Qui connaît les « migrants » ?

Cédric Herrou : et la fraternité, bordel ! Abonnés

1

Le

Ils font peur ou ils font pitié. Pour les uns, c’est évident, ils viennent égorger nos filles et nos compagnes, pour les autres, il faut les recevoir à bras ouverts dans un monde sans frontières.

Mais qui connaît les migrants ? En dehors des fantasmes, des chiffres, des lois et des recherches savantes, connaissez-vous une seule de ces silhouettes, un seul de ces figurants pour reportage humanitaire ?

Avec la lutte que mène Cédric HERROU depuis des années, on comprend que le migrant, c’est vous et moi, c’est le même sang rouge sous la peau, la même fuite, le même rêve. Celui de nos ancêtres, bretons ou savoyards, ritals ou espingouins, bougnouls ou niakoués. Ni des démons ni des anges, mais notre irréductible humanité comme l’eau dans le panier, comme le piaf qui rigole au-dessus des barbelés, comme l’assiette toujours au bout de la table au cas où viendrait un étranger.

L’accueil, l’asile, le pain partagé et tout ce que renferme la troisième roue du vélo de la République : la fraternité, simplement la fraternité. Et c’est pas du gâteau. C’est un verre d’eau, un pull, un abri, c’est aussi des lois, des droits, des flics, des procureurs, des médias, des soutiens, des adversaires et le couple des duettistes Macron et Le Pen. C’est une lutte de fond, têtue et quotidienne mais qui peut par exemple ramener la vie dans nos villages déserts.

Au charcutier du village hostile aux étrangers, Cédric dit :
« — Oui, mais si ça te fait quatre clients de plus ?
— Heu… alors là, ben, heu… »

Daniel MERMET

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)