MANIFS : comment on compte ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[USAGE DE FAUX] Manifs : c'est pas la taille qui compte
par Là-bas si j'y suis

Combien ? C’est l’éternel débat après la manif. Pourrait-on être plus précis ? Les grands médias ont trouvé la solution, s’adresser à une société spécialisée. Sauf que notre fin limier Jean-Michel Dumay n’est pas vraiment convaincu. Qu’une vingtaine de médias français s’entendent pour payer une société à compter les manifestants constituerait un « gros progrès journalistique » pour l’éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand. On en doute...

Une vingtaine de médias français – Le Monde, Libération, Les Échos, Radio France et France Télévisions, mais aussi Mediapart – planchent sur la possibilité de sceller un accord commercial avec une société pour compter le nombre de participants aux manifestations. Et ce, afin de sortir des polémiques sur les chiffres donnés par la police ou par les manifestants. Et Thomas Legrand, éditorialiste à France Inter, y voit là un « gros progrès journalistique » [1] :

« Bientôt donc, la presse pourra donner collectivement – non pas un troisième chiffre – mais LE chiffre le plus crédible parce qu’issu d’une méthode transparente, établi avec une entreprise qui n’a aucun intérêt à ce que ce chiffre soit élevé – ou bas –, et surtout garanti par la diversité et le pluralisme des commanditaires et des diffuseurs. Ce sera un gros progrès journalistique, et donc – c’est déjà ça – un petit progrès démocratique. »

Alors, est-ce « un gros progrès journalistique » que de voir les principaux médias français payer les services d’une seule société pour s’accorder sur un chiffre de participation aux manifestations ? Et bien, permettons-nous d’en douter. Et ce, pour trois raisons.

D’abord, parce que cette sous-traitance dans la recherche de la vérité, comme le stigmatise aussi le Monde diplomatique ce mois-ci [2], ne peut qu’indisposer les journalistes que nous sommes. Les chartes éthiques de la profession rappellent que « le journalisme consiste à rechercher et à vérifier » nos informations – ce qui demande « du temps et des moyens ». Et ce qui sous-entend aussi de le faire soi-même. Et non par délégation.

Or, compter des manifestants ou plutôt, au minimum, évaluer une participation à une manifestation, ce n’est pas une entreprise infaisable.

En 2010, Mediapart avait muni ses journalistes de compteurs [3] pour estimer la participation à une manifestation contre la réforme des retraites – ce qui avait abouti à un chiffre non loin de celui de la police, dont, soit dit au passage, la méthodologie a été validée par une commission d’experts indépendants en 2015... Ce qui n’exclut pas, bien sûr – ne soyons pas naïfs –, la possibilité de « reformatages » postérieurs par les préfectures.

L’an passé, lors des mobilisations contre la loi Travail, le Populaire du Centre, à Limoges, avait photographié en un point fixe toute une manifestation organisée dans la ville [4], puis déployé le tout en une vaste frise de sorte que ses journalistes puissent compter chaque manifestant… alors, ça prend du temps, c’est sûr ! Mais c’est faisable. Et eux aussi, d’ailleurs, avaient relevé un chiffre certes supérieur à celui de la police, mais plus proche de celui-ci que de celui des manifestants.

Et puis – on l’a oublié – les médias, jadis, il y a encore vingt ou trente ans, le faisaient.

Les journalistes avaient pour tâche, entre autres, d’évaluer la participation aux manifestations : soit en restant vague, par prudence, en indiquant que « plusieurs centaines de milliers de personnes » avaient manifesté, soit en prenant position sur un chiffre ou une fourchette après l’avoir évaluée. Ils tranchaient. Car il faut le dire : c’est beaucoup par paresse qu’au fil du temps les médias ont cessé d’évaluer eux-mêmes ces participations en se bornant à citer les chiffres de la police et ceux des manifestants.

La deuxième raison, qui fait que l’on discerne difficilement où se trouve le « progrès journalistique » avancé, c’est qu’on voit mal en quoi faire appel à une seule société commerciale serait un progrès. Il ne pourrait s’agir là, en tout état de cause, que d’une source parmi d’autres, elle-même susceptible d’être soumise à la critique.

