« Liberté ! À bas les Versaillais ! » 150 ans après la Commune de Paris, les flics ont reculé face aux héritiers des Communards. Des images rares à Paris

[VIDÉO] Célébration de la Commune : enfin au bout de 150 ans, les Communards font reculer les versaillais !

Le

1 minute 35 de bonheur ! Ça dure 1 minute 35, regardez : « CASSEZ-VOUS ! CASSEZ-VOUS, VERSAILLAIS ! » Et en effet, les flics s’en vont !

Place de la République, samedi 29 mai, on célèbre les 150 ans de la Commune de Paris. Alors que tout est prévu, convenu, autorisé, alors que tout est calme, les flics de Darmanin s’apprêtent à cogner et à gazer sans la moindre raison. Mais on ne se laisse pas faire « LIBERTÉ, À BAS LES VERSAILLAIS ! » Et finalement, les flics reculent assez piteux. Images bien rares dans Paris. Une scène symbolique bien sûr, et qui donne raison à un certain Marx (Karl) qui affirmait : « les grands évènements se répètent deux fois, la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce ». Oui mais, par cette magnifique journée de retrouvailles de République au mur des Fédérés, on a vu là le signe annonciateur du grand rebondissement !

Le 29 mai 2021, des milliers de personnes ont défilé devant le mur des Fédérés pour les 150 ans de la Commune (photo : Mathieu Dejean/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

Magnifique journée ensoleillée au bout du tunnel. C’est plus d’une centaine d’organisations qui avaient appelé à faire de cette journée un moment particulier d’union et de retrouvailles, à l’occasion de la traditionnelle « montée au mur des Fédérés » au cimetière du Père-Lachaise.

Seulement voilà : sur le retour, l’histoire repasse encore les plats ! Des militants de gauche sont tombés nez à nez avec une procession catholique ! Les pèlerins commémoraient, eux, l’exécution de religieux lors de la Commune en mai 1871… La rencontre entre les deux groupes a fait des étincelles, sur le boulevard de Ménilmontant, comme on le voit dans cette vidéo du diocèse de Paris relayée par le journaliste à La Croix Laurent de Boissieu :

« À BAS, À BAS, À BAS LES VERSAILLAIS ! » et « TOUT LE MONDE DÉTESTE LES VERSAILLAIS », scandent les contre-manifestants. Comme si les camps jadis en guerre s’étaient reconstitués. Cette fois-ci cependant, un homme a été hospitalisé. En 1871, les Versaillais avaient tué sommairement quelques 20 000 Communards. Pendant la Semaine sanglante, les Communards, acculés, avaient exécuté 52 otages, rue Haxo, dont dix religieux. Inexcusable, assurément. Mais incomparable assurément. Tout ça montre bien que la Commune n’est pas morte !

À Là-bas, on a gravé cette commémoration des 150 ans de la Commune dans le marbre. Retrouvez tout notre dossier sur les 150 ans de la Commune ci-dessous !

Mathieu Dejean

À écouter

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »