Aude Lancelin reçoit Anselm Jappe

Le néolibéralisme a modifié les âmes Abonnés

Le

Il est très certainement le meilleur connaisseur vivant de la pensée de Guy Debord, auteur d’un essai sur le situationnisme dont le principal intéressé saluera lui-même en son temps la perspicacité. Né en 1962, le philosophe allemand Anselm Jappe, vivant en France et enseignant en Sardaigne, remet au goût du jour le concept marxiste de « fétichisme de la marchandise », et poursuit une réflexion extrêmement riche sur les mutations anthropologiques induites par le néolibéralisme. À commencer par les traits de caractère narcissiques que nos psychés contemporaines, tributaires puériles d’une technique sans laquelle nous ne saurions plus vivre, ont développé au fil du temps.

Le jugement dernier, peinture à l’huile sur bois de Rogier van der Weyden, XVème siècle (détail)

Aujourd’hui, Anselm Jappe publie un livre impressionnant par sa capacité à éclairer ce que nous vivons, La Société autophage. Capitalisme, démesure et autodestruction (éditions La Découverte). Sur sa couverture, on voit un homme dévorer son propre corps, métaphore d’une civilisation néolibérale devenue folle, en train de se suicider sur le dos de la nature – avec notre complicité active hélas. La transformation du travail en valeur, source même du capitalisme, est en train de s’épuiser, affirme l’auteur. Ainsi le capitalisme est-il en train de vivre une crise non pas cyclique, mais bel et bien finale à ses yeux.

Seulement voilà, au-delà du capitalisme, il n’y a pas nécessairement l’émancipation. Il peut y avoir pire encore si l’on peut dire, à savoir la barbarie totale, un esclavage d’une ampleur insoupçonnée. Ainsi Anselm Jappe évoque-t-il la création d’une humanité superflue, d’une humanité-déchet, comme nouveau fonctionnement ordinaire du système de production qui est d’ores et déjà le nôtre.

Face à cela, une critique purement morale, fondée sur la « dénonciation de l’avidité », serait nulle et non avenue. Même si une certaine gauche ne veut pas le comprendre, ce n’est pas la vertu qui sauvera le monde. Plutôt que de viser à une auto-modération du capitalisme, il faut viser la sortie totale pour Jappe. L’une n’étant nullement plus irréaliste que l’autre. On ne dépassera par exemple jamais la crise écologique dans le cadre capitaliste selon lui, le « capitalisme vert » et le « développement durable » étant de pures et simples foutaises. Alors que faire ? Se résigner ou inventer l’impossible. Un entretien d’une cruelle lucidité pour découvrir l’un des meilleurs penseurs anticapitalistes contemporains.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

journaliste : Aude Lancelin
réalisation : Jonathan Duong et Cécile Frey
son : Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Voir aussi

À LIRE :

- Les aventures de la marchandise : pour une critique de la valeur, un livre d’Anselm Jappe (2003, réédité aux éditions La Découverte en 2017)

-  Guy Debord, un livre d’Anselm Jappe (éditions Denoël, 2001)

À VOIR :

Wall-E, un film d’Andrew Stanton (Pixar Animation Studios, 2008)

Sur notre site

Dans les livres

  • La société autophage : capitalisme, démesure et autodestruction

    Un livre impressionnant par sa capacité à éclairer ce que nous vivons. Sur sa couverture, on voit un homme dévorer son propre corps, métaphore d’une civilisation néolibérale devenue folle, en train de se suicider sur le dos de la nature – avec notre complicité active hélas. La transformation du travail en valeur, source même du capitalisme, est en train de s’épuiser, affirme l’auteur. Ainsi le capitalisme est-il en train de vivre une crise non pas cyclique, mais bel et bien finale à ses yeux. Seulement voilà, au-delà du capitalisme, il n’y a pas nécessairement l’émancipation. Anselm Jappe évoque la création d’une humanité superflue, d’une humanité-déchet, comme nouveau fonctionnement ordinaire du système de production qui est d’ores et déjà le nôtre. Face à cela, plutôt que de viser à une auto-modération du capitalisme, il faut viser la sortie totale. L’une n’étant nullement plus irréaliste que… Lire la suite

