MANIFS : comment on compte ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[USAGE DE FAUX] Manifs : c'est pas la taille qui compte
par Là-bas si j'y suis

Combien ? C’est l’éternel débat après la manif. Pourrait-on être plus précis ? Les grands médias ont trouvé la solution, s’adresser à une société spécialisée. Sauf que notre fin limier Jean-Michel Dumay n’est pas vraiment convaincu. Qu’une vingtaine de médias français s’entendent pour payer une société à compter les manifestants constituerait un « gros progrès journalistique » pour l’éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand. On en doute...

Une vingtaine de médias français – Le Monde, Libération, Les Échos, Radio France et France Télévisions, mais aussi Mediapart – planchent sur la possibilité de sceller un accord commercial avec une société pour compter le nombre de participants aux manifestations. Et ce, afin de sortir des polémiques sur les chiffres donnés par la police ou par les manifestants. Et Thomas Legrand, éditorialiste à France Inter, y voit là un « gros progrès journalistique » [1] :

« Bientôt donc, la presse pourra donner collectivement – non pas un troisième chiffre – mais LE chiffre le plus crédible parce qu’issu d’une méthode transparente, établi avec une entreprise qui n’a aucun intérêt à ce que ce chiffre soit élevé – ou bas –, et surtout garanti par la diversité et le pluralisme des commanditaires et des diffuseurs. Ce sera un gros progrès journalistique, et donc – c’est déjà ça – un petit progrès démocratique. »

Alors, est-ce « un gros progrès journalistique » que de voir les principaux médias français payer les services d’une seule société pour s’accorder sur un chiffre de participation aux manifestations ? Et bien, permettons-nous d’en douter. Et ce, pour trois raisons.

D’abord, parce que cette sous-traitance dans la recherche de la vérité, comme le stigmatise aussi le Monde diplomatique ce mois-ci [2], ne peut qu’indisposer les journalistes que nous sommes. Les chartes éthiques de la profession rappellent que « le journalisme consiste à rechercher et à vérifier » nos informations – ce qui demande « du temps et des moyens ». Et ce qui sous-entend aussi de le faire soi-même. Et non par délégation.

Or, compter des manifestants ou plutôt, au minimum, évaluer une participation à une manifestation, ce n’est pas une entreprise infaisable.

En 2010, Mediapart avait muni ses journalistes de compteurs [3] pour estimer la participation à une manifestation contre la réforme des retraites – ce qui avait abouti à un chiffre non loin de celui de la police, dont, soit dit au passage, la méthodologie a été validée par une commission d’experts indépendants en 2015... Ce qui n’exclut pas, bien sûr – ne soyons pas naïfs –, la possibilité de « reformatages » postérieurs par les préfectures.

L’an passé, lors des mobilisations contre la loi Travail, le Populaire du Centre, à Limoges, avait photographié en un point fixe toute une manifestation organisée dans la ville [4], puis déployé le tout en une vaste frise de sorte que ses journalistes puissent compter chaque manifestant… alors, ça prend du temps, c’est sûr ! Mais c’est faisable. Et eux aussi, d’ailleurs, avaient relevé un chiffre certes supérieur à celui de la police, mais plus proche de celui-ci que de celui des manifestants.

Et puis – on l’a oublié – les médias, jadis, il y a encore vingt ou trente ans, le faisaient.

Les journalistes avaient pour tâche, entre autres, d’évaluer la participation aux manifestations : soit en restant vague, par prudence, en indiquant que « plusieurs centaines de milliers de personnes » avaient manifesté, soit en prenant position sur un chiffre ou une fourchette après l’avoir évaluée. Ils tranchaient. Car il faut le dire : c’est beaucoup par paresse qu’au fil du temps les médias ont cessé d’évaluer eux-mêmes ces participations en se bornant à citer les chiffres de la police et ceux des manifestants.

La deuxième raison, qui fait que l’on discerne difficilement où se trouve le « progrès journalistique » avancé, c’est qu’on voit mal en quoi faire appel à une seule société commerciale serait un progrès. Il ne pourrait s’agir là, en tout état de cause, que d’une source parmi d’autres, elle-même susceptible d’être soumise à la critique.

Ici, la société qui est pressentie, Occurrence, est spécialisée dans l’évaluation des campagnes de communication. Elle utilise la technologie de comptage vidéo d’une autre société, Eurecam, elle-même spécialisée dans le comptage de foule. Et son algorithme de décryptage photo n’est pas particulièrement transparent. Mediapart rapporte les biais de la méthode liés aux capteurs qui sont employés le long des cortèges [5] : quand il y a trop de lumière, quand il pleut, quand l’angle de positionnement de ceux-ci n’est pas idéal… Bref, la sous-estimation du chiffre brut obtenu oscillerait, d’après Occurrence, entre 16 et 23 %.

