APRÈS GAZA. Entretien avec Dominique Vidal en trois parties

APRÈS GAZA (3/3) : les métastases du conflit israélo-palestinien Abonnés

1

Le

(illustration : © Chappatte dans Le Temps - www.chappatte.com)

Troisième partie de notre entretien avec Dominique Vidal, suite à la dernière guerre de Gaza entre le 10 et 21 mai dernier.

Un bilan plutôt négatif pour Israël, qui perd certain de ses soutiens inconditionnels et qui voit sa politique mise en cause par des instances internationales.

Ainsi, pour la première fois, l’ONG des droits de l’homme Human Wrights Watch dénonce Israël pour « apartheid » dans un rapport publié le 25 avril : Israël commet « des crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution » dans les territoires contre la population palestinienne [1]. Peu de temps auparavant, c’est une ONG israélienne de droits de l’homme, B’Tselem, qui accusait l’État hébreu de maintenir un régime d’apartheid entre le Jourdain et la Méditerannée [2].

Par ailleurs, pour la première fois, par un vote du conseil des droits de l’homme des Nations unies, le 27 mai à Genève, l’ONU a lancé une « commission d’enquête internationale indépendante et permanente chargée d’enquêter dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et en Israël sur toutes les violations présumées du droit international humanitaire et des droits de l’homme » [3].

Enfin, aux États-Unis, majoritairement inconditionnels de la politique israélienne, des voix s’élèvent sur l’aile gauche du Parti démocrate pour dénoncer clairement l’offensive contre Gaza. Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez se sont prononcés contre la vente d’armes américaines à Israël, utilisées contre la population palestinienne.

Dans la banalisation de l’extrême droite qui progresse dans le monde, la politique israélienne actuelle est une référence qui autorise le pire. Le grand historien israélien Zeev Sternhell n’a cessé de le répéter : « il n’y a pas de société qui soit immunisée contre le danger fasciste ».

Écouter la vidéo au format audio :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !