« Liberté ! À bas les Versaillais ! » 150 ans après la Commune de Paris, les flics ont reculé face aux héritiers des Communards. Des images rares à Paris

[VIDÉO] Célébration de la Commune : enfin au bout de 150 ans, les Communards font reculer les versaillais !

Le

1 minute 35 de bonheur ! Ça dure 1 minute 35, regardez : « CASSEZ-VOUS ! CASSEZ-VOUS, VERSAILLAIS ! » Et en effet, les flics s’en vont !

Place de la République, samedi 29 mai, on célèbre les 150 ans de la Commune de Paris. Alors que tout est prévu, convenu, autorisé, alors que tout est calme, les flics de Darmanin s’apprêtent à cogner et à gazer sans la moindre raison. Mais on ne se laisse pas faire « LIBERTÉ, À BAS LES VERSAILLAIS ! » Et finalement, les flics reculent assez piteux. Images bien rares dans Paris. Une scène symbolique bien sûr, et qui donne raison à un certain Marx (Karl) qui affirmait : « les grands évènements se répètent deux fois, la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce ». Oui mais, par cette magnifique journée de retrouvailles de République au mur des Fédérés, on a vu là le signe annonciateur du grand rebondissement !

Le 29 mai 2021, des milliers de personnes ont défilé devant le mur des Fédérés pour les 150 ans de la Commune (photo : Mathieu Dejean/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

Magnifique journée ensoleillée au bout du tunnel. C’est plus d’une centaine d’organisations qui avaient appelé à faire de cette journée un moment particulier d’union et de retrouvailles, à l’occasion de la traditionnelle « montée au mur des Fédérés » au cimetière du Père-Lachaise.

Seulement voilà : sur le retour, l’histoire repasse encore les plats ! Des militants de gauche sont tombés nez à nez avec une procession catholique ! Les pèlerins commémoraient, eux, l’exécution de religieux lors de la Commune en mai 1871… La rencontre entre les deux groupes a fait des étincelles, sur le boulevard de Ménilmontant, comme on le voit dans cette vidéo du diocèse de Paris relayée par le journaliste à La Croix Laurent de Boissieu :

« À BAS, À BAS, À BAS LES VERSAILLAIS ! » et « TOUT LE MONDE DÉTESTE LES VERSAILLAIS », scandent les contre-manifestants. Comme si les camps jadis en guerre s’étaient reconstitués. Cette fois-ci cependant, un homme a été hospitalisé. En 1871, les Versaillais avaient tué sommairement quelques 20 000 Communards. Pendant la Semaine sanglante, les Communards, acculés, avaient exécuté 52 otages, rue Haxo, dont dix religieux. Inexcusable, assurément. Mais incomparable assurément. Tout ça montre bien que la Commune n’est pas morte !

À Là-bas, on a gravé cette commémoration des 150 ans de la Commune dans le marbre. Retrouvez tout notre dossier sur les 150 ans de la Commune ci-dessous !

Mathieu Dejean

À écouter

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.