Ici, la société qui est pressentie, Occurrence, est spécialisée dans l’évaluation des campagnes de communication. Elle utilise la technologie de comptage vidéo d’une autre société, Eurecam, elle-même spécialisée dans le comptage de foule. Et son algorithme de décryptage photo n’est pas particulièrement transparent. Mediapart rapporte les biais de la méthode liés aux capteurs qui sont employés le long des cortèges [5] : quand il y a trop de lumière, quand il pleut, quand l’angle de positionnement de ceux-ci n’est pas idéal… Bref, la sous-estimation du chiffre brut obtenu oscillerait, d’après Occurrence, entre 16 et 23 %.

Aussi, n’en déplaise à Thomas Legrand, les chiffres de cette société ne pourraient être appréhendés tout au plus que comme une troisième source, parmi d’autres, et non comme l’expression d’un chiffre dont la crédibilité serait, comme il le dit, « garantie par la pluralité des commanditaires » : car ce n’est pas la pluralité des commanditaires qui importe ici, mais bien la pluralité des sources qui, si plusieurs sociétés de comptage s’y mettaient, permettraient, en cas de résultats proches, de garantir une approche crédible de la vérité.

Enfin, dernière raison, et c’est peut-être la plus importante, on voit mal comment la résolution de ce problème de comptage constituerait en elle-même un « gros progrès journalistique ». Car enfin, depuis quand la vérité des chiffres de participation à une manifestation l’emporterait-elle sur la vérité – ou l’absence de vérité – des enjeux portés par ces manifestations ? Il y a de petites mobilisations, vous le savez, qui soulèvent de très grandes questions. Et le vrai progrès journalistique serait plutôt de toujours l’avoir en tête et de le discerner !

chronique : Jean-Michel Dumay
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Alexandre Lambert et Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

[VIDÉO] USAGE DE FAUX : Manifs, c’est pas la taille qui compte

Notes

[1France Inter, l’Édito politique, Thomas Legrand, 17 novembre 2017

[2« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

Voir aussi

« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Un appel de Daniel Mermet NON À LA VIOLENCE ! Accès libre

    -

    Lire

    14 JUILLET 2019 : toute la France se faisait une joie d’aller BRUNCHER (à partir de 95 euros seulement) au FOUQUET’S, qui rouvrait aujourd’hui après quatre mois de fermeture suite aux manifestations du 16 mars. Mais hélas, des « gilets jaunes » et autres casseurs sont venus perturber notre grande fête nationale. Aussi nous le répétons encore : NON A LA VIOLENCE !

  • Le tourisme de masse, c’est dégueulasse ! Abonnés

    -

    Écouter

    Le tourisme, c’est très sympa. Ça permet de découvrir des œuvres d’art, de visiter des monuments historiques, de se plonger dans la culture d’un pays. Ça apporte aussi beaucoup de richesses aux régions visitées, puisque le touriste consomme, et donc le touriste crée de la croissance, et donc le touriste crée de l’emploi. Oui, sauf quand le touriste n’est pas le seul à avoir eu l’idée géniale de visiter cet endroit unique au monde. Et le tourisme, ça devient beaucoup moins sympa quand il y a trop de monde : attirés à grand renfort de campagnes publicitaires, les touristes finissent par détruire ce qu’ils étaient venus admirer. Exemple avec l’inscription à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, un « label » décerné par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Une consécration ou un cadeau empoisonné ?

  • Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » Abonnés

    -

    Voir

    Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

  • Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter Abonnés

    -

    Écouter

    Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

  • Le chômage, la faute aux allocations ? Abonnés

    -

    Voir

    D’après la société de sondage Elabe et Les Échos, les Français trouveraient que le système d’indemnisation des chômeurs constitue la première raison du haut niveau de chômage en France (pour 42 % d’entre eux). Problème : ce chiffre est faux et résulte d’une pure construction (idéologique).

  • Coupe du monde 2019. Un article de David Garcia La femme, avenir du foot business ? Abonnés

    -

    Lire

    On n’est pas en finale ! Éliminées en quart de finale par les États-Unis, les Bleues ne disputeront pas la finale de la Coupe du monde de football qui se jouera à Lyon dimanche 07 juillet. Jusqu’à sa défaite, l’équipe de France féminine a suscité un engouement inédit dans le pays, qui accueillait la compétition pour la première fois de son histoire. Une grande avancée pour le féminisme ? Surtout, un nouveau marché juteux pour le foot business.

    « La femme est l’avenir du football ». Prononcée en 1995 par Joseph Blatter, le président de la fédération internationale du ballon rond (Fifa), cette sentence éculée passerait presque aujourd’hui pour un oracle, tant le mondial qui s’achève a crevé les écrans… et rempli les tiroirs-caisses.

    Le quart de finale de coupe du monde féminine France–États-Unis, vendredi dernier, a été suivi par 10,7 millions de téléspectateurs. Soit 51 % de part de marché et la meilleure audience de l’année 2019 pour la chaîne privée ! Euphorie à tous les étages de la tour TF1, diffuseur de la compétition. Grâce à des tarifs publicitaires relevés au fil de la compétition et des victoires des Bleues, la chaîne devrait empocher 13 millions d’euros. Opportuniste, la chaîne de Bouygues ? « TF1 a fait un pari en achetant les droits et en prévoyant de diffuser les matchs en prime time. Même si la chaîne n’a pas payé un prix excessif », salue Philippe Nouchi, expert médias tout terrain chez Publicis.

  • Val-de-Reuil : un commissariat attaqué par des hordes d’islamistes ? LE FIGARO ENTEND « ALLAH AKBAR » PARTOUT ! Abonnés

    -

    Lire

    Le Figaro publie le vendredi 29 juin un scoop EXCLUSIF : « un commissariat de l’Eure attaqué par des jeunes aux cris d’“Allah Akbar” ». Le grand quotidien du groupe Dassault nous apprend que des hordes de jeunes islamistes cagoulés ont attaqué des fonctionnaires de police dans une zone perdue de la République ! Quelques heures plus tard, on découvrait le pot aux roses : le scoop était en fait une fausse information.

  • Didier Porte Hebdo : dernière avant l’été ! Didier Porte souhaite la Santé à Balkany Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, j’en ai une bien bonne pour toi ! Figure-toi, mon lascar, que la fraude fiscale, la corruption passive ou active et le recel qui va avec, la prise illégale d’intérêt, le recel d’abus de bien social, le détournement de fonds publics, bref, tout ce que pratiquent à plus ou moins grande échelle, depuis plus ou moins longtemps, nos Balkanoches nationaux, ce n’est pas juste de la bonne vieille carambouille comme tous les escrocs de la terre la pratiquent depuis que le monde est monde ; non, c’est beaucoup plus subtil que ça : c’est du business de l’ancien monde !

  • Un entretien de Daniel Mermet avec Philippe Poutou FORD : POUR POUTOU, C’EST PAS FOUTU ! Abonnés

    -

    Voir

    Tout semble perdu pour les 850 salariés de Ford. La production s’arrête en août et les lettres de licenciement arrivent en septembre. Pourtant, ils sont quelques-uns à y croire encore. Ce qui n’a pas été obtenu par la mobilisation ni par l’intervention de l’État, ils espèrent l’obtenir par la justice. Un jugement doit être rendu le 02 juillet. C’est ce que vient nous expliquer aujourd’hui Philippe Poutou.

  • Un entretien avec David Garcia Barrages hydroélectriques : l’obsession de la privatisation Abonnés

    -

    Écouter

    Construits au XXe siècle grâce à des fonds publics, les barrages français sont devenus tout à fait rentables, contrairement au nucléaire qui nécessite beaucoup d’investissements et attire peu les entreprises privées. Une rentabilité qui suscite l’intérêt de sociétés multinationales qui se verraient bien gérer certaines concessions : cette menace plane sur les barrages depuis maintenant vingt-cinq ans ans, et a récemment été réactivée par la Commission européenne au nom de la sacro-sainte ouverture à la concurrence. Pourtant, rien ne vient justifier de confier au privé la gestion des barrages, au détriment de l’opérateur public historique, EDF.

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?