L’édito du mercredi, c’est le mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST)

Mercredito #23 | Kivu : il y a du sang dans nos portables

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Mercredito #23 | Kivu : il y a du sang dans nos portables
par Là-bas si j'y suis

Il y a du sang dans nos portables, dans nos ordinateurs, dans nos voitures électriques. Le sang des minerais du sang, coltan, cobalt, cassitérite et les autres : l’or, les diamants, et tout ce dont regorge le pays le plus riche de la planète et le plus pauvre du monde, le Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo.

Depuis 25 ans, guerres, massacres, maladies et viols de masse ont fait de quatre à six millions de morts dans la population civile, sans compter des millions de déplacés. Le bilan le plus lourd depuis la seconde guerre mondiale. Des dizaines de milices armées se livrent des guerres sans merci. Ce serait le résultat de conflits ethniques traversés par les conséquences du génocide du Rwanda de 1994. En vérité ces atrocités sont liées à l’exploitation et à l’accaparement des minerais stratégiques, commandités par des géants comme Microsoft, Apple, Google, Tesla et bien d’autres. Des marques qui font tout pour masquer les conditions d’exploitations de ces minerais mais qui continuent en toute impunité. La fabrication d’un ordinateur exige cent fois son poids en matières premières. Un smartphone est composé de 60 métaux différents. Il s’agit en grande partie de ressources non renouvelables. Des dizaines de milliers de « creuseurs », hommes, femmes, enfants, travaillent dans des conditions pire que les mineurs de Germinal.

En 1885, Léopold 2, roi des Belges, s’emparait de cet immense Congo dont il faisait sa propriété personnelle, « ce merveilleux gâteau africain » disait-il. Lui c’était l’ivoire et l’hévéa qu’il a pillés par le moyen de l’esclavage et des mutilations massives. Déjà le colonialisme évoquait la barbarie de ces luttes tribales ce qui justifiait la mission civilisatrice de ces prédateurs. Aujourd’hui, Léopold 2 s’appelle High Tech.

À juste titre dans les pays riches, le racisme est condamné et combattu jusqu’à l’emploi d’un symbole ou d’un mot. Mais que dire du mépris et de l’ignorance intéressée où ces peuples sont tenus ? Comment expliquer l’impuissance des Nations Unis et l’occultation depuis 2010 du rapport « Mapping » ?

En 1994, durant cent jours, au vu et au su de tous, 800 000 Tutsis et des « Hutus modérés » ont été assassinés dans l’indifférence d’un monde qui depuis un demi siècle, répétait « plus jamais ça ». Il était facile d’enrayer ces massacres. Aujourd’hui, malgré le combat de quelques uns, ce racisme systémique continue d’occulter des crimes qui profitent aux multinationales de la haute technologie, comme au temps de Léopold 2, des fabricants de pneus comme Dunlop se développaient sur l’esclavage dans les forêts d’hévéa.

Il ne s’agit pas de culpabiliser chacun ni d’appeler au boycott mais de soutenir radicalement la lutte contre ces crimes impunis. Des enquêtes et des rapports accablants sont passés sous silence mais ils existent. Devenu gendarme régional, le Rwanda, qui est l’acteur le plus prédateur avec l’Ouganda, a fini par épuiser son capital victimaire. Prix Nobel 2018, Denis Mukwege milite contre l’impunité. Des mouvements agissent, des femmes s’organisent, les pays riches doivent soutenir ces luttes et les médias doivent faire prendre conscience au-delà du public spécialisé. On le sait, il n’y aura pas de paix sans justice.


D.M.

Écouter les reportages de Daniel Mermet et Giv Anquetil en RDC

Goma, un sang d’encre, première partie

Une bande de ciel très clair et au dessus un ciel de plomb, noir comme de l’encre. Et entre les deux, au dessus de Goma, une tache rouge. Rouge pourpre. C’est le reflet de la lave, au cœur du volcan, le reflet de la lave du Nyiragongo.
Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil

Programmation musicale

- Inconnu : Whispered song
- Miriam Makeba : Congo
- Wendo Kolosoy : Camille

— 

Goma, un sang d’encre, deuxième partie

Rutshuru, nord de Goma. Des fosses communes ont été retrouvées récemment. Pourtant, elles étaient connues des gens d’ici. Ils savent bien, eux, où sont entassés les corps. Les corps de leurs parents, Congolais, tués après 1996.
Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil

Programmation musicale

- Kasai all stars : Tshitua fuila mbuloba
- Lopango ya banka : Nazali kolona awa
- Staff Benda Bilili : Moto Moindo

— 

En route pour Humure !

