Avec Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique

Bernie Sanders en route pour la Maison-Blanche ? Abonnés

1

Le

(photo : @berniesanders)

[EXTRAIT] Bernie Sanders en route pour la Maison-Blanche ? [RADIO]

C’est le 3 novembre prochain qu’aura lieu l’élection présidentielle aux États-Unis. La course des primaires pour désigner les candidats, État par État, est lancée.

Côté républicain, la désignation de Donald J. Trump ne fait aucun doute, tant il a su rassembler les conservateurs, peu gênés par ses provocations outrancières mais rassurés par sa politique en faveur des plus riches.

Côté démocrate, la question ouvertement posée est celle de savoir qui sera le mieux à même de battre Donald J. Trump le 3 novembre. Le sénateur Bernie Sanders, qui se définit lui-même comme « socialiste », est bien placé après ses succès au caucus de l’Iowa et à la primaire du New Hampshire. Il peut se vanter d’être l’un des seuls à ne pas avoir le soutien financier de lobbies et de milliardaires, mais à financer sa campagne uniquement avec les petites contributions de millions d’Américains, qui lui ont donné en moyenne 18 $.

Si le succès de Sanders se confirme dans les prochaines primaires, l’appareil démocrate va chercher quel candidat lui mettre en travers de la route, comme il l’avait fait avec Hillary Clinton en 2016 : sont sur les rangs l’ancien vice-président d’Obama, Joe Biden, le milliardaire Michael Bloomberg, 12e fortune mondiale, et le tellement jeune et tellement brillant Pete Buttigieg, ancien maire d’une petite ville de l’Indiana, si peu connu qu’il a axé une partie de sa communication sur la façon dont il convient de prononcer son nom : Pete « Boot-Edge-Edge ». Ces trois représentants de l’ordre établi auront à cœur, pendant cette campagne, de surfer sur la détestation de Trump, pour mieux faire oublier les turpitudes et les échecs du Parti démocrate, que symbolisent les huit années d’inaction de la présidence Obama.

Un entretien de Jonathan Duong avec Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, auteur de l’article « Ce que Donald Trump permet… » dans Le Monde diplomatique de février 2020.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »