Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

Incroyable : Didier Porte revient ! Abonnés

Le

Chers Messieurs Booba, Benalla, Julien Dray, Nicolas Hulot, Barbier et compagnie, ayant eu vent de la publication hebdomadaire d’une formidable revue de presse en images, à la fois drolatique, informative, pertinente, inattendue, rafraîchissante, iconoclaste, spirituelle, originale, percutante, anticonformiste, sarcastique et même parfois intéressante, signée par le revigorant Didier Porte, vous avez adressé au site d’information Là-Bas si j’y suis une demande d’abonnement à tarif réduit et paiement échelonné sur une période de 22 ans. Désolé, mais la maison ne fait pas crédit. Vous ne savez pas ce que vous ratez !

D.P.

C’EST LA RENTRÉE, CHOISISSEZ : TAUPE OU COLIBRI ?

« Bonjour les amis, c’est moi le colibri, l’oiseau minuscule pimpant et joyeux ! Joyeux, mais pas aujourd’hui, car il y a le feu, les amis, notre grande forêt brûle, aussi je ne reste pas avec vous, j’y vais, j’y vole, je suis indigné, voyez comme je suis indigné les amis, d’ailleurs j’ai signé la pétition, "à bas le feu !".

Mais ce n’est pas tout, je ne reste pas sans rien faire, je suis un colibri engagé, voyez à mon bec cette goutte d’eau, et bien je vais la larguer dans les flammes, oh, certes ce n’est qu’un geste, mais c’est déjà ça, les amis, on est si impuissant, si petit, et l’on se sent tellement bien quand on fait le bien, après ça on peut se regarder dans la glace, car que faire d’autre en attendant que les flammes arrivent et nous emportent tous ? »

Un peu partout, ces temps-ci, on entend ce colibri avec sa petite chanson : c’est déjà ça, le peu qu’on peut, c’est mieux que rien, mettre de l’éthique sur l’étiquette, faire du commerce équitable, du développement durable, repeindre en rose les barreaux des prisons, dénoncer bavures et dérives, fustiger la guerre trop méchante, s’insurger devant sa télé contre le terrorisme !

Toutes les causes, toutes les luttes qu’on voudra mais surtout, rien de politique, rien qui risque de remettre en cause l’ordre économique du monde, mais au contraire, le renforce et lui donne figure humaine, celle du citoyen-consommateur. « Pour un capitalisme moral », voila un possible mot d’ordre, ou bien, encore mieux, « un autre capitalisme est possible ».

C’est ça le plus important. Que le colibri s’agite et s’épuise et démontre son impuissance, notre impuissance. Mais qu’il ne touche pas à l’ordre inéluctable. Pas question de toucher au fonds de commerce, qui repose sur la science, la science de l’économie politique !

Un certain Marx (Karl) avait sa petite idée à ce sujet « l’économie politique, malgré son air laïque et matériel, est en réalité une science morale, la plus morale des sciences. Son dogme principal, c’est le renoncement, l’abandon de la vie et tous les besoins humains. [1] »

Que le colibri ne demande pas pourquoi la forêt est en feu.
Que le colibri ne demande pas pourquoi, depuis la privatisation des sapeurs-pompiers, les camions sont en panne, faute d’investissement.
Que le colibri ne sorte pas du périmètre de l’émotion et de la compassion.
Que le colibri n’entende pas sous la terre, dans le souterrain des choses, la taupe qui patiemment creuse et ronge en sifflotant, les pilotis du Grand Château de Cartes.

Mais vous pouvez encore choisir pour cette année : taupe ou colibri ?

Daniel Mermet

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

revue de presse : Didier Porte
réalisation : Jonathan Duong
montage : Léa Bardiau
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Notes

[1David Borisovitch Riazanov, Marx Engels Archiv, éditions Riazonov, Francfort, 1927.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.