Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! » Abonnés

1

Le

Le « grand débat » se termine. Et à Là-bas si j’y suis, on ne voulait pas qu’on dise qu’on n’a pas participé. Voici donc la proposition que nous versons au débat avant qu’Emmanuel Macron rende ses conclusions : une Sécurité sociale de l’alimentation. Un entretien de Jérémie Younes avec Bernard Friot :

S’il y a bien un domaine où l’on constate que le marché, laissé à lui-même, fait n’importe quoi, c’est bien la production alimentaire : il tue les paysans et les agriculteurs, massacre les sols, nous gave de pesticides et de malbouffe, et en plus, il y a encore des gens qui crèvent de faim, tandis que l’on détruit un tiers de la production excédentaire. Une folie qui ne peut décemment plus continuer longtemps.

D’où cette idée que nous allons creuser aujourd’hui avec Bernard Friot : une Sécurité Sociale de l’alimentation sur le modèle de ce que nous avons créé en matière de soins : une « cotisation alimentaire », dont le budget serait géré par les travailleurs et qui permettrait de créditer à chacun 100 euros de nourriture sur la Carte Vitale, à dépenser auprès de professionnels conventionnés. Une façon de solvabiliser la production de nourriture saine, et d’assurer un réel salaire aux paysans et agriculteurs. Une lumineuse idée, qui nous a déjà permis d’extraire la Santé du marché capitaliste. Et si on faisait la même chose avec la bouffe ?

Un entretien de Jérémie Younes avec Bernard Friot, économiste et sociologue.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jérémie Younes
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! »

Voir aussi

Pour une sécurité sociale alimentaire :
Pour lire le projet détaillé du groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d’Ingénieurs Sans Frontières, rendez-vous ici.

Bernard Friot, Le tavail, enjeu des retraites, La Dispute, nouvelle édition du 7 mars 2019

Bernard Friot, Vaincre Macron, La Dispute, 5 octobre 2017

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »