Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah

« – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech Abonnés

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ?

Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé :

MOURIR POUR LE ROJAVA

C’est une révolution sans précédent qui est en cours depuis 2012 dans le nord de la Syrie. Là-bas si j’y suis vous en parlait en juin dernier. Profitant de la guerre civile qui a suivi le soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en 2011, les Kurdes de Syrie, aidés par le PKK voisin, le Parti des travailleurs du Kurdistan (turc), expérimentent un système démocratique et autogestionnaire, au sein d’un territoire autonome en Syrie du nord, qu’ils nomment le « Rojava » (« Kurdistan occidental » en kurde).

Étendue en 2016 à une « Fédération démocratique de Syrie du Nord », qui englobe les territoires alentour qui ne sont pas forcément peuplés par les Kurdes, cette révolution politique se fonde sur les idées d’Abdullah Öcalan, le fondateur du PKK turc, emprisonné en Turquie depuis 1999.

Nées sous la forme d’une guérilla marxiste-léniniste visant la création d’un État-nation kurde, les idées d’Öcalan, surnommé « Apo » (l’« oncle » en kurde), ont évolué pendant sa détention, notamment grâce à sa correspondance avec le militant libertaire américain Murray Bookchin. « Confédéralisme démocratique » et « municipalisme libertaire » sont désormais les piliers d’un processus politique qui se veut communiste, écologiste et féministe, et fonde ses institutions sur des « communes » autogérées de la taille d’un pâté de maisons.

Alors que le peuple kurde est réparti dans principalement quatre pays (Turquie, Syrie, Iran, Irak), le PKK turc et son homologue syrien PYD (Parti de l’union démocratique) ont officiellement abandonné la revendication d’un Kurdistan autonome, au profit de l’établissement de communes autogérées au sein des frontières internationales actuelles.

La population kurde est à cheval sur quatre États (Le dessous des cartes, ARTE)

Face aux multiples ennemis qu’affronte cette révolution – hier Daech, aujourd’hui la Turquie d’Erdoğan et demain peut-être le régime syrien lui-même –, les forces kurdes des YPG (Unités de protection du peuple) ont fait appel à des volontaires internationaux pour les aider dans cette révolution. Turcs, Américains, Australiens, Allemands, ils seraient des milliers à avoir rejoint le nord de la Syrie pour combattre et défendre la révolution en cours au Rojava. Français, ils seraient quelques dizaines à avoir pris ce chemin.

Arthur et Siyah font partie de ces Français qui ont rejoint ces bataillons internationaux. Ils viennent de revenir de Syrie, où ils ont passé plusieurs mois. Pour des raisons de sécurité, parce qu’ils ont pris les armes contre les ennemis du Rojava, ils préfèrent garder l’anonymat.

Un entretien de Daniel Mermet et Mathieu Colloghan.

Merci à Arthur et Siyah.

Programmation musicale :
- Şoreşa Waşukani : Şoreşa Rojava
- Ciwan Haco : Çaw Bella
- YPG PRESS OFFICE : Ji bo bîranîna Şehîd Canda Ararat
- Kardes Türküler : Rojava

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.