Désindustrialiser l’agriculture, une utopie rétrograde ?

AGRICULTEURS : ON EST EN TRAIN DE CREVER !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le salon de l’agriculture ne peut plus cacher l’agonie du monde paysan en France. Si l’agriculture intensive a pu résoudre des famines à travers le monde, elle a aussi entraîné des destructions sociales et environnementales sans précédent dans l’histoire humaine.

La recherche maximum du profit a placé les multinationales au-dessus des lois et des États, par la corruption du monde politique et médiatique. Atteint dans sa vie quotidienne et dans son existence même, le grand public en prend conscience et cherche les moyens de lutter. Cette agriculture intensive a longtemps été présentée comme un progrès moderne, inéluctable et indiscutable auquel ne peuvent s’opposer que des nostalgies marginales et irréalistes. Mais le vent tourne. Dans cet entretien, le journaliste Fabrice Nicolino rappelle l’histoire de l’industrialisation de l’agriculture et la destruction de la civilisation paysanne en quelques décennies. Pas question de faire marche arrière mais, si l’on sort du nucléaire, on peut sortir de l’agriculture intensive :

[RADIO] Ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture [2 octobre 2015]

Un entretien de Daniel Mermet avec le journaliste Fabrice Nicolino, diffusé la première fois le 2 octobre 2015 sur le site Là-bas si j’y suis.

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : La Montagne

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.