Avec Denis Robert, auteur de « Larry et moi. Comment BlackRock nous aime, nous surveille et nous détruit »

Comment la pieuvre BlackRock déploie ses tentacules Abonnés

1

Le

BlackRock, vous en avez déjà entendu parler : en février dernier, quand des militants de Youth for Climate envahissaient ses locaux parisiens pour dénoncer les investissements polluants. En janvier aussi, quand le patron de la branche française de BlackRock, Jean-François Cirelli, a été élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur. En décembre, un peu avant, quand Attac manifestait contre l’influence de la multinationale de la finance dans le projet de réforme des retraites en France.

Mais BlackRock, savez-vous ce que fait vraiment cette entreprise et comment elle fonctionne ? Denis Robert est journaliste : c’est un très bon connaisseur de la finance internationale depuis son travail colossal sur la chambre de compensation Clearstream. Alarmé par le poids grandissant de BlackRock dans la finance mondiale, et du risque de crise systémique que cela engendre, Denis Robert se lance dans un nouveau combat contre Goliath, en commençant par essayer de comprendre qui est ce Goliath.

En partant de son fondateur et dirigeant historique Larry Fink, Denis Robert raconte dans un livre, Larry et moi. Comment BlackRock nous aime, nous surveille et nous détruit, l’expansion gigantesque du gestionnaire d’actifs, qui collecte des masses de données sur les transactions du monde entier, les exploite pour « prédire » les fluctuations des marchés financiers, et rachète des parts de la plupart des entreprises cotées en bourse. Pourquoi l’emprise de BlackRock sur la finance mondiale est-elle une menace ? Denis Robert nous explique tout ça depuis chez lui, en Moselle.

Un entretien de Jonathan Duong avec Denis Robert, journaliste, fondateur de Blast, auteur du livre Larry et moi. Comment BlackRock nous aime, nous surveille et nous détruit (Massot éditions, 2020).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.