L’employé de la semaine de Là-bas (EXTRAIT de Didier Porte Hebdo)

Nestlé veut fermer un labo après avoir touché 68 millions € de crédit d’impôt

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Notre employé de la semaine dans le vingtième numéro de Didier Porte Hebdo, c’est Jérémie Younes !

Jérémie en profite pour passer un amical coucou aux salariés en lutte de Galderma, à Nice. Galderma, ça ne vous dit sans doute rien, c’est un centre de recherche en dermatologie, le meilleur du monde même, qui emploie 550 personnes sur le site de Sophia Antipolis. Pas de chance, le seul actionnaire de Galderma, c’est la charmante multinationale Nestlé…

Nestlé a annoncé en septembre dernier qu’il voulait bazarder son site de Nice et les plus de 500 employés qui vont avec. Une fermeture totalement injustifiable puisque le centre de recherche est une référence mondiale, il est rentable, et surtout, il a touché depuis 3 ans 68 millions d’euros au titre du crédit d’impôt recherche [1]. Pour rappel, Nestlé, c’est une dizaine de milliards d’euros de bénéfice net chaque année… mais bon, ils touchent quand même 68 millions de nos impôts pour virer des gens. Un scandale pas du tout atypique dans le business du crédit d’impôt recherche, puisque – ça a été maintes fois écrit – il s’agit d’une niche fiscale totalement hors de contrôle [2] : une véritable industrie de la triche [3].

Face à cela, les salariés de Galderma résistent et luttent depuis bientôt 6 mois. Et comme on a là des chimistes, des biologistes, des chercheurs, bref, pas des cégétistes moustachus rompus à l’exercice, et bien ça produit des trucs assez inattendus : ils ont d’abord fait un haka de lutte [4], puis ils ont couru la Prom’classic de Nice (qu’ils ont gagnée en équipe) [5]... et en décembre, irruption dans la culture Youtube, ils ont même fait un « mannequin challenge » [6].

https://www.youtube.com/watch?v=YwxKSmsbjus

À quel point tout ça peut être efficace ? Une chose est sûre : ça fait chaud au cœur toute cette combativité. Lâchez rien, les amis niçois, vous allez gagner, j’en suis sûr. Quant à Nestlé, avant de partir : rendez l’argent !

https://www.youtube.com/watch?v=0B7bnBHMV9Y

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).