LÀ-BAS Hebdo n°22

TERRE D’ASILE MAIS PAS TROP ! À la Cité de l’Immigration, rencontre entre Benjamin Stora et les migrants refoulés de la Chapelle Abonnés

Le

Évacuation des migrants devant la halle Pujol, le 08 juin 2015 à Paris
par Là-bas si j'y suis

Nicolas Sarkozy n’avait jamais voulu inaugurer le Musée de l’Histoire de l’Immigration à son ouverture en 2007. Aujourd’hui, c’est à une « fuite d’eau » qui viendrait inonder la maison qu’il compare les dizaines de milliers de réfugiés qui tentent de survivre en Europe.
Moins qu’une inondation, ce serait plutôt une goutte d’eau. Qu’est-ce qui empêche la France d’accueillir quelques milliers de réfugiés qui fuient des dictatures sanglantes comme l’Érythrée, ou des pays en guerre comme la Libye ? Près de 2 000 personnes sont mortes depuis le début de l’année en Méditerranée, entassées par centaines sur des bateaux pour rejoindre l’Europe. La commission Européenne demande à la France d’accueillir 9 127 migrants dans les deux ans. Soit une personne pour quatre communes françaises.

LÀ-BAS Hebdo n°22 (extrait)

Pourquoi ces nouveaux immigrés ne seraient-ils pas une chance ? Un Français sur trois a un parent, un grand-parent ou un arrière-grand-parent né à l’étranger. D’un point de vue uniquement économique, l’immigration ne "coûte" absolument rien, d’après une étude menée par le chercheur en économie Xavier Chojnicki, puisque les immigrés travaillent, cotisent, paient des impôts...

Alors pourquoi gouvernement et parti des Républicains refusent-ils de concert d’accueillir des réfugiés ? Les stratégies xénophobes de marketing électoral n’empêchent pas les candidats à l’asile de venir quand même. Et en l’absence de politique d’accueil, de tenter de survivre dans des campements de fortune comme celui de la Chapelle à Paris. Régulièrement démantelés par les forces de l’ordre depuis le 2 juin dernier, ces abris sommaires permettent au moins aux migrants de rester ensemble, de s’organiser et de compter sur le soutien des riverains. Ni police, ni charité : les migrants cherchent juste un toit pour s’organiser et survivre. À l’image de Yacoub, Achraf et Ismaël, arrivés en France il y a quelques mois.

Nous les recevons aujourd’hui à l’intérieur de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, avec Benjamin Stora, historien et président du conseil d’orientation de cette Cité.


Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. La Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration

À Paris, l’ancien musée des Colonies abrite désormais la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration. Siège de l’Exposition coloniale en 1931, le Palais de la porte Dorée a remisé au placard les trésors pillés de l’Empire colonial pour faire place à des œuvres célébrant les différentes immigrations qui ont enrichi la France : Italiens, Polonais, Espagnols, Indochinois, Maghrébins, Maliens, Sénégalais... L’historien Benjamin Stora est devenu président du conseil d’orientation de cette Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration depuis 2014.

Le Palais de la Porte Dorée, qui abrite la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration

03. Ismaël

C’est la première fois qu’Ismaël raconte son histoire en détails. Même auprès de ses compatriotes et de ses compagnons du campement de la Chapelle, il était resté assez vague. Quand on entend son récit depuis le Soudan jusqu’à Paris, on comprend sa discrétion et son émotion. Le passage en Libye, l’esclavage, la traversée de la Méditerranée dans un bateau occupé, l’arrivée en Sicile, pour finir dans la rue à Paris. Sans aide des pouvoirs publics, les migrants comptent sur le soutien des riverains et citoyens comme Houssam El Assimi, du Comité de soutien des migrants de la Chapelle.

Au parc Éole, on s’organise (dessin : Laura Genz)

Yacoub, de Libye (dessin : Laura Genz)

04. Yacoub

Yacoub est arrivé il y a trois mois en Europe. Installé au départ sous le métro aérien de la Chapelle, il a connu la première évacuation du campement le 02 juin dernier. Évacuation motivée par les pouvoirs publics pour des raisons humanitaires et sanitaires.

Sauf qu’être ensemble, c’est le seul espoir pour ces migrants de survivre. Après quelques jours dans un hébergement temporaire, c’est donc dans le 18ème arrondissement que les migrants reviennent s’installer, pour être évacués une nouvelle fois par les forces de l’ordre. Au rythme de cinq fois depuis le début du mois de juin.


05. "Migrants" ou réfugiés ?

Benjamin Stora observe un glissement de vocabulaire : on ne dit plus des réfugiés, mais des "migrants". Comme si ces immigrés ne cherchaient pas refuge en Europe. Une manière de ne pas prendre en compte les raisons réelles qui poussent les gens à s’exiler, comme la guerre civile en Libye dont la France connaît pourtant bien l’origine. La solution pour Benjamin Stora : accepter l’arrivée de dizaines de milliers de réfugiés, qui fuient leurs pays et viendront coûte que coûte en Europe, quels que soient les discours et les politiques d’accueil des pays européens.


Musique :
- Merci maman, merci papa, par Agnès Bihl, accompagnée de Nathalie Miravette au piano, devant le public du Musée National de l’Histoire de l’Immigration
- Mais où est donc Ornicar, par Agnès Bihl
- Quand on voit ce qu’on voit, par Agnès Bihl

Merci à Benjamin Stora, Yacoub, Achraf, Ismaël et Houssam El Assimi.
Merci aussi à Saïda Banayad pour la traduction.

Et merci à Isabelle Pernin et à Nathalie Sultan de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration.

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le transhumanisme veut améliorer les capacités humaines, qu’elles soient physiques ou mentales. Son ambition est de fabriquer un être humain supérieur, artificiel, voire immortel. Le modèle de l’homme devient la machine et celui du cerveau l’ordinateur. Le mouvement transhumaniste est sujet à de (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).