La science-fiction a-t-elle déjà imaginé ce qu’on est en train de vivre ?

Alain Damasio : « On vit dans un mauvais film de science-fiction depuis un mois » Abonnés

1

Le

La ville de Néo-Paris en 2084, imaginée dans le jeu vidéo Remember me (Capcom)

En annonçant le confinement mi-mars, Macron avait prévenu : « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant », et voilà que les politiques de tous bords se mettent d’un coup à réfléchir à ce que sera le « monde d’après ».

Bruno Le Maire veut nous convaincre qu’il sera celui d’« un nouveau capitalisme, qui soit plus respectueux des personnes, qui soit plus soucieux de lutter contre les inégalités et qui soit plus respectueux de l’environnement [1] ». Le parti socialiste a carrément lancé une plateforme, « La France d’Après », pour construire « un modèle plus juste, plus solidaire et plus durable », Europe Écologie-Les Verts réclame la tenue d’un « Grenelle du monde d’après » et un « green New Deal » pour « reconstruire l’ordre du monde ». Fichtre ! En attendant que quelque chose s’allume dans tous ces brillants cerveaux, on pourrait peut-être leur conseiller de regarder du côté de ceux dont le métier est justement d’imaginer ce monde d’après : les écrivains de science-fiction !

Même si ce n’est pas toujours très réjouissant et qu’ils imaginent souvent un futur à base d’invasions de zombies cannibales, il y a dans les romans de science-fiction toujours quelques idées à piquer pour déceler ce qui, dans ce genre de crise, risque d’aboutir à un système beaucoup moins « respectueux des personnes » et encore moins « soucieux de lutter contre les inégalités ».

C’est le cas des livres d’Alain Damasio qui décrit au fil de ses romans ce que pourrait être la France d’après : celle de la surveillance totale, de la prise de contrôle de la société par les grands groupes privés et des individus complètement pris au piège du techno-cocon dans lequel ils se sont eux-même enfermés. Mais ce qui est drôlement bien, c’est qu’il imagine également les résistances, les luttes et les solidarités qui vont immanquablement se mettre en place pour s’en sortir… la bataille de l’imaginaire est lancée !

[EXTRAIT] Alain Damasio : « on vit dans un mauvais film de science-fiction depuis un mois » [RADIO]

Un entretien de Maja Neskovic avec l’écrivain de science-fiction Alain Damasio.

Programmation musicale :
- Alain Damasio et Yan Péchin : Mantract

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Maja Neskovic
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Bruno le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, BFM TV, 30 mars 2020.

Voir aussi

À LIRE :


- Alain Damasio, La zone du dehors, éditions Cylibris, 1999.

- Alain Damasio, La Horde du Contrevent, La Volte, 2004.

- Alain Damasio, Les Furtifs, La Volte, 2019.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.