chiliens, soit 3,7 centimes d’euros. Mais c’est la goutte d’eau, le peuple se révolte, et le président fait tirer dans le tas. 18 morts, à l’heure où nous écrivons.

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.