Ce vaste merdier qu’est devenu l’agriculture. Avec Fabrice NICOLINO (2015) (PODCAST | 30’20)

À BAS L’ECOLOGIE ! ON VEUT BOUFFER DES PESTICIDES !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Écouter l’entretien :

[RADIO] Ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture [2 octobre 2015]
Entretien avec Fabrice Nicolino autour de son livre : "Lettre à un paysan sur ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture"

À BAS L’ÉCOLOGIE PUNITIVE ! ON VEUT BOUFFER DES PESTICIDES ! 

« Une pause dans le plan de baisse des pesticides ». Voilà ce que Gabriel Attal a accordé pour calmer la colère des paysans. Faut-il rappeler que c’est pas très bon, les pesticides, ni pour la biodiversité, ni pour la santé du consommateur, ni pour la santé de l’agriculteur lui-même. À croire que ceux qui ont réclamé cette mesure ne sont pas en contact direct avec ces produits.

Faut-il rappeler qu’en l’espace de 40 ans, plus de 60% des oiseaux des champs ont disparu ? Faut-il rappeler que le plan ÉCOPHYTO qui a été « mis en pause » est le plan du gouvernement « qui sera le gouvernement de l’écologie ou ne sera pas », comme l’avait dit jadis monsieur Macron soi-même. Un plan qui visait à réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici à 2030. Les adversaires de « l’écologie punitive » sont satisfaits et ils ont mis leur lutte « en pause ». Pour calmer le jeu et rentrer les tracteurs, on s’est donné rendez-vous au salon de l’agriculture (qui aura lieudu 24 février au 03 mars 2024)

Mais ce salon, pas plus que les précédents, ne pourra cacher l’agonie du monde paysan en France. Si l’agriculture intensive a pu résoudre des famines à travers le monde, elle a aussi entraîné des destructions sociales et environnementales sans précédent dans l’histoire humaine.

La recherche maximum du profit a placé les multinationales au-dessus des lois et des États, par la corruption du monde politique et médiatique. Le libre-échange est apparu comme l’ennemi de la paysannerie. Dire ça, il y a 20 ou 30 ans faisait de vous un rouge-brun ou un doux dingue. Mais depuis, atteint dans sa vie quotidienne et dans son existence même, le grand public a pris conscience et cherche les moyens de lutter.

Cette agriculture intensive a longtemps été présentée comme un progrès moderne, inéluctable et indiscutable, auquel ne peuvent s’opposer que des nostalgies marginales et irréalistes. Mais le vent a tourné. Le changement climatique est venu donner raison à l’ écolo-folklo avec sa lampe à huile et son vélo.

Dans cet entretien, le journaliste Fabrice Nicolino rappelle l’histoire de l’industrialisation de l’agriculture et la destruction de la civilisation paysanne en quelques décennies. En 1900, 50% des français étaient paysans, ils ne sont plus que 3% aujourd’hui. Les fameuses « 30 glorieuses » ont été une catastrophe pour l’agriculture. On comptait plus de UN million d’exploitations à la fin des années 80, elles sont désormais à peine plus de 400 000, et il faut compter 50% de départs à la retraite dans les dix années à venir. En France 200 fermes disparaissent chaque semaine mais l’agrocapitalisme se porte bien. Ferme des 1000 vaches, des 23 000 porcelets, des 250 000 poulets...

Bon appétit la France !

L.B.

Un entretien avec le journaliste Fabrice Nicolino, diffusé la première fois le 02 octobre 2015.

Programmation musicale :
 Jean Ferrat : La Montagne

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Jean Stern publie « Canicule » aux éditions Libertalia Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre AbonnésVoir

Le

Août 2003 : une vague de chaleur exceptionnelle recouvre l’Europe. L’inaction des pouvoirs publics français et la passivité des médias en plein cœur des vacances coûtera la vie à 19 490 personnes cet été-là en France. La surmortalité est telle que les autorités sont contraintes de réquisitionner un entrepôt réfrigéré de Rungis pour le transformer en chambre mortuaire.

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)

Texte à l’appui. CONNAISSEZ-VOUS LE PCPE ? Un texte de Daniel Mermet Enfin toute la vérité sur le PCPE, le plus grand parti au monde ! AbonnésLire

Le

Le PCPE est le plus grand parti du monde, et pourtant bien peu le connaissent. À cela, il y a deux raisons. La première, c’est que ceux qui en font partie gardent farouchement le secret. La seconde, c’est que la majorité de ceux qui en font partie ignorent totalement qu’ils en font partie. Les PCPE sont innombrables, mais ils l’ignorent. Vous avez, sans le savoir, un PCPE dans votre entourage, votre employeur, votre conjoint ou votre coiffeur, et eux-mêmes n’en ont pas conscience. De même, il y a peut-être en vous un PCPE qui sommeille à votre insu. Et c’est peut-être, allez savoir, le cas de l’auteur de ces lignes. Il est donc important de révéler toute la vérité sur le PCPE.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Comment on commémore chaque année (sans le savoir) les émeutes de Stonewall du 28 juin 1969 AbonnésVoir

Le

Saviez-vous que c’est en souvenir du 28 juin 1969 qu’est organisée chaque été la Marche des fiertés ? La nuit du 27 au 28 juin 1969, une descente de police vise un bar fréquenté par des homosexuels, le Stonewall Inn, situé au n°53 de la Christopher Street à New York. L’arrestation particulièrement violente des personnes en infraction – parce que dépourvues de carte d’identité ou portant des vêtements habituellement réservés au genre opposé – provoque une réaction inédite de la population de Greenwich Village, lassée des exactions contre les homosexuels.