Aussi, n’en déplaise à Thomas Legrand, les chiffres de cette société ne pourraient être appréhendés tout au plus que comme une troisième source, parmi d’autres, et non comme l’expression d’un chiffre dont la crédibilité serait, comme il le dit, « garantie par la pluralité des commanditaires » : car ce n’est pas la pluralité des commanditaires qui importe ici, mais bien la pluralité des sources qui, si plusieurs sociétés de comptage s’y mettaient, permettraient, en cas de résultats proches, de garantir une approche crédible de la vérité.

Enfin, dernière raison, et c’est peut-être la plus importante, on voit mal comment la résolution de ce problème de comptage constituerait en elle-même un « gros progrès journalistique ». Car enfin, depuis quand la vérité des chiffres de participation à une manifestation l’emporterait-elle sur la vérité – ou l’absence de vérité – des enjeux portés par ces manifestations ? Il y a de petites mobilisations, vous le savez, qui soulèvent de très grandes questions. Et le vrai progrès journalistique serait plutôt de toujours l’avoir en tête et de le discerner !

chronique : Jean-Michel Dumay
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Alexandre Lambert et Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

[VIDÉO] USAGE DE FAUX : Manifs, c’est pas la taille qui compte

Notes

[1France Inter, l’Édito politique, Thomas Legrand, 17 novembre 2017

[2« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

Voir aussi

« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Européennes : Didier Porte a regardé les clips de campagne Abonnés

    -

    Voir

    Qui a dit que les clips de campagne ne servaient à rien ? C’est toi, ami abonné ? Eh bien, une fois de plus, tu te trompes lourdement. Les clips de campagne, ça sert à fournir un sujet au chroniqueur démuni, ainsi qu’un peu de boulot à une poignée de prestataires dont le carnet de commande crie misère. Et c’est déjà pas mal, ma foi. Par les temps qui courent, il y a des choses et des gens qui servent vraiment à rien, comme Nathalie Loiseau, ou bien qui ont trop servi, comme Francis Lalanne.

  • Doctissimo, les dessous d’un site très rentable Abonnés

    -

    Écouter

    Qui ne connaît pas Doctissimo ? Le site arrive en tête des résultats quand on pose une question de santé à Google. Fondé en 2000 par deux médecins et hommes politiques de droite, Laurent Alexandre et Claude Malhuret, Doctissimo se voulait le site de référence en « information santé et bien être ». Mais pour être rentable, le site a dû attirer des annonceurs, et donc faire évoluer son contenu pour s’attirer les clics de la fameuse « ménagère de moins de cinquante ans ».

  • Quand les GM&S déboulent au festival de Cannes ON VA TOUT PÉTER ! Abonnés

    -

    Voir

    Deux ans de combat, une énergie folle, une proposition de loi contre les patrons voyous, et aujourd’hui, un film sélectionné à la quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes : ON VA TOUT PÉTER de Lech Kowalski retrace depuis les premiers jours la lutte exemplaire des GM&S. De La Souterraine à Cannes, c’est la parole des travailleurs jetables que les ouvriers viennent porter sur la croisette des notables. Quand les GM&S déboulent au Festival, un reportage de Dillah Teibi.

  • Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! Abonnés

    -

    Voir

    Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

  • Un conte de Daniel Mermet Histoire du petit singe lécheur Abonnés

    -

    Lire

    C’était un petit singe qui chaque matin et chaque soir léchait les pieds de l’Empereur. Il le faisait si bien, avec tant de zèle, en poussant même des petits soupirs de plaisirs, que certains esprits s’en étonnaient.

    Un jeune bonze un jour lui demanda :

    « Est-ce que tu subis des pressions ? »

    Le petit singe lécheur éclata de rire :

    « Des pressions ? pas le moins du monde, je suis libre, je lèche comme je veux, jamais l’Empereur ne me demande quoi que ce soit, libre je suis ! »

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a plus envie d’être otage Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, je ne te mentirai pas, j’ai été sidéré par l’« accueil » réservé aux deux amateurs de safaris enlevés au Bénin et secourus dans la foulée par un commando de nos prestigieuses forces spéciales. Mais pas autant (spéciales) que la réception à laquelle ils ont eu droit de la part des plus hautes autorités de la Nation. Sept personnes, plus trois porteurs de parapluie, sont allés les chercher à leur descente d’avion. Foin de bises, encore moins d’accolades, ils ont dû se contenter d’une courte poignée de main du chef de l’État, 45 secondes de discussion, et hop, demi-tour et retour au pas de charge vers le parking, avec un des otages qui cavalait derrière Macron pour essayer de lui dire un mot, mais n’y arrivait pas. À mon avis, les deux gars, ils sont rentrés de Villacoublay en RER. Bien fait pour eux, assassins !

  • La Confédération générale du travail tient son 52e congrès à Dijon Au congrès de la CGT, cinquante nuances de rouge Abonnés

    -

    Écouter

    Est-ce une CGT affaiblie qui tient son 52e congrès cette semaine à Dijon ? La Confédération générale du travail a essuyé plusieurs revers ces dernières années : échec de la mobilisation contre la loi Travail en 2016, échec de la mobilisation contre les ordonnances Travail en 2017, échec de la mobilisation contre la réforme de la SNCF en 2018. Pire, en novembre dernier, la CGT a hâtivement pris ses distances avec les « gilets jaunes », avant de rétropédaler et de soutenir le mouvement. C’est aussi en plein cœur des « gilets jaunes » qu’ont eu lieu les dernières élections professionnelles, qui ont vu la CGT perdre sa place historique de premier syndicat de France au profit de la CFDT. Le nombre d’adhérents est passé de 695 000 en 2012 à 636 000 en 2017.

  • Lundi 13 mai : ouverture du procès Balkany Balkany : Porte nous avait prévenus Abonnés

    -

    Voir

    Après notre procès Macron, voilà le procès Balkany qui commence. Détournement, corruption, chantages, arnaques : toujours impuni, toujours protégé. Pour les médias, Balkany est un régal depuis des années. Pas de doute pour les patrons de presse, le petit peuple aime les voleurs, écrasé par la loi, il aimerait être ce hors-la-loi. Avec Balkany, plus besoin des « Guignols de l’info », le guignol, c’est lui et ses amis jusqu’au sommet de l’État.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte décortique la « méthode Praud » Abonnés

    -

    Voir

    Il est plus que praud-bable, ami abonné, que tu ignores tout du dénommé Pascal Praud, jusqu’à son existence, et que tu t’en portes à merveille. Sache néanmoins que ce plus superflu que réellement sulfureux personnage anime un programme quotidien de blablatage inutile et tous azimuts sur CNews, le canal bolloréen de désinformation continue, et que si tu es une femme, écolo donc bobo, de surcroît candidate aux européennes sur une liste très vaguement de gauche et un peu cucul la praline sur les bords (liste Glucksmann !), ça peut valoir le coup de s’y faire inviter.

  • Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Le jour où je suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Lire

    C’est fou tout ce qu’on fait pour les pauvres ! Il y avait les vols low cost, les magasins hard discount et les obsèques à bas prix. Il y a maintenant la santé pour les faibles revenus. Si, comme la majorité des Français, tu n’as pas les moyens de t’offrir un sourire de vedette américaine chez ton dentiste, pas de souci, le marché européen libre et non faussé t’offre l’opportunité d’aller te faire refaire le bridge ou poser un implant dentaire ailleurs. Les sans-dents aussi peuvent profiter de la mondialisation heureuse ! Notre reporter Mathieu Colloghan est allé vérifier ce miracle européen en allant se faire arracher toutes les dents en Hongrie.

  • Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libre

    -

    Écouter

    Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

  • Les Illustres Illustrateurs n°08 Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

  • La Pitié-Salpêtrière, attaquée par des hordes sauvages ? Pitié-Salpêtrière : itinéraire d’une fausse information Abonnés

    -

    Voir

    Il a suffi que le ministre de l’Intérieur affirme mercredi soir qu’« on avait attaqué un hôpital » lors de la manifestation du 1er mai pour que nos chiens de garde habituels lui emboîtent le pas, sans distance. Est-ce parce que ça colle avec leur vision du monde ? On ne saurait le dire sans croiser nos sources ! Voici comment un bobard d’État a été démasqué par des citoyens modestes et géniaux. Itinéraire d’une fausse information.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable (avec ou sans Didier Porte) ! Une semaine dans la vie d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte est en vacances… encore ! Heureusement, Jonathan Duong, fidèle au poste, s’est demandé si Emmanuel Macron ne s’était pas sarkozysé. Finie la posture mitterrandienne, le président jupitérien à la parole rare, désormais le président est partout, tout le temps, sur toutes les chaînes de télé, dans toutes les conversations, il occupe l’espace. La preuve avec cette semaine passée en compagnie d’Emmanuel Macron.

Une sélection :

Quand le plus haut sommet de l’Etat ment et diffuse des fake news pour disculper Benalla. Une enquête de Taha Bouhafs et Gaylord Van Wymeersch Affaire Benalla : petits montages et gros mensonges AbonnésLire

Le

Là-bas si j’y suis révèle aujourd’hui des vidéos exclusives qui font la lumière sur les étranges méthodes d’Ismaël Emelien, ex-conseiller du Président de la République et chargé de la cellule de riposte de l’Élysée au moment de l’affaire Benalla. Alors que le clan au pouvoir ne cesse d’accuser les « populistes » de toutes les turpitudes, on va voir que ces vaillants procureurs sont largement en tête dans la fabrication des fake news

Tout le monde a en tête la scène de cet homme déguisé en policier frappant un jeune homme place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai 2018. C’est cette fameuse séquence filmée à l’époque par notre journaliste Taha Bouhafs, qui permet deux mois et demi plus tard au journal Le Monde d’identifier le proche collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.