Emmanuel Macron, pilote d’un sous-marin jaune à la dérive Abonnés

1

Le

Pendant un exercice militaire, un sous-marin nucléaire russe subit plusieurs explosions et coule. L’incident contrarie l’état-major et le nouveau président, pour qui les manœuvres étaient censées montrer à la face du monde la puissance retrouvée de la grande Russie. Au nom de la raison d’État, les autorités russes tardent à accepter l’aide étrangère, qui arrivera trop tard… les 118 sous-mariniers ne survivront pas. Cette histoire – vraie – du naufrage en 2000 du K-141 Koursk est racontée dans le film de Thomas Vinterberg, Kursk.

Mais attention, toute ressemblance avec des personnes ou des situations actuelles ne saurait vraiment être que fortuite…

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

chronique : Gérard Mordillat
journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  Thomas Vintenberg, Kursk, 2018, France/Belgique/Luxembourg, 1h57

- Jean-Michel Carré, Koursk, un sous-marin en eaux troubles, 2005, France, 1h11

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à Pierre Seel Accès libreÉcouter

Le

Hommage à Pierre SEEL, récemment disparu, déporté au camp du Struhoff en Alsace parce que homosexuel.
Les homosexuels devaient porter un triangle rose, on estime que 10 000 à 15 000 personnes ont été tuées par les nazis selon lesquels l’homosexualité représentait un danger pour l’homme.

Trop longtemps abusés, invisibles et tondus jusqu’à l’os. Un reportage de Dillah Teibi MAIS QUI SONT CES GUEUX EN JAUNE ? AbonnésÉcouter

Le

À la cour du président des riches, on s’interroge. Qui sont ces gueux sous nos fenêtres ? Pourquoi ces brailleries et ce grabuge alors que nous faisons tout pour leur bien ? Du côté des experts médiatiques et des voyantes ultra-lucides, on se demande quelles sont ces gens-là , des beaufs racistes et violents ou juste des ploucs avec leurs bagnoles qui puent ? Des fachos ou des fachés ? Faut-il les lécher ou les lyncher ?

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Avez-vous reconnu ce dangereux vandale ? AbonnésVoir

Le

Amies abonnées, amis abonnés, eh oui, c’est bien lui ! Bernard Henri-Lévy a un pouvoir de résurrection étonnant. Alors qu’on pensait que ses multiples postures et impostures avaient définitivement fait éclater la baudruche Bernard-Henri, force est de constater que le ridicule ne viendra jamais à bout de BHL. Preuve en est : alors qu’on le croyait définitivement décrédibilisé et rangé sur l’étagère des Tartuffe démasqués, la guerre en Ukraine est une occasion inespérée pour l’homme d’affaires de se remettre en selle. Pourquoi le ridicule ne tue pas BHL ? Réponse en cinq moments d’anthologie classés du plus ridicule à l’encore plus ridicule par Jonathan Duong.