Travailler mieux, moins, tous ? Avec la journaliste Claire Lecœuvre

La réduction du temps de travail est inévitable : partageons-le ! Abonnés

1

Le

Jean-François Millet, La Méridienne, 1866

La question n’est pas « faut-il réduire la durée légale du travail ? ». Dans la plupart des pays de l’OCDE, le temps que consacre une personne à travailler au cours d’une année ne cesse de diminuer. C’est le fruit mécanique de l’augmentation de la productivité et de la croissance de la population active.

Puisque cette tendance est amenée à se poursuivre, le temps n’est plus à se demander s’il faut – oui ou non – travailler moins, la question est de savoir s’il faut organiser cette diminution ou laisser le travail s’émietter « naturellement ». Faut-il laisser une partie des gens se tuer à la tâche pendant que six millions de personnes sont au chômage, que les personnes de plus de 50 ans n’arrivent plus à trouver du travail, que les femmes sont assignées à du temps partiel et que les auto-entrepreneurs pédalent après les heures de livraison à faire ? Ou bien faut-il travailler moins, mieux et tous ? Oui, mais si on travaille moins, que ferons-nous de notre temps libéré ? Voici des clefs pour comprendre les grands enjeux de la réduction du temps de travail, avec la journaliste Claire Lecœuvre, qui publie « Travailler moins pour polluer moins » dans Le Monde diplomatique de juin.

Programmation musicale :
- Didier Super : À bas les gens qui bossent
- TTC : Travailler

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.