Dans nos téléphones portables, il y a toujours quelques grammes de Congo. Quelques grammes de cette République démocratique du Congo, où l’on trouve ce précieux minerai, le coltan. Aujourd’hui, départ sur les traces des creuseurs. Mais à l’heure où nous arrivons, toute l’exploitation est suspendue...
Un reportage de Daniel Mermet & Giv Anquetil

Programmation musicale

- Baloji : Tout ceci ne vous rendra pas le Congo

— 

« Si les pauvres chiaient de l’or, leur cul ne leur appartiendrait plus »

Dans nos téléphones portables, il y a toujours quelques grammes de Congo. Quelques grammes de cette région du Masisi, où des dizaines de milliers de creuseurs extraient du coltan. Une région en proie aux groupes armés. Le minerai, là-bas, est à la fois but et moyen de la lutte.
Un reportage de Daniel Mermet & Giv Anquetil

Programmation musicale

- Charles Mombaya : Allo telephone
- Bernard Kabanda : Olugendo lwe bulaya

À lire

Les crimes économiques dans les grands lacs africains. 5 millions de morts pour enrichir les multinationales occidentales, le Rwanda, l’Ouganda et leurs complices congolais, de Jean-Paul Mopo Kobanda (Editions Menaibuc - novembre 2006)

— 

Les veines ouvertes de l’Afrique noire

RDC, territoire de Walikale. Une région névralgique au cours de ces dernières années. Jadis, on y arrivait lorsque l’on allait rendre visite aux gorilles. Aujourd’hui, les villages de ce territoire ont été le théâtre d’un crime de guerre : le viol de leurs femmes.
Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil

Programmation musicale

- Lexxus legal : Qui es-tu
- Wendo Kolosoy : Tejos solo

À lire

Survivantes. Femmes violées dans la guerre en RD Congo, de Louis Guinamard (Ed. de l’Atelier - 14 octobre 2010)

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Cécile Frey
son : Thomas Chatel

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Sources des archives :

- Guerres en RDC, les ravages de l’impunité - France 24 - 24 janvier 2020
- Le coltan - AFP - 6 novembre 2013
- L’Empire du silence - Réalisateur : Thierry Michel - 2022
- Combattantes du Nord-Kivu, l’impossible destin - Un film de Stéphanie Lamorré - 2022
- Du sang dans nos cellulaires - Radio Canada - 12 mai 2019
- RD Congo aux portes de Goma, les rebelles du M23 sont appelés à déposer les armes - France 24 - 21 novembre 2022
- Le monde en cartes : CONGO 20 ANS DE CONFLITS EXPLIQUÉS - 14 décembre 2019

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot La sécurité sociale ou le communisme « déjà là » AbonnésVoir

Le

Et si le mode d’emploi pour l’émancipation était là, sous nos yeux, sans qu’on s’en aperçoive ? Comme dans La lettre volée, où Edgar Poe imaginait que le précieux document dérobé était introuvable justement parce qu’il n’était pas dissimulé mais placé en évidence, aux yeux de tous. Bernard Friot appelle cette lettre volée un « déjà-là » communiste : des conquêtes sociales qui ont permis à certains pans de la société de fonctionner, au sein de la société capitaliste, selon des principes socialisants. Exemple ? La Sécurité sociale. Olivier Besancenot vous rappelle en quoi la Sécurité sociale est plus qu’une assurance d’intérêt général : une institution révolutionnaire.

En hommage à Michel Étiévent, un reportage de François Ruffin sur Ambroise Croizat. Radio. PODCAST AMBROISE CROIZAT ET MICHEL ÉTIÉVENT Accès libreÉcouter

Le

Vous connaissez mieux le premier nom que le second. Pourtant, c’est lui, Michel Étiévent, qui a contribué à faire connaître Ambroise Croizat, le père de la sécurité sociale. C’était il y a dix ans, un reportage d’un certain Francois Ruffin faisait découvrir Croizat aux auditeurs de Là-bas. Oui, découvrir. Le nom d’Ambroise Croizat ne figurait ni dans les dictionnaires, ni dans la plupart des mémoires. Il faut dire qu’il avait le tort d’être communiste, et d’avoir mis en place le régime de la Sécu et une série de protections sociales quand il était ministre du Travail entre 1945 et 1947. Une brèche inadmissible que certains s’efforcent de colmater depuis avec un certain entêtement.

Une pieuvre dans la baignoire ! Reportage de Sophie Simonot (février 1995). PODCAST Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? Accès libreÉcouter

Le

Le tonnerre dans la nuit, le trou d’air dans l’avion, la pieuvre dans la baignoire, C’est fou la peur, c’est flou. C’est parce que c’est flou que ça fait peur, c’est tapi, c’est caché en nous, c’est l’inhumain dans l’homme. Il y en a de belles des peurs...Aujourd’hui la peur, les jetons, les moules, la trouille, les avoir à zéro...