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre... Vos conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Réforme territoriale, communautés de communes, métropolisations, regroupements et disparitions de services publics, réforme ferroviaire, etc ... C’est à une profonde transformation de l’organisation territoriale à laquelle nous assistons... sans aucun débat citoyen. Quels sont les enjeux et le sens (...)

    Saint-Lô

  • Le Café repaire d’Angers vous donne rendez-vous mardi 5 juin avec les acteurs angevins du Réseau Salariat pour une discussion autour des mots travail, emploi, revenu, richesses, bien public, gratuité et… salariat. Bref, comment réussir le partage tant désiré du travail et des richesses (...)

    Angers

Dernières publis

Une sélection :

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Lire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Soixante-huitard que jamais. À la mémoire d’Élisa ARICO ACTION : Mai 68, dessins de presse, un cadeau d’Élisa Lire

Le

Chères AMG, chers AMG, ces dessins sont un cadeau et un héritage à partager avec vous. Il y a dix ans, une auditrice, Élisa ARICO, 88 ans, qui avait occupé la Sorbonne en mai 1968, nous adressait des archives « jalousement gardées depuis 68 » : des tracts, des notes, des affiches et des numéros très rares du fameux journal ACTION. Certains de ces documents sont accessibles sur le net aujourd’hui, mais c’est tout autre chose de les regarder comme un précieux cadeau d’Élisa maintenant disparue et qui finissait sa lettre en espérant « un autre mai, version altermondialiste ».

En hommage à l’historienne SUZANNE CITRON, Daniel MERMET reçoit LAURENCE DE COCK La seule façon d’apprendre, c’est de contester AbonnésVoir

Le

La grande historienne Suzanne CITRON, qui vient de disparaître à 96 ans, aimait répéter la phrase de Jean-Paul Sartre. Pas seulement une phrase, toute sa vie elle a contesté l’enseignement de l’histoire comme un puissant moyen de propager la manière de voir de la classe dominante dans l’éducation comme dans la vie publique. Son livre majeur, LE MYTHE NATIONAL (1987), qui démonte cette construction idéologique, a marqué une rupture et une prise de conscience face aux détournements de l’histoire.

« Renaissance des travaillistes au Royaume-Uni », un entretien de Jonathan Duong avec Paul Vannier Jeremy Corbyn, futur Premier ministre du Royaume-Uni ? Écouter

Le

Il est le leader du parti social-démocrate britannique, son programme est pourtant à gauche : contrôle des loyers, augmentation des salaires, propriété publique du rail et de l’énergie, gratuité de l’enseignement supérieur, salaire maximum, taxe « Robin des Bois » sur les multinationales, impôt sur les grandes fortunes… Jeremy Corbyn suscite l’enthousiasme des 570 000 adhérents du Labour, dont beaucoup ont rejoint le Parti travailliste pour lui.

Une émission avec le journaliste américain Thomas Frank, Serge Halimi et Benoît Bréville du Monde diplomatique Pourquoi les riches votent à gauche ? AbonnésÉcouter

Le

Pourquoi les pauvres votent à droite. C’était le titre du best-seller de Thomas Frank publié en 2008, qui se demandait pourquoi les pauvres, censés aspirer à plus de redistribution et d’égalité, votent contre leurs intérêts. Dix ans plus tard, le journaliste originaire du Kansas revient avec un nouveau livre : Pourquoi les riches votent à gauche. Comment peut-on être riche, néo-libéral et pourtant progressiste ou « de gauche » ? Entretien : Daniel MERMET avec Thomas FRANK, Serge HALIMI et Benoit BRÉVILLE.