Aude Lancelin reçoit Emmanuel Todd

Todd : « Avec Macron, on atteint le vrai vide » Abonnés

Le

C’est à la Fête de l’Huma que nous a rejoints dimanche dernier Emmanuel Todd, qui a acquis sa réputation de prophète des sciences sociales en prédisant, il y a tout juste quarante ans, la chute imminente de l’Union soviétique à partir de ses seules statistiques démographiques. Le titre de notre émission, la Guerre des idées, lui va parfaitement. Si quelqu’un dans ce pays a régulièrement lancé des assauts contre le conformisme intellectuel national, c’est bien l’auteur de L’Illusion économique et du Mystère français.

Le petit-fils de Paul Nizan coche toutes les mauvaises cases pour les sentinelles de la pensée dominante. Qu’on en juge plutôt : adversaire de l’euro, qui inspirera selon lui aux générations du futur autant de commisération que la « ligne Maginot », détracteur de longue date du « modèle allemand », il combat également volontiers l’obsession russophobe des « élites » françaises et américaines. Sans même parler de son livre hautement polémique sur la manifestation monstre du 11 janvier 2015 consécutive aux attentats, Qui est Charlie ?, on voit que Todd ne se donne pas beaucoup de mal pour plaire aux chiens de garde et à ceux qui tiennent leur laisse.

Le voici de retour avec Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine (Seuil), très ambitieuse réflexion sur les dérèglements socio-économiques mondiaux auxquels nous assistons, et les poussées de fièvre isolationniste qui y répliquent, du Brexit jusqu’à l’élection de Trump. Une fois encore, Emmanuel Todd mobilise dans ce livre les structures familiales et religieuses pour comprendre ce qui nous arrive, cette fois à l’échelle mondiale. Partout, il observe une même guerre des classes en train de se réactiver. Un sécessionnisme des classes supérieures par rapport aux gens du peuple tenus pour des « ploucs », et toujours davantage éloignés des prises de décision réelles.

Sous l’égide de Macron, authentique fondé de pouvoir du capital, la France est désormais à la pointe de ce phénomène. À rebours de cette désintégration nationale, Todd prône un nouveau pacte urgent entre les couches sociales. Une des grandes convictions que l’intellectuel porte également pour la France, c’est qu’elle ne pourra échapper à l’emprise de Francfort, en train d’achever de détruire son tissu économique, sans l’aide de Washington et même de Wall Street. Quelle forme celle-ci pourrait-elle prendre ? Écoutons le prophète, même s’il revendique de dire parfois des bêtises.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Aude Lancelin
réalisation : Jonathan Duong
image : Jeanne Lorrain et Kévin Accart
montage : Cécile Frey
son : Jérôme Chelius, Sylvain Richard, Franck Haderer et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Sur notre site

À écouter

Dans les livres

  • Où en sommes-nous ?

    "Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine" est une réflexion ambitieuse sur les dérèglements socio-économiques mondiaux auxquels nous assistons et les poussées de fièvre isolationniste qui y répliquent, du Brexit jusqu’à l’élection de Trump. Une fois encore, Emmanuel Todd mobilise dans ce livre les structures familiales et religieuses pour comprendre ce qui nous arrive, cette fois à l’échelle mondiale. Partout, il observe une même guerre des classes en train de se réactiver. Un sécessionnisme des classes supérieures par rapport aux gens du peuple tenus pour des « ploucs », et toujours davantage éloignés des prises de décision réelles.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

  • Le repaire itinérant de Dordogne organise ce 30 juin une grand opération drapeaux blancs. "Drapeaux blancs, partout, pour tout. Un drapeau blanc, des drapeaux blancs, par milliers, partout dans nos bourgades, dans les villes, aux balcons, devant nos écoles, nos hôpitaux, nos gares, nos mairies, nos (...)

  • Le climat et ses dérèglements, une histoire naturelle et humaine. Refaisons la part des choses avec Claire Henrion, animatrice, astronomie, chercheur indépendant et fondatrice de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et (...)

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)