Vive le 1er mai !

PREMIER MAI : MANU PASSE À LA CASSEROLE !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

UN GRAND PREMIER MAI POUR LA TREIZIÈME MANIF CONTRE LA REFORME DES RETRAITES !

Quand Brigitte lui sert la soupe ça le rend dingue, il ne supporte plus le plus petit bruit de casserole. Ce premier Mai sera encore pire, la mobilisation s’annonce massive. Macron et sa bande se démènent pour faire diversion mais les pigeons ne mordent pas à l’hameçon. Nos fins experts voyaient un peuple résigné, dépolitisé, replié, rincé, mais non, ce pays en a sous le pied. Il a une mémoire aussi. Et la mémoire ça s’entretient, ça s’arrose, il faut l’élaguer, savoir faire des greffes.
Voilà pourquoi jusqu’à lundi on revient sur l’histoire du 1er Mai en vidéo, en texte en radio. À vous d’en prendre de la graine.
Aujourd’hui, Olivier Besancenot nous dit tout sur le 1er mai 1936 qui a été à l’origine des grandes grèves et des grandes conquêtes qui ont suivi .

Les 1er Mai ont une histoire : comment un 1er Mai est à l’origine des grandes grèves de 1936 (Première partie)

L’histoire du 1er Mai est indissociable de la longue lutte pour la journée de huit heures. C’est en hommage aux martyrs de Haymarket Square, huit militants accusés à tort, condamnés à mort et pendus pour avoir prétendument jeté une bombe sur la police de Chicago, qu’a été instaurée la journée internationale des travailleurs.

Mais depuis, à quoi ont bien pu servir tous les défilés du 1er Mai, à part se retrouver, se compter et se rassurer ? Olivier Besancenot en a retrouvé un qui a compté dans l’histoire : voilà en deux épisodes ce qui s’est passé au Havre le 1er mai 1936, entre les deux tours des élections législatives remportées par le Front populaire. Ce jour-là, les ouvriers Vachon et Friboulet débraient pour pouvoir participer au 1er Mai. Ce qui n’a pas vraiment plu à leur employeur, Breguet Aviation, qui les licencie sur-le-champ. Cet acte de répression à l’égard de deux syndicalistes va faire boule de neige : la grève à l’usine Breguet va s’étendre à toute la France, et créer un mouvement d’occupations d’usines qui va finir par arracher des conquêtes sociales au gouvernement du Front populaire. Comme quoi, le 1er Mai n’est pas qu’un symbole, il sert aussi à quelque chose : vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Les 1er Mai ont une histoire : comment un 1er Mai est à l’origine des grandes grèves de 1936 (Deuxième partie)

Un petit tour de République à la Nation et puis on rentre à la maison ? Pas toujours. Certains défilés ont pesé sur le cours de l’histoire. C’est le cas du 1er mai 1936, juste avant la victoire du Front populaire aux élections législatives.
Car non, les avancées sociales de 1936 ne figuraient pas au programme du Front populaire ! C’est le fruit des occupations d’usines du printemps 1936, qui ont commencé dans la foulée du Premier mai. Olivier Besancenot nous explique dans cette deuxième partie pourquoi il a fallu pas moins de trois vagues successives de grèves pour que les ouvriers obtiennent enfin la semaine de 40 heures et les deux premières semaines de congés payés.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »