Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent

La croissance économique, un mythe à détruire Abonnés

1

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés [1] ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société !

Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années. Car en vérité, c’est exactement le contraire qui se passe : c’est le bien-être (défini notamment par la santé et l’éducation) qui crée le développement économique.

On pensait le mythe de la croissance déjà dépassé : « pas de croissance infinie dans un monde fini », n’est-ce pas [2] ? Pourtant, rappelle Éloi Laurent, c’est encore elle qui structure toute notre économie : en ce moment, à l’Assemblée nationale française est discuté le projet de loi de finances 2020, c’est-à-dire le budget, et tous les calculs et choix budgétaires sont faits à partir… des prévisions de croissance. Oh bien sûr, nous n’en sommes plus à « chercher la croissance avec les dents », comme du temps de Sarkozy, aujourd’hui nous poursuivons une croissance « durable » et « responsable » [3]. Mais nous continuons à compter ce qui ne compte pas. Et à ne pas compter ce qui compte vraiment.

Un entretien de Jérémie Younes avec Éloi Laurent, économiste, auteur de Sortir de la croissance. Mode d’emploi (Les Liens qui libèrent, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jérémie Younes
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[2« Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste », Kenneth E. Boulding, Energy reorganization act of 1973. Hearings, Ninety-third Congress, first session, on H.R. 11510, éd. Washington, U.S. Govt. Print. Off., 1973.

[3Nicolas Sarkozy, « La croissance, j’irai la chercher avec les dents », mars 2007.

Voir aussi

-  Éloi Laurent, Sortir de la croissance. Mode d’emploi, Les Liens qui libèrent, 2019

- Éloi Laurent, Nos mythologies économiques, Les Liens qui libèrent, 2016

- Évolution du produit intérieur brut des 20 pays les plus riches de 1800 à 2040 :

Sur notre site

À écouter

  • Nos mythologies économiques : rencontre avec Éloi LAURENT

    L’imposture des économistes Abonnés

    Écouter
    Où se fabrique l’idéologie dominante ? Où se diffuse la propagande officielle ? Répondre « France Inter » peut paraître une provocation sans fondement. Pourtant il arrive que l’auditeur soit saisi par le doute. Ainsi, samedi dernier, (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Une pieuvre dans la baignoire ! Reportage de Sophie Simonot (février 1995). PODCAST Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? Accès libreÉcouter

Le

Le tonnerre dans la nuit, le trou d’air dans l’avion, la pieuvre dans la baignoire, C’est fou la peur, c’est flou. C’est parce que c’est flou que ça fait peur, c’est tapi, c’est caché en nous, c’est l’inhumain dans l’homme. Il y en a de belles des peurs...Aujourd’hui la peur, les jetons, les moules, la trouille, les avoir à zéro...

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.