HOMMAGE À DANIEL BENSAÏD en SEPT PODCASTS (épisodes 03 et 04)

DANIEL BENSAÏD, UNE LENTE IMPATIENCE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Suite de l’hommage à Daniel Bensaïd, disparu il y a dix ans. En 2004, dans UNE LENTE IMPATIENCE, il raconte son parcours, ses engagements, les grandes défaites et les petites victoires et la conviction inoxydable dans notre pouvoir de changer le monde en agissant « sur la partie non fatale du devenir » :

[RADIO] Daniel Bensaïd, une lente impatience (1/2) [18 mai 2004]
[RADIO] Daniel Bensaïd, une lente impatience (2/2) [19 mai 2004]

Entretiens de Daniel Mermet avec Daniel Bensaïd, diffusés la première fois sur France Inter en mai 2004.

BENSA PRÉSENT ! Dix ans. Le 12 janvier 2010, Daniel BENSAÏD a cassé sa pipe. Le dimanche 24 janvier 2010, à la Maison de la Mutualité, salle comble, hommage bouleversant. Cours camarade ! CHARB dessinait en direct sur grand écran. Il a dessiné une girafe et un mulot, voilà pourquoi.

HOMMAGE DE DANIEL MERMET À DANIEL BENSAÏD (24 janvier 2010 )

Une girafe dans un champ de mulots. Voilà comment on peut représenter Daniel Bensaïd dans le paysage intellectuel d’aujourd’hui. Ce que je dis n’est pas très aimable pour les mulots, c’est vrai. Mais déjà, parmi ces mulots, vous avez reconnu BHL ou Finkielkraut ou Cohn-Bendit… À chacun son mulot.

Moi, c’est Télérama. À la mort de Daniel Bensaïd, Télérama a titré : « une pensée s’éteint ». Le lendemain, sur leur site, ils ont rectifié, c’est devenu : « un penseur s’éteint » [1]. Mais rassurez-vous, cher Télérama, le penseur et la pensée sont restés allumés. Vous avez pris vos rêves pour des réalités. Sachez-le, la lutte continue !

Ah, bien sûr, les vieux soixante-huitards en chaise roulante continueront longtemps encore à se battre à coups de canne à propos de Kronstadt et des amours de Frida et Léon dans la maison bleue accrochée à la colline. Mais la lutte continue, elle se mobilise pour les Conti ou les Goodyear, elle lutte contre la privatisation de La Poste et contre la « pwofitasyon », elle se bat pour ce qu’il appelait « l’éco-communisme ». Bensaïd voulait assurer la suite de l’histoire, il n’était pas du genre à mettre des enclumes dans les poches des enfants.

Et pour ça, j’avoue que je me suis un peu servi de lui en l’invitant à la radio. Pour dire, voyez, notre génération, c’est pas que des renégats, pas que des publicitaires libertaires, pas que des épaves social-démocrates… Pas que ceux qui ont propagé la théologie de l’impuissance et du renoncement et qui ont installé la peur au cœur même du système social. Ceux qui nous ont persuadés que nous ne pouvons rien sur notre devenir, et – encore mieux – qui nous ont fait croire que toutes les luttes ont été vaines, quand elles n’ont pas conduit au goulag.

C’est ça, l’irrésistible dont parlait Bensaïd. Résister à l’irrésistible, c’est résister à cette résignation, c’est résister à ce détachement cynique qui justifie les inégalités, l’appropriation privée, la sauvagerie des rapports sociaux.

En fait, Bensaïd n’avait jamais perdu la boussole de sa jeunesse. Le mot « communisme » par exemple. Il s’est cassé les reins à débarrasser ce mot de toutes les casseroles pleines de gravats que l’histoire lui a accrochées dans le dos. Et Marx ? Marx revendiqué par Jacques Attali, Alain Minc et Joseph Staline… Comment débarrasser Marx de son manteau de plomb ? Bensaïd a passé sa vie à nous dire que c’est par là que se trouvent les outils, les leviers et les munitions pour tous ceux qui n’ont pas renoncé à faire le pari de l’émancipation humaine.

Pour Bensaïd, cette émancipation n’est pas un pari, c’est une évidence.
Cette émancipation vient du bas. On ne fait pas le bonheur des peuples malgré eux. Même si on est du côté de l’opprimé, et surtout si on est du côté de l’opprimé… Il revenait souvent sur « l’auto-émancipation ». Sa boussole lui venait de ce bistrot toulousain où sa mère chantait Le Temps des cerises et où son père, dans le tiroir du comptoir, rangeait son étoile jaune, souvenir de Drancy. C’est de là que lui venait ce dur désir d’égalité. Sauf que l’égalité, nous ne la désirons qu’avec nos maîtres. Évidemment, les maîtres et les dominants sont beaucoup moins enclins à l’égalité et au partage. Il faut parfois leur tirer un peu l’oreille et même leur tirer un peu dessus.

Car comme disait Zebda, « y’a pas d’arrangement ». Ou bien tu luttes contre les abus du capitalisme en disant « un autre capitalisme est possible », ou bien tu cherches les voies et les moyens pour le renverser…

Non, la pensée n’est pas éteinte et le penseur non plus. Comme disait Bensaïd, « au moins pour s’épargner la honte de ne pas avoir essayé ».

La lutte continue !

Daniel Mermet, le 24 janvier 2010.

Daniel Bensaïd, Une lente impatience (Stock, 2004)

Daniel Bensaïd a eu du mal à se laisser convaincre d’écrire un livre sur sa vie. Ça faisait vraiment trop nécro, alors même que depuis 1990, ce Sida qui le bouffait et dont il ne parlait jamais lui mordait la nuque. Ce ne fut pas une autobiographie mais une forme de réponse à la question qu’Howard Zinn aimait poser, « comment en êtes-vous arrivé à penser ce que vous pensez ? » Un retour sur le temps où ce n’était pas le Sida mais l’histoire qui mordait la nuque d’une jeunesse révoltée. Philosophe, militant trotskiste, membre de la Quatrième Internationale, il échappait aux bâillements que ces mots suggèrent. Il avait un mot pour ça : la glu. Échapper à la glu des origines, à la glu générationnelle, à la glu dogmatique. En venant dans Là-bas, il n’a jamais gâché l’occasion qui lui était offerte de parler à un grand public dans un esprit d’éducation populaire, en prenant sa part de grandes défaites et de petites victoires dans la guerre des idées.

Programmation musicale :
- Serge Pey et André Minvielle : Amarade
- Keny Arkana : Désobéissance civile

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.