En salles mercredi : « Libre », un film de Michel Toesca avec Cédric Herrou

« Ce que fait Cédric Herrou, c’est à l’État de le faire » Abonnés

1

Le

Après trois années de tournage dans la vallée de la Roya, c’est mercredi 26 septembre que sort en salles le documentaire de Michel Toesca, Libre. « Ce n’est pas un film sur les migrants, c’est un film sur l’accueil » : l’accueil, l’hébergement, l’accompagnement et l’aide juridique que l’agriculteur Cédric Herrou et beaucoup d’autres citoyens essaient d’apporter aux migrants à la frontière franco-italienne.

Simplement pour que ces personnes, originaires pour beaucoup d’Érythrée ou du Soudan du Sud, puissent légalement déposer leur demande d’asile : un droit garanti par la loi, mais bafoué par les pouvoirs publics qui essaient aussi discrètement que possible de « raccompagner » ces migrants de l’autre côté de la frontière, en toute illégalité.

Poursuivi pour aide au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière, Cédric Herrou subit depuis des années un acharnement judiciaire, mais aura au moins remporté une victoire. Saisi par ses avocats, le Conseil constitutionnel a réaffirmé le principe de fraternité, inscrit dans la Constitution : « il découle du principe de fraternité la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national. [1] » En attendant l’application de ce « principe à valeur constitutionnelle », la ferme de Cédric Herrou à Breil-sur-Roya est toujours cernée de dizaines de gendarmes mobiles.

Un entretien de Daniel Mermet avec Michel Toesca, réalisateur du film Libre (Sanosi Productions, 2018).

La bande-annonce de Libre, en salles mercredi 26 septembre :

Bande-annonce LIBRE de Michel Toesca - 26 septembre 2018
par jour2fete

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong et Kévin Accart

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Conseil constitutionnel, « Décision n° 2018-717/718 QPC du 6 juillet 2018 », 6 juillet 2018.

Voir aussi

-  Michel Toesca, Libre, Sanosi Productions, France, 2018, 1h40, en salles mercredi 26 septembre

Sur notre site

À écouter

  • Un reportage de Sylvie COMA dans la vallée de la Roya

    La bête noire de M. Ciotti Abonnés

    Écouter
    Qu’est-ce qui met la République en danger ? Pour Éric Ciotti, aucun doute, c’est Cédric Herrou, cet éleveur de poules qui vient en aide aux migrants : « Qui peut dire avec certitude que dans les centaines de migrants que Monsieur Herrou se (...)

À voir

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.