Pour un front commun, pour le débordement général !

22 Mars, ce n’est qu’un début ! Avec Besancenot (NPA), Villedieu (SUD-Rail), Cernon (CGT des cheminots), Vanessa Martinez (CGT des cheminots) Abonnés

1

Le

« Personne ne pense à privatiser la SNCF [1] ! » Pensez-vous, « même pas en rêve [2] ! » C’est clair, non ? Euh, pas vraiment pour nos invités, pas tellement pour tous ceux qui se mobilisent, les cheminots mais aussi toutes celles et ceux qui sont dans la rue, toutes celles et ceux qui relèvent la tête, toutes celles et ceux qui ne lâchent rien !

Pourquoi vouloir supprimer les « conquis sociaux » des cheminots, dont on nous dit que leurs « privilèges » ne seraient plus supportables dans un contexte concurrentiel ? Au lieu de chercher à étendre ces droits à l’ensemble des salariés, on nous fait le coup de la « dette » de l’entreprise pour mieux justifier la casse d’un service public. Mais cette dette, rappelle Fabien Villedieu du syndicat SUD-Rail, a surtout été creusée par les lignes à grande vitesse pensées pour relier les grandes métropoles, au détriment des petites lignes moins empruntées mais garantes d’une égalité dans l’aménagement du territoire.

Mais si la SNCF n’est pas rentable, c’est qu’elle n’a pas forcément à l’être : elle assure un service public utile aux Français, et n’est pas une simple entreprise à la recherche de bénéfices. Bérenger Cernon, de la CGT des cheminots, l’explique : quand on achète un billet de train à 30 euros, c’est 100 euros que coûte véritablement le trajet, à la charge de la collectivité. Si on veut que les trains soient rentables, sommes-nous prêts à en payer le prix ?

En soutien aux syndicats CGT et SUD-Rail, Olivier Besancenot et son Nouveau Parti Anticapitaliste ont initié un front commun à gauche, pour unir les formations politiques, de La France Insoumise à Europe Écologie-Les Verts, dans leur soutien aux cheminots et aux services publics attaqués.

Pour comprendre, nous avons invité quelques privilégiés :

- Olivier Besancenot, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

- Bérenger Cernon, CGT des cheminots de Paris Gare de Lyon

- Vanessa Martinez, CGT des cheminots

- Fabien Villedieu, SUD-Rail

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.