L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Nestlé veut fermer un labo après avoir touché 68 millions € de crédit d’impôt

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans le vingtième numéro de Didier Porte Hebdo, c’est Jérémie Younes !

Jérémie en profite pour passer un amical coucou aux salariés en lutte de Galderma, à Nice. Galderma, ça ne vous dit sans doute rien, c’est un centre de recherche en dermatologie, le meilleur du monde même, qui emploie 550 personnes sur le site de Sophia Antipolis. Pas de chance, le seul actionnaire de Galderma, c’est la charmante multinationale Nestlé…

Nestlé a annoncé en septembre dernier qu’il voulait bazarder son site de Nice et les plus de 500 employés qui vont avec. Une fermeture totalement injustifiable puisque le centre de recherche est une référence mondiale, il est rentable, et surtout, il a touché depuis 3 ans 68 millions d’euros au titre du crédit d’impôt recherche [1]. Pour rappel, Nestlé, c’est une dizaine de milliards d’euros de bénéfice net chaque année… mais bon, ils touchent quand même 68 millions de nos impôts pour virer des gens. Un scandale pas du tout atypique dans le business du crédit d’impôt recherche, puisque – ça a été maintes fois écrit – il s’agit d’une niche fiscale totalement hors de contrôle [2] : une véritable industrie de la triche [3].

Face à cela, les salariés de Galderma résistent et luttent depuis bientôt 6 mois. Et comme on a là des chimistes, des biologistes, des chercheurs, bref, pas des cégétistes moustachus rompus à l’exercice, et bien ça produit des trucs assez inattendus : ils ont d’abord fait un haka de lutte [4], puis ils ont couru la Prom’classic de Nice (qu’ils ont gagnée en équipe) [5]... et en décembre, irruption dans la culture Youtube, ils ont même fait un « mannequin challenge » [6].

https://www.youtube.com/watch?v=YwxKSmsbjus

À quel point tout ça peut être efficace ? Une chose est sûre : ça fait chaud au cœur toute cette combativité. Lâchez rien, les amis niçois, vous allez gagner, j’en suis sûr. Quant à Nestlé, avant de partir : rendez l’argent !

https://www.youtube.com/watch?v=0B7bnBHMV9Y

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.