Un hommage de Michel Piccoli à Louise Michel, en passant par Victor Hugo

MICHEL PICCOLI, ANTICAPITALISTE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Michel Piccoli dans le film de Manoel de Oliveira, Je rentre à la maison (90 min, 2001)

Pas possible de le cacher sous une montagne d’hommages, Michel Piccoli était un homme de gauche, passionnément de gauche, dans toute sa vie. Fermez les yeux et écoutez le dire cet hommage de Victor Hugo à Louise Michel. Et ne dites plus que tout est foutu.

« Nous reviendrons, foule sans nombre (…)
Spectres vengeurs sortant de l’ombre.
(…)
Pâles, sous les rouges bannières… »

Après l’écrasement de la Commune de Paris, Louise Michel écrit ces lignes, le 8 septembre 1871 [1]. Trois mois plus tard, le 16 décembre, elle est jugée par un tribunal militaire, mais elle assume son combat révolutionnaire et demande la mort aux côtés des 20 000 communards qui furent massacrés.

À ses juges, elle lance : « si vous n’êtes pas des lâches, tuez-moi ! »

Son ami Victor Hugo prend sa défense avec ce texte, « Viro Major », que Michel Piccoli fait revivre en hommage :

Victor Hugo, pour Louise Michel : « Viro Major »

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Louise Michel, À mes frères, prison de Versailles, 8 septembre 1871.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.