Aude Lancelin reçoit Anselm Jappe

Le néolibéralisme a modifié les âmes Abonnés

Le

Il est très certainement le meilleur connaisseur vivant de la pensée de Guy Debord, auteur d’un essai sur le situationnisme dont le principal intéressé saluera lui-même en son temps la perspicacité. Né en 1962, le philosophe allemand Anselm Jappe, vivant en France et enseignant en Sardaigne, remet au goût du jour le concept marxiste de « fétichisme de la marchandise », et poursuit une réflexion extrêmement riche sur les mutations anthropologiques induites par le néolibéralisme. À commencer par les traits de caractère narcissiques que nos psychés contemporaines, tributaires puériles d’une technique sans laquelle nous ne saurions plus vivre, ont développé au fil du temps.

Le jugement dernier, peinture à l’huile sur bois de Rogier van der Weyden, XVème siècle (détail)

Aujourd’hui, Anselm Jappe publie un livre impressionnant par sa capacité à éclairer ce que nous vivons, La Société autophage. Capitalisme, démesure et autodestruction (éditions La Découverte). Sur sa couverture, on voit un homme dévorer son propre corps, métaphore d’une civilisation néolibérale devenue folle, en train de se suicider sur le dos de la nature – avec notre complicité active hélas. La transformation du travail en valeur, source même du capitalisme, est en train de s’épuiser, affirme l’auteur. Ainsi le capitalisme est-il en train de vivre une crise non pas cyclique, mais bel et bien finale à ses yeux.

Seulement voilà, au-delà du capitalisme, il n’y a pas nécessairement l’émancipation. Il peut y avoir pire encore si l’on peut dire, à savoir la barbarie totale, un esclavage d’une ampleur insoupçonnée. Ainsi Anselm Jappe évoque-t-il la création d’une humanité superflue, d’une humanité-déchet, comme nouveau fonctionnement ordinaire du système de production qui est d’ores et déjà le nôtre.

Face à cela, une critique purement morale, fondée sur la « dénonciation de l’avidité », serait nulle et non avenue. Même si une certaine gauche ne veut pas le comprendre, ce n’est pas la vertu qui sauvera le monde. Plutôt que de viser à une auto-modération du capitalisme, il faut viser la sortie totale pour Jappe. L’une n’étant nullement plus irréaliste que l’autre. On ne dépassera par exemple jamais la crise écologique dans le cadre capitaliste selon lui, le « capitalisme vert » et le « développement durable » étant de pures et simples foutaises. Alors que faire ? Se résigner ou inventer l’impossible. Un entretien d’une cruelle lucidité pour découvrir l’un des meilleurs penseurs anticapitalistes contemporains.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Aude Lancelin
réalisation : Jonathan Duong et Cécile Frey
son : Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

À LIRE :

- Les aventures de la marchandise : pour une critique de la valeur, un livre d’Anselm Jappe (2003, réédité aux éditions La Découverte en 2017)

-  Guy Debord, un livre d’Anselm Jappe (éditions Denoël, 2001)

À VOIR :

Wall-E, un film d’Andrew Stanton (Pixar Animation Studios, 2008)

Sur notre site

Dans les livres

  • La société autophage : capitalisme, démesure et autodestruction

    Un livre impressionnant par sa capacité à éclairer ce que nous vivons. Sur sa couverture, on voit un homme dévorer son propre corps, métaphore d’une civilisation néolibérale devenue folle, en train de se suicider sur le dos de la nature – avec notre complicité active hélas. La transformation du travail en valeur, source même du capitalisme, est en train de s’épuiser, affirme l’auteur. Ainsi le capitalisme est-il en train de vivre une crise non pas cyclique, mais bel et bien finale à ses yeux. Seulement voilà, au-delà du capitalisme, il n’y a pas nécessairement l’émancipation. Anselm Jappe évoque la création d’une humanité superflue, d’une humanité-déchet, comme nouveau fonctionnement ordinaire du système de production qui est d’ores et déjà le nôtre. Face à cela, plutôt que de viser à une auto-modération du capitalisme, il faut viser la sortie totale. L’une n’étant nullement plus irréaliste que… Lire la suite

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.