MANIFS : comment on compte ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[USAGE DE FAUX] Manifs : c'est pas la taille qui compte
par Là-bas si j'y suis

Combien ? C’est l’éternel débat après la manif. Pourrait-on être plus précis ? Les grands médias ont trouvé la solution, s’adresser à une société spécialisée. Sauf que notre fin limier Jean-Michel Dumay n’est pas vraiment convaincu. Qu’une vingtaine de médias français s’entendent pour payer une société à compter les manifestants constituerait un « gros progrès journalistique » pour l’éditorialiste politique de France Inter Thomas Legrand. On en doute...

Une vingtaine de médias français – Le Monde, Libération, Les Échos, Radio France et France Télévisions, mais aussi Mediapart – planchent sur la possibilité de sceller un accord commercial avec une société pour compter le nombre de participants aux manifestations. Et ce, afin de sortir des polémiques sur les chiffres donnés par la police ou par les manifestants. Et Thomas Legrand, éditorialiste à France Inter, y voit là un « gros progrès journalistique » [1] :

« Bientôt donc, la presse pourra donner collectivement – non pas un troisième chiffre – mais LE chiffre le plus crédible parce qu’issu d’une méthode transparente, établi avec une entreprise qui n’a aucun intérêt à ce que ce chiffre soit élevé – ou bas –, et surtout garanti par la diversité et le pluralisme des commanditaires et des diffuseurs. Ce sera un gros progrès journalistique, et donc – c’est déjà ça – un petit progrès démocratique. »

Alors, est-ce « un gros progrès journalistique » que de voir les principaux médias français payer les services d’une seule société pour s’accorder sur un chiffre de participation aux manifestations ? Et bien, permettons-nous d’en douter. Et ce, pour trois raisons.

D’abord, parce que cette sous-traitance dans la recherche de la vérité, comme le stigmatise aussi le Monde diplomatique ce mois-ci [2], ne peut qu’indisposer les journalistes que nous sommes. Les chartes éthiques de la profession rappellent que « le journalisme consiste à rechercher et à vérifier » nos informations – ce qui demande « du temps et des moyens ». Et ce qui sous-entend aussi de le faire soi-même. Et non par délégation.

Or, compter des manifestants ou plutôt, au minimum, évaluer une participation à une manifestation, ce n’est pas une entreprise infaisable.

En 2010, Mediapart avait muni ses journalistes de compteurs [3] pour estimer la participation à une manifestation contre la réforme des retraites – ce qui avait abouti à un chiffre non loin de celui de la police, dont, soit dit au passage, la méthodologie a été validée par une commission d’experts indépendants en 2015... Ce qui n’exclut pas, bien sûr – ne soyons pas naïfs –, la possibilité de « reformatages » postérieurs par les préfectures.

L’an passé, lors des mobilisations contre la loi Travail, le Populaire du Centre, à Limoges, avait photographié en un point fixe toute une manifestation organisée dans la ville [4], puis déployé le tout en une vaste frise de sorte que ses journalistes puissent compter chaque manifestant… alors, ça prend du temps, c’est sûr ! Mais c’est faisable. Et eux aussi, d’ailleurs, avaient relevé un chiffre certes supérieur à celui de la police, mais plus proche de celui-ci que de celui des manifestants.

Et puis – on l’a oublié – les médias, jadis, il y a encore vingt ou trente ans, le faisaient.

Les journalistes avaient pour tâche, entre autres, d’évaluer la participation aux manifestations : soit en restant vague, par prudence, en indiquant que « plusieurs centaines de milliers de personnes » avaient manifesté, soit en prenant position sur un chiffre ou une fourchette après l’avoir évaluée. Ils tranchaient. Car il faut le dire : c’est beaucoup par paresse qu’au fil du temps les médias ont cessé d’évaluer eux-mêmes ces participations en se bornant à citer les chiffres de la police et ceux des manifestants.

La deuxième raison, qui fait que l’on discerne difficilement où se trouve le « progrès journalistique » avancé, c’est qu’on voit mal en quoi faire appel à une seule société commerciale serait un progrès. Il ne pourrait s’agir là, en tout état de cause, que d’une source parmi d’autres, elle-même susceptible d’être soumise à la critique.

Ici, la société qui est pressentie, Occurrence, est spécialisée dans l’évaluation des campagnes de communication. Elle utilise la technologie de comptage vidéo d’une autre société, Eurecam, elle-même spécialisée dans le comptage de foule. Et son algorithme de décryptage photo n’est pas particulièrement transparent. Mediapart rapporte les biais de la méthode liés aux capteurs qui sont employés le long des cortèges [5] : quand il y a trop de lumière, quand il pleut, quand l’angle de positionnement de ceux-ci n’est pas idéal… Bref, la sous-estimation du chiffre brut obtenu oscillerait, d’après Occurrence, entre 16 et 23 %.

Aussi, n’en déplaise à Thomas Legrand, les chiffres de cette société ne pourraient être appréhendés tout au plus que comme une troisième source, parmi d’autres, et non comme l’expression d’un chiffre dont la crédibilité serait, comme il le dit, « garantie par la pluralité des commanditaires » : car ce n’est pas la pluralité des commanditaires qui importe ici, mais bien la pluralité des sources qui, si plusieurs sociétés de comptage s’y mettaient, permettraient, en cas de résultats proches, de garantir une approche crédible de la vérité.

Enfin, dernière raison, et c’est peut-être la plus importante, on voit mal comment la résolution de ce problème de comptage constituerait en elle-même un « gros progrès journalistique ». Car enfin, depuis quand la vérité des chiffres de participation à une manifestation l’emporterait-elle sur la vérité – ou l’absence de vérité – des enjeux portés par ces manifestations ? Il y a de petites mobilisations, vous le savez, qui soulèvent de très grandes questions. Et le vrai progrès journalistique serait plutôt de toujours l’avoir en tête et de le discerner !

chronique : Jean-Michel Dumay
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Alexandre Lambert et Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

[VIDÉO] USAGE DE FAUX : Manifs, c’est pas la taille qui compte

Notes

[1France Inter, l’Édito politique, Thomas Legrand, 17 novembre 2017

[2« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

Voir aussi

« La vérité en sous-traitance », Pierre Rimbert, le Monde diplomatique n°765, décembre 2